AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
le forum est enfin ouvert, rejoignez nous ! on vous attend avec impatience.
n'oubliez pas de voter toutes les deux heures.
mais aussi de laisser une trace sur bazzart pour qu'on soit toujours au top.

Partagez | 
 

 You better work bitch °° PV Dolce

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MEMBRE DU MOIS + LA CLASSE
avatar
pseudo : Little bee
célébrité : Shay Mitchell
crédits : Alaska <3 // ATYGIFSFORME
messages : 368
je suis ici depuis : 17/04/2014

MessageSujet: You better work bitch °° PV Dolce   Lun 21 Avr - 22:49


Dolce et Maya


Maya venait de terminer son cours quand la sonnerie retentit. Ça lui avait fait étrange de reprendre l’école après toutes ces années mais elle en était heureuse. Elle se sentait bien, entourée de gens parfois plus jeunes parfois plus vieux. Elle se sentait dans son élément, la cuisine. Ses parents étaient très fières d’elles, et même sa grande sœur avait eu pour la première fois un regard emplit de tendresse envers elle. Elle l’avait félicitée et serrée dans ses bras, et le pire ? Maya s’y été sentie bien. Elle était aussi fière d’elle-même pour la première fois depuis longtemps. Elle embarqua le sac avec ses affaires de cuisine dedans, les vêtements, malgré le tablier, encore plein de farine. Elle descendit les marches, rentrant chez elle en vitesse.

Le bas elle se changea, recevant un message de son employeur. Ah oui la réception chez les Bass. Mince elle avait oublié. Elle se mit en tenue de serveuse. Ciel même si le col était haut la jupe descendait elle pas bien bas. Frôlant le bas de ses fesses, avec ses talons ce n’était pas très pratique. Elle s’attacha les cheveux et se maquilla très légèrement et avec quelque chose qu’elle ne mettait jamais, du khôl. C’était une nouveauté mais sa sœur lui avait appris à en mettre ainsi ce fut un jeu d’enfant et elle fut prête en deux minutes. Elle sauta dans sa coccinelle jaune et se mit en direction de la somptueuse villa. Elle siffla en voyant la baraque se profilée et sortit de sa voiture en vitesse, filant comme un éclair à la porte. Ce fut une femme d’une quarantaine d’année qui lui ouvrit. Maya se présenta, la femme ne lui accorda qu’un maigre regard et s’en alla.

« Charmant. »

Elle se mit au travail, dressant le buffet et confiant les taches aux autres serveurs. Elle attendit ensuite que la réception commence. Bien sûr il n’y avait que des personnes riches. Des gens fortunés comme cela, qui raient allégrement, ça la faisait à moitié vomir. Pas qu’elle les juges, c’était malpolie. Mais elle trouvait cela horrible que des gens meurent de faims et qu’eux meurent à force de trop manger. Elle passait entre les gens, proposant des petits fours avec un sourire charmeur, comme on le lui avait appris. Dans ce genre de soirée, il fallait allier classe et discrétion. Un peu plus loin un garçon entra dans la pièce au bras d’une jolie jeune blonde. Celle-ci tournait le dos à Maya et elle ne vit que ses formes avantageuses. Elle ne se gêna pas pour la détaillée et avoir un petit sifflement appréciateur. Puis elle s’aperçut que le garçon la fixait avec un sourire enjôleur. Elle se détourna et s’enfonça dans la foule.

Environ trente minutes plus tard, le cocktail battait son plein. Derrière le buffet Maya s’activait à la préparation des cocktails quand le garçon arriva à sa hauteur. Il se présenta rapidement avant de commencer à lui faire la conversation. Elle eut un petit rire à l’une de ces répliques. Puis elle parla discrètement quelques minutes avec lui avant de s’excusée et de reprendre le service. Charmant jeune homme elle devait l’avouer, mais qui la laissait de marbre. Elle sillonnât encore la pièce avant de se rendre compte qu’il avait été rejoint par sa cavalière, mais gardais les yeux posés sur Maya de profil qui remettait les coupes de champagnes dans un bac pour la plonge.

Et merde. La fille était Dolce. Bass ? Oui elle aurait dut faire le rapprochement ! Elles ne s’aimaient pas. Elle se prenait pour une princesse et Maya lui aurait bien dit ses quatre vérités si elle n’était pas si gentille à l’université. Quoi qu’il en soit elle ne s’était pas laissée marcher sur les pieds et ça n’avait pas plus à cette dernière, et ça n’avait pas plus à sa mégoté. Maintenant son but était qu’elle ne la remarque plus jusqu’à la fin de la soirée.

Elle se dirigea vers le bar vide d’invités et recommença à préparer les boissons en silence, essayant d’oublier le regard dur jeune homme sur ses jambes nues et celui de Dolce, jugeant Maya de haut en bas. Ciel, elle allait se moquer d’elle.




Oh ... Fuck it !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: You better work bitch °° PV Dolce   Mar 22 Avr - 17:52


You better work, bitch !

« Tu es sure que tu ne remarques rien Théodora ? » Dolce était plantée en sous-vêtements en face du long miroir biseauté disposé en plein milieu de sa chambre. L'employé de ses parents gênée de ne pas pouvoir lui répondre se contenta de secouer timidement la chambre. La cadette Bass soupira en lançant ses cheveux en arrière puis elle se retourna pour faire face à la dite Théodora. Cette jeune roumaine d'a peine vignt-huit ans travaillait pour les Bass depuis son arrivée aux Etas-Unis. Elle était discrète mais savait toujours se montrer à l'écoute de Dolce. « J'ai perdu 500g mais personne ne remarque jamais quand je maigris. » Soupira la jeune blonde. Effectivement, Dolce accordait énormément d'importance à son physique, elle surveillait donc constamment son poids. Elle se dirigea vers son dressing et enfila un peignoir en soie couleur lavande. avant de s'asseoir les jambes croisées sur son lit. Théodora déposa une robe qui venait d'arriver de chez le pressing, toujours accrochée à son cintre, sur une chaise. « Ah et j'oubliais, Mademoiselle, votre mère m'a chargée de vous dire que vous serez escortée par Eliott, ce soir, le fils de Madame Beneth. » Dolce ne put s'empêcher de soupirer, elle ne pouvait pas supporter cet Eliott car en plus d'être lourd, ce garçon n'avait absolument aucune conversation. « Elle ne pouvait pas me laisser choisir, moi même mon cavalier pour une fois ? » Râla-t-elle.

Depuis son retour de pension, sa mère se mêlait de tout dans sa vie. Elle la traitait comme une gamine et ça Dolce, qui comme tout le monde le sait aime tout contrôler, en avait par dessus la tête. Dolce n'avait cependant pas la force de tenir tête au tirant qui lui servait de mère ces derniers temps. Elle se résigna donc à accepter de passer la soirée avec Eliott. Théodora l'aida donc à se préparer pour le cocktail qu'organisait sa mère en faveur d'une association que Dolce ne connaissait même pas. A vrai dire, sa mère, elle même devait se ficher de l'association qu'elle aider. Elle se contentait de faire des dons à cette dernière pour faire bonne figure.

« T'es en retard Eliott. » Souffla Dolce en dépoussiérant sa jolie petite robe Valentino rouge omettant de saluer son futur cavalier et de répondre au compliment qu'il venait de lui adresser. A vrai dire Dolce ne supportait pas ce garçon car elle trouvait que ce n'était qu'une pâle copie de tous les fils des amis de ses parents. Il était pété de thunes, n'avait rien dans le crâne et pour pomponner le tout, il se prenait pour un dieu. C'est pour ça que Dolce se faisait une joie de le remettre à sa place à chaque fois qu'elle en avait l'occasion. D'ailleurs dès qu'il avait tenter une approche elle lui avait clairement fais savoir qu'il ne se passerait rien entre eux. « Écoutes Beneth, t'es pas mon genre de mec. Je suis ici avec toi parce qu'on m'y oblige alors si tu veux te serrer une nana ce soir va voir ailleurs et sois discret s'il te plait. » Mais Eliott n'avait pas attendu que Dolce le lui dise pour aller voir ailleurs. Même avec la jolie blonde dans les bras le jeune homme ne se gênait pas pour fixer les fesses de toutes les filles présentes. Dolce quand à elle se contentait de faire des faux sourires à tous les invités pour bien représenter sa mère et l'association.

Dolce discutait avec le docteur Osman, son chef de stage, quand sa mère s'excusa auprès de ce dernier et la mis à part. « Où est ton cavalier Dolce. Tu ne dois pas être toute seule ce soir, c'est mal vu. » Sa mère ne la laissais même pas parler avec la seule personne qui l’intéressait ce soir là. La blondinette roula des yeux puis elle jeta un regard circulaire à dans la salle pour trouver Eliott. Il était en compagnie de l'une des serveuses qui lui faisait de l'oeil plus tôt dans la soirée. Eh bien alors, Eliott n'avait pas viser bien loin ce soir, pensa-t-elle. Elle pris des mains d’un serveur qui passait à leurs côtés les deux verres qu’il tenait et en tendit un à sa mère avant de porter l’autre à ses lèvres. « T'inquiète pas maman, ce soir, je resterais collé au charmant cavalier que tu m'as choisis. Mais encore faudrait-il qu'il ne réfléchisse pas avec... son engin. » Déclara-t-elle alors en avalant le verre cul-sec. Sa mère sembla s'offusquer avant de la quitter ne voulant pas se disputer avec sa fille devant toute la haute société Californienne.

Dolce s'empara d'un second verre et se dirigea d'un pas conquérant vers Eliott et sa petite serveuse. Non pas qu'elle soit jalouse, c'était elle qui l'avait envoyé balader, elle n’avait juste pas apprécier le fait que l'employé lui fasse de l'oeil alors qu'il était avec elle. Comment aurait-elle put savoir qu'ils étaient ensemble suite à un arrangement? Au fur et à mesure qu'elle s'approchait Dolce cru reconnaître la serveuse. C'était une grande brune d'origine Ispanique. Elle ne se souvenait pas de son prénom mais elle était sure de l'avoir déjà croisé à l'université. Malheureusement pour la brunette, Eliott s'était éclipser en voyant Dolce s'approcher. Il la laissait donc seule faire face à la sulfureuse blonde. Dolce s'arrêta à la hauteur de sa rivale et la reluqua sans gêne de haut en bas avant de lui adresser l'un des sourires les plus faux qui soient. « Tu sembles bien t'amuser à ce que je vois, je serais sur que ma mère serait ravie de voir que tu discute avec ses invités au lieu de faire ton travail. » Ironisa-t-elle. « Mais ne t'inquiète pas si tu te fais plus discrète, il n'y a pas de moyen qu'elle le sache. » Dolce était certes puéril et facilement irritable mais ça n'était pas une mauvaise personne. Elle savait que cette fille avait besoin de son boulot. « Tu sais chérie, les gars comme Eliott ne font que s'amuser avec les filles comme toi. Je veux dire, vous ne finirez jamais ensemble, il a juste envie de prendre du bon temps avec une jolie fille. » Dolce était sure que ce genre de fille ne se rapprochaient de garçons comme Eliott que pour leurs comptes en banque bien garnit ou plutôt celui de leur parents. « Et n'essayes pas de nier, je t'ai vu regarder dans notre direction tout à l'heure. Je mentirais si je disais que je t'en voulais, mais voilà tâche d'être plus intelligente la prochaine fois, histoire d'éviter les scandales. »


Revenir en haut Aller en bas
MEMBRE DU MOIS + LA CLASSE
avatar
pseudo : Little bee
célébrité : Shay Mitchell
crédits : Alaska <3 // ATYGIFSFORME
messages : 368
je suis ici depuis : 17/04/2014

MessageSujet: Re: You better work bitch °° PV Dolce   Mar 22 Avr - 20:25


Dolce et Maya


Quand Maya vit Dolce arriver vers elle, elle soupira en jurant brièvement. Le garçon qui venait à nouveau de la rejoindre se sépara d’elle. Alors en plus d’être lourd il avait une copine possessive et chiante. Ce mec alignait les bons points décidemment. Elle posa les cocktails sur le bar et se mit à le nettoyer méticuleusement. Elle ne fit pas attention à elle quand elle la reluqua et une petite voix en elle se disait qu’elle pouvait mater autant qu’elle voulait. Elle eut un sourire qu’elle étouffa quand elle l’entendit commencer à lui parler.

« Tu sembles bien t'amuser à ce que je vois, je serais sur que ma mère serait ravie de voir que tu discutes avec ses invités au lieu de faire ton travail. »

*Mais va te faire sale garce* Elle serra les points. Elle aurait peut-être dut penser à prendre des calmants avant de venir chez ces bourges. Et voilà, encore une fois, on l’avait matée et elle s’en prenait plein la gueule. Si la blonde voulait se plaindre, autant qu’elle aille voir son employeur, parce que Maya n’y était pour rien si elle était belle. Ouais, elle aurait aimé lui cracher au visage qu’aussi pauvre soit elle, elle pouvait aussi bien être jolie que la blonde. Ce que les gens riches ne pouvaient supporter. Elle se contenta de ne pas parler. Elle avait déjà eu des problèmes au travail, et tout ce que ça pourrait faire, c’était la coller derrière un bar a gâteaux toute la journée, et non pas aller jusqu’à la virer. Son patron l’adorait, il ne lui ferait pas un tel coup de pute.

« Mais ne t'inquiète pas si tu te fais plus discrète, il n'y a pas de moyen qu'elle le sache. »

Elle ne le ferait pas pour garder son travail, elle le ferait juste cela pour ne plus croiser sa tronche d’hypocrite. Et à chaque remarque mentale elle se forçait à ne pas rire. Elle trouvait la jeune femme parfaitement belle et sexy, malheureusement elle n’avait pas le même compte mental. Bien sûr Maya ne pouvait pas prétendre être une jeune femme bonne sous tout rapport, mais elle ne se permettait pas ce genre de réflexions.

« Tu sais chérie, les gars comme Eliott ne font que s'amuser avec les filles comme toi. Je veux dire, vous ne finirez jamais ensemble, il a juste envie de prendre du bon temps avec une jolie fille. »

Et oui, dans la tête de la blonde, elle n’était qu’une humble serveuse tentant de trouver un jeune homme plein aux as. Bon elle devait avouer que trouver une homosexuelle riche était un de ses rêves, mais un homme. Elle ne pouvait pas passer sa vie à coucher sans plaisir pour un liasse de billet, autant rester en bas de la chaine avec une fille pauvre.

« Et n'essayes pas de nier, je t'ai vu regarder dans notre direction tout à l'heure. Je mentirais si je disais que je t'en voulais, mais voilà tâche d'être plus intelligente la prochaine fois, histoire d'éviter les scandales. »

Ok. Alors là on nageait en plein délire. Ok, elle avait envie de rire à en cracher ses poumons. Elle réprima son fou rire. En fait, ce qu’elle aimait chez ce mec, c’était sa cavalière. Et si elle avait été plus sure de garder son travail, elle lui aurait roulé une pelle, la, au milieu de la salle a cette hétéro de merde, juste pour rire. Mais elle eut un doux sourire et un hochement de tête :

« Bien sur Mlle. Bass, veuillez m’excusez mes petits fours m’attendent. »

Puis se dirigea vers la cuisine ouverte pour l’occasion de l’autre côté de la pièce. Elle se retrouva a décorer le cupcakes pendant dix bonnes minutes, avant que sa collègue Karine arrive. Karine, elle était drôle, un peu rebelle avec ses yeux qui lançaient des éclairs et ses lèvres tartinées de gloss violet. Ses cheveux bruns attachés en queue de cheval lui donnaient un air mal réveillé qui fit frissonner Maya. Toutes les deux, elles avaient eu une longue aventure, et travaillaient maintenant dans les meilleures conditions possibles. Elles s’adoraient et riaient souvent avec de nombreux sous-entendus. « Alors on drague la blondasse, je te croyais plus maligne, ça se voit a cent mètres qu’elle est hétéro. » Maya eut un rire, et elle ne vit pas la blonde dans la salle quand elle éleva la voix discrètement, murmurant presque, sans prendre en compte les invités qui se fichaient vraiment d’elle et de Karine. « Tu rigoles ? Elle m’accuse de draguer son mec. » Puis elle eut un regard enjôleur envers Karine, prenant une voix sensuelle plus audible.

« Je suis une vile croqueuse de diamants et oh mon dieu j’aime les hommes riches. Je ferais n’importe quoi pour en mettre un dans mon lit. » Elle se tourna vers le bar, mettant les cupcakes sans lever le regard. « Tellement beau, comment puis-je résister ? Moi ? Maya la croqueuse d’hommes. »

Elle entendit Karine rire avant de se tourner vers Maya et se figer. Automatiquement Maya leva les yeux et se trouva nez à nez avec Dolce. *Et merde de merde de merde. Karine tu rigole je te tues.* Elle fusilla la brune de regard qui elle-même sortit de la pièce en riant presque. Maya fit son plus beau sourire à la blonde avant d’élever la voix, cette fois ci normalement.

« Mlle. Bass, que désirez-vous ? »


Oui, elle stressait, mais d’un autre côté, son sourire devenait vrai, parce qu’elle prenait conscience que ça n’allait rien arranger au mal entendu.





Oh ... Fuck it !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: You better work bitch °° PV Dolce   Mer 23 Avr - 2:00


You better work, bitch !

Maya cru préférable de ne pas répondre à Dolce. C'est vrai que c'était intelligent de ne pas vouloir entrer en conflit avec la fille de la femme pour laquelle nous travaillons surtout quand cette femme est Taylor Bass. Dolce haussa les épaule. Quelle trouillarde cette fille, elle n'allait pas la manger. Elle voulait juste un peu rigoler avec elle. Le jeune blonde fut très vite rejoint par Mme Nichols, une cinquantenaire toute botoxée qui adorait taper la discussion aux jeunes car d'après elle ça lui rappelait le bon temps. Pauvre femme, Dolce ne voulait en aucun cas finir comme elle surtout qu'elle venait de se faire larguer par son cinquième mari qui avait une douzaine d'année de moins qu'elle. Dolce ne pouvait s'empêcher d'avoir de la peine pour ses enfants. Quoi que cette femme était bien plus tendre que sa mère. « Alors ma chérie, on m'as dis que tu étais venu avec le fils de Sandra. Vous êtes ensemble? Tu peux me parler tu sais, j'ai beau paraître vielle, mais dans ma tête je suis encore une adolescente. » Dolce ne put s'empêcher d'esquisser un sourire. C'était officiel, cette femme était folle. Après une longue discussion pleine de rebondissement avec Madame Nichols, Dolce commençait presque à regretter Eliott et sa lourdeur. « Madame Nichols, je ne vous ai pas dit, il y a des petits fours au caviar exquis au buffet, il faut absolument que vous les goûtiez. » Il valait mieux la faire manger pour le bien des oreilles de la pauvre Dolce. Malgré le fait que Nichols ait contesté car elle était apparemment au régime, Dolce la poussa à venir avec elle au buffet.

Sauf que la bas, elle tomba une seconde fois sur son amie la serveuse en pleine discussion avec l'une de ses collègues qu'elle regardait d'une façon très spéciale... Elle la draguait? Non parce que Dolce ne regardait pas comme ça ses collègues. Cette fille ne pouvait pas être lesbienne. Elle était bi, oui voilà, elle était bi. Dolce roula des yeux elle se fichait de l'orientation de cette dernière ce qui semblait ne pas être le cas de Madame Nichols qui semblait être outrée par la relation que semblaient avoir les deux serveuses. La jeune blonde roula des yeux. « Je suis une vile croqueuse de diamants et oh mon dieu j’aime les hommes riches. Je ferais n’importe quoi pour en mettre un dans mon lit. Tellement beau, comment puis-je résister ? Moi ? Maya la croqueuse d’hommes. » D'accord, elle se moquait de Dolce ce qui ne manqua pas de la faire sortir de ses gonds. En temps normal, elle lui aurait sauter dessus pour lui montrer ce qu'elle valait, mais elles étaient en public et ça n'était pas décent. Elle inspira profondément pour se calmer puis elle fixa sévèrement la serveuse avant d'avaler sa salive et de lancer froidement : « Je disais à Madame Nichols que nous avions d'excellents apéritifs au caviar. Tu pourrais lui en ramener. » Dolce toussota en attendant que cette dernière s’exécute.

« C'est scandaleux, je dois en parlez à votre mère. » Dolce haussa un sourcil. « Madame Nichols de quoi parlez vous? » L’interrogea Dolce perdue. Elle savait que cette vielle femme était folle mais il y avait des limites. « Du comportement de ces deux jeunes filles, elle sont... » Dolce n'en croyait pas ses oreilles. Si il y avait bien une chose qu'elle détestait plus que les serveuses qui manquaient d'éducation c'était les homophobes. « Elles sont lesbiennes dites-le ce n'est pas une honte. Madame Nichols, si vous voulez rajeunir arrêtez d'être psychorigide et archaïque. On est libre dans ce pays, bordel. » Oups, elle allait entendre parler de sa mère celle là.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
MEMBRE DU MOIS + LA CLASSE
avatar
pseudo : Little bee
célébrité : Shay Mitchell
crédits : Alaska <3 // ATYGIFSFORME
messages : 368
je suis ici depuis : 17/04/2014

MessageSujet: Re: You better work bitch °° PV Dolce   Mer 23 Avr - 8:41


Dolce et Maya


Dolce n’était pas contente. Bon, peut-être qu’elle avait un peu abusée, mais elle ne savait pas qu’on trainait à côté des cuisines dans cette baraque. Elle avait provoqué la situation mais elle ne savait pas que la blonde était devant elle, ce n’était pas du jeu si elle la jouait sournoise. Ok, la mauve fois avait pris le dessus, Maya attendit que la blonde parle.

« Je disais à Madame Nichols que nous avions d'excellents apéritifs au caviar. Tu pourrais lui en ramener. »

Des apéritifs au caviar ? Jamais entendu parler. Mais soit, elle s’exécuta, s’apprêtant à rejoindre la grande cuisine derrière pour vérifier. Quand elle entendit la vieille femme si desséchée qu’on aurait presque crue a un mélange de vautour et de squelette. Elle parla une voix outrée si bien que Maya faillit se retourner pour lui dire ses quatre vérités.

« C'est scandaleux, je dois en parlez à votre mère. »


Ok si la chef en parlait a son patron la par contre elle était morte. Elle avait déjà fait parler d’elle en société pour avoir giflés quelques pervers et mit à terre deux trois mégères qui la saoulait. Mais de là à se faire renvoyée pour avoir parlé un peu fort. Les voilà revenus au Moyen Age. Elle n’avait jamais été fan des blâmes et des avertissements mais dommage que ça ne rapporte pas d’avantages fiscaux, elle aurait moins de problèmes de fric. Elle se résigna à se battre mais la blonde en remis une couche.

« Madame Nichols de quoi parlez-vous? »

*Si il vous ait, dites-moi qu’elle fait ça pour me narguer et qu’elle n’est pas définitivement aveugle* Si avec tout ça elle n’avait pas compris elle allait péter un câble. Et puis c’était en partie de sa faute a cette fille jalouse et possessive Maya était sûr qu’elle ne l’aimait même pas ce mec, alors que quand Maya était jalouse, c’était pas amour. Ne disons pas pur, il n’y avait rien de pur dans l’amour qu’elle portait a ses compagnes. Quoi qu’il en soit la n’était pas le débat elle continua a épier la discussion en rassemblant quelques verres à pieds.

« Du comportement de ces deux jeunes filles, elle sont... »

*Allez, dit le cocotte* Oui, dans son cadre familiale et son entourage ainsi qu’en dehors elle avait honte, mais ca faisait bien longtemps qu’elle avait appris qu’au boulot, il fallait être fière de tout chez soit si on voulez garder la vie sauve. Elle se contenta de hausse maigrement les épaules, ce genre des personnes avaient peur de ce mot, comme si il était bannit de leur vocabulaire. En fait, n’y avait pas trop de différence avec sa famille a part tout ce luxe. Oh les fêtes chez elles, ils dansaient pieds nus dans leurs robes faites mains sur les tables dont les nappes de différentes couleurs poussait au rire et à la joie, la musique débordante, la nourriture copieuse et le vin de France rendait ces moments si beaux, si beaux ! Les gens parlaient forts et les amis chantaient jusqu’à l’étouffement... de rire. Comme elles sentait bien la bas. Rien que cela fit sourire.

« Elles sont lesbiennes dites-le ce n'est pas une honte. Madame Nichols, si vous voulez rajeunir arrêtez d'être psychorigide et archaïque. On est libre dans ce pays, bordel. »

La jeune femme sursauta, oula, cette fille était décidemment électrique, mais Maya devait li valoir d’être sincère, bon, elle marquait un point dans son estime. Mais ce n’était plus ses affaires. Au tour de Jamie d’arriver. Ce gars avait la bonne quarantaine, père de deux enfants ils étaient chargé d’eux. Il organisait la soirée et faisait en sorte que tout se passe bien, il adorait Maya, mais passait plus de temps à l’engueuler qu’à rire avec elle. Il se mit a sa hauteur et lui attrapa le bras, murmurant au près d’elle à voix basse, bien qu’on put lire de la colère dans ses yeux avec... une pointe d’amusement il fallait l’avouer.

« Tu m’emmerde Maya. Mais a un point. Va décharger les caisses derrière et frappe personne idiote. »

Elle ne répliqua pas et l’entendit juste enchainer avec les deux femmes. Elle devina qu’il faisait comme d’habitude, ouvrir grand les bras, étaler son sourire et parler aux deux femmes. Autrefois fils d’un homme, riche, il avait tout perdu aux jeux, sauf son rang social, il se chargeait alors aussi et surtout des invités.

« Mlle. Bass, vous devriez prendre l’air sur le balcon. » Elle commença à sortir au moment où il s’adressa a la vieille folle. « Et vous Mme, sachez que Mme. Bass sera mise au courant de cet évènements et que cet incident ne serait pas oublié. »

Elle commença à sortir quand elle croisa le dernier serveur de leur bande, quoi qu’elle n’ait pas croisée Jennie. Il se nommait Ben et il venait du plus bas de la société. Fils de dealeur et de prostituée, il s’en sortait en escroquant des jeunes femmes après les avoir mises dans son lit et en travaillant comme il pouvait. Ce qui faisait de Maya sa seule amie féminine. Il ne s’entendait pas avec le reste des filles de la bande, jugé trop immature et instable pour être leur ami. Quand elle le vit rire, elle comprit qu’il savait.

« Joli Maya je dois dire. » elle eut quand même un sourire. « Oh la ferme toi. » il lui fit un clin d’œil avant de lui sortir un habituel : « T’as pas pris tes médocs ? » En plus d’être un sujet permanent de ragots, la dépression de Maya faisait bien rire l’équipe. « Non justement je vais prendre des calmants la, avec mes antidépresseurs, une bonne bouteille de vodka pomme, une cigarette et un rail de coc. Peut-être qu’après je coucherais avec Karina en plein grand salon je ne sais pas encore. » Il eut un rire. « C’est gore ton truc. Couche avec moi plutôt. » ca eu le don de la faire rire.

Elle sortit en souriant, cachant son énervement. Une fois dehors, elle vit le camion s’éloigné au loin. Les cartons sur le bords, elle devait tout trier par ordre de valeur et tout ramener dans la grande cuisine en faisant la tour de la maison pour tous les cartons, afin de ne pas les exposez aux riches invités. Elle passa une main dans ses cheveux attachés et emmêlés avant de shooter dans une pile de carton vides. Elle avait le temps de tout trier, ca allait vite, mais elle avait peur de perdre ce job. Elle devait se calmer avant de faire un massacre et terminer cette soirée chez elle et non pas au poste de police.

« Je dois garder mon job ou je vais me faire expulsée. Je dois garder mon job, ou je vais être ruinée. Je dois garder mon job ou finit le rhum. Je dois garder mon job ou je pourrais plus payer mon psychiatre. Je dois garder mon job ou ma sœur va me tuer. Je dois garder mon job ou je peux plus payer mes médicaments, je dois garder mon job, un point c’est tout. »

Brève signe de crois et elle était calmée. Se ramener a la réalité était ce qu’il y a avait de mieux dans ces cas-là.





Oh ... Fuck it !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Contenu sponsorisé »

MessageSujet: Re: You better work bitch °° PV Dolce   

Revenir en haut Aller en bas
 

You better work bitch °° PV Dolce

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ¤~~You still have lots more to work on~~¤
» Au fait, pour ta gouvernante, quand y a une prise d’otages, c’est pas la police qu’on appelle, c’est le FBI ! ~ ernesto benjamin dolce
» Recherche d'un adversaire Paris Saint Lazare
» Magic Work - Les bizarr'Sisters
» Aieuh ! Oh pardon,j'tavais pas vu ! [PV DOLCE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BURIED SECRETS :: LAST KISS GOODBYE :: les archives :: rps terminés/abandonnés-