AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
le forum est enfin ouvert, rejoignez nous ! on vous attend avec impatience.
n'oubliez pas de voter toutes les deux heures.
mais aussi de laisser une trace sur bazzart pour qu'on soit toujours au top.

Partagez | 
 

 Give me love [Hayslinn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
« Invité »

MessageSujet: Give me love [Hayslinn]   Mer 23 Avr - 21:04


Le magasin de musique à sonner hier sur le gsm qu’il a enfin récupéré. Ils ont enfin fini sa commande. Un moment de répit pour profiter du peu de liberté qui lui reste. Depuis qu’Aislinn est à l’hôpital, il n’a plus vraiment de moment à lui, celui où ses parents, surtout son père, ne sont pas sur son dos. Aislinn enceinte. C’était la nouvelle à éviter avec son père et leur film accidentel diffusé un peu partout sur internet. Les mots ont dépassés la pensée à plusieurs reprises. Surtout de son côté. Il sait bien qu’il aurait dû éviter de le traiter de pervers qui feraient bien de retourner se branler sur leur vidéos s’il voulait s’assurer que le bébé n’était pas le sien. Il n’a jamais été assez con pour lui assurer qu’elle était protégée lors de sa première fois. Il a pris les mêmes précautions qu’avec les autres. Il n’est pas aussi irresponsable, il sait s’y prendre pour ne pas engendrer toute une descendance dont on ne serait dénombré sa progéniture. Il y a bien eu tête qui a voulu apaisé les accusations en le défendant mais les suspicions se sont juste dissipées légèrement au lieu de disparaitre. Et puis de Tate, il ne veut plus rien. Il pourrait bien crever devant lui qu’il ne bougerait pas le petit doigt. C’est sa faute toute ça. Le départ d’Aislinn, son exclusion du club de rugby, les embrouilles avec ses parents,… La tentative de suicide de la brunette aussi, ça doit être sa faute en partie. Il ne doit pas y avoir eu que ses relations avec une autre qui l’ait poussé aussi loin. Peut-être qu’il se voile la face mais il préfère se dire que ce n’est pas sa faute, c’est plus facile. La guitare qu’il a fait réparer après l’avoir détruite est son symbole de réconciliation, on efface tout et on oublie. Un nouveau départ pour celle qui a pris trop d’importance en quelques mois. Elle n’aurait pas dû répondre à ses avance, ça aurait été plus facile, chacun ses soucis et on ne les mélange pas. Pourtant son cœur bat baigné dans l’inquiétude en pensant à celle qui lui est chère. C’est bien pour elle qu’il a grappillé des minutes de liberté en allant chercher sa guitare. Le bien camouflé dans l’étui, il est passé outre les regards quand il est rentré. La porte de sa chambre fermée à clé, il n’est pas prêt de la repartager un jour avec sa sœur. Il a pris le temps de l’accorder, avant de jouer quelques accords dessus. La première mélodie qui lui passe par la tête, il n’est pas vraiment doué quand il y a plus de cordes que nécessaire. Ca passe le temps. Ça laisse les minutes défiler à un rythme refreiner. Il a fini par s’endormir, son présent à côté de lui. Assez d’imagination pour penser qu’Aislinn se trouve à la place de l’instrument.

Seulement elle n’est pas là, elle est bien plus loin. Il n’a d’ailleurs pas attendu que tout le monde quitte la maison pour le faire. Il n’a pas vraiment prêté attention à la famille aujourd’hui. Il s’est laissé diriger vers l’hôpital avec l’étui qui ne lui appartiendra plus longtemps et un sac à dos. Il aurait surement pu trouver la chambre rapidement et y trouver son nouveau refuge bien plus chaleureux que celui qu’il garde pour lui, malheureusement il a fallu qu’il croise une infirmière. Expliquer la raison de sa présence à sept heures du matin, sans avoir un lien de parenté évident et surtout la convaincre avant qu’elle ne cède le précieux numéro vers lequel ses jambes ont envie de se précipiter. Ca ne tarde pas à arriver, sa main vient toquer à la porte de manière à peine audible, il ne veut pas la réveiller si elle dort toujours. Il ouvre doucement la porte, le pas léger. Il trouve une place pour l’instrument près d’une table. Mais c’est trop loin d’Aislinn, il préfère de loin la chaise à côté de son lit. Il n’a pas de mal à trouver la main de la brunette qui se fait rapidement entouré de la sienne. Il la serre avec le début d’amour qu’il lui a avoué. Le menton sur le matelas, il observe juste celle qui a créé un vide à la maison. Et encore une fois le temps passe. Il court, il défile,…Il n’a pas vraiment bougé de peur de la réveiller. Seuls quelques baisemains sont venus se déposer sur sa peau. Une preuve qu’il est là. Ce matin ne se passera pas en solitaire. Même si ce n’est pas le premier jour qu’il est venu lui rendre visite, ça reste le premier où il vient sans surveillance parentale. Il est assez patient pour la laisser dormir. Attendre qu’elle ouvre un œil, puis deux pour lui sourire tendrement et lui offrir un petit « Hey… » sans avoir levé la tête. Elle est enceinte. Ce n’est pas le sien. Il a envie de lâcher le morceau. Ca lui brûle déjà la langue mais il ne peut le dire de but en blanc. Il n’y a qu’une phrase stupide qui traverse ses lèvres, pour empêcher le reste de trouver les oreilles de la brunette en lui dévoilant le secret qui la touche le plus. « Comment ça va ? ». Son pouce vient frotter amoureusement le dos de sa main dans toute la tendresse dont il peut faire preuve. En réalité, il est juste nerveux. L’amour n’est qu’une magnifique couverture incontrôlable.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: Give me love [Hayslinn]   Ven 25 Avr - 11:59



« J'ai l'impression que, si je te perds un instant,
Je te perds pour toujours. »

« Tu peux pas me laisser encore… Je t’aime. » Elle a écrit ses mots dans un coin de sa tête, elle les a même griffonnés dans son coeur. Elle ne s'attendait pas à les entendre, pas de lui. Il devait la détester, il a prouvé à mainte reprise qu'elle n'était qu'une erreur, et qu'il voulait oublier. Elle a pris chacun de ses gestes tels quels, elle a pris chaque mouvement, chaque regard qu'elle n'a pas eu. Elle était partie, loin. Il est en droit de la haïr, c'en est presque une obligation. Elle est maladroite, elle ne sait pas comment faire pour être comme il faut, pour être bien. Elle ne sait pas. Mais les mots reviennent à la charge quand elle pense qu'elle devrait sauter de dernière étage, ils reviennent sans cesse. Quelque chose à faire comprendre, quelque chose qu'elle n'arrive pas à comprendre. Elle essaie, et son coeur s'emballe à chaque fois que ces huit mots reviennent. C'est une corde de sortie. Invisible, intouchable, mais c'est la sienne, c'est la sienne depuis que ses yeux ont décidé de s'ouvrir. Depuis que les choses ont pris une tournure qui ne lui plaise pas. Son coeur sait qu'Hayden l'aime, et ça l'emballe un peu plus fort. Elle est idiote, elle ne devrait pas y croire. Elle n'est pas assez bien pour lui. Si elle n'est pas assez bien pour Tate, elle n'est pas assez bien pour les autres. Son frère, avec un savoir dont elle ne connaissait pas, est passé au bulldozer dans son coeur, et la détruit, alors qu'elle ne tenait plus beaucoup. Elle avait cru que tout s'arranger, avant de sombrer un peu plus dans la folie. Dans sa propre folie. Cela reste le plus effrayant, tomber dans un monde qu'elle ne connait presque pas, et se rendre compte que c'est elle qui l'a construit. Construire sa folie, ça reste le plus effrayant. Mais on perd le contrôle, on se perd en cours de route. Comme tout le temps avec elle. Elle a peur, elle fuit sans cesse parce qu'elle ne sait pas quel chemin prendre, parce qu'elle ne sait pas quel direction prendre non plus. Dans un lit qu'elle ne connait pas, elle ne sait plus quoi faire.

Surtout quand  le grand-méchant loup prend les traits d'une femme qu'elle ne pensait pas revoir, les traits d'une femme qu'elle ne pensait plus voir. Sa mère, sous ses traits de femmes, présentent de griffes et de grandes dents, prête à s'en servir dés que l'occasion se présentera. Elle ne veut pas affronter ce monstre, elle ne voulait pas. Trop tôt, trop tard. Dans un lieu trop petit, avec trop de gens face à sa faiblesse. Elle n'a pas réfléchi, elle a pris les marches de la révolte. Aislinn a dit non. Non à son retour, non à tout le reste aussi. Le refus de quitter cette famille qui a pris place dans la chambre froide d'hôpital. Cette famille qui n'a pas hésité à la reprendre quand elle est partie. Quand elle est partie ... Elle se demande si, au fond, elle ne lui ressemble pas de trop. Elle est partie, comme elle, parce qu'elle n'avait pas de valeur aux yeux des autres ,parce que Tate lui a dit que c'est la meilleur chose à faire, elle partit, parce qu'elle n'avait pas eu le choix, pour que le reste du monde soit heureux, sans elle. Elle est partie, comme sa mère, dix-sept ans plutôt. Elles sont parties. Lui ressemblait l'a met encore plus hors d'elle, et entre ses lèvres, le son avait trouvé son chemin, elle voulait qu'elle souffre. Parce que sa famille, c'est les Salander et non pas un fantôme de son enfance. Le refus toujours présent dans son corps, elle a voulu la faire fuir, mais elle revient toujours, avec ses ça va, tu n'as besoin de rien. Et Tate qui se blottit dans l'apparence fantasmagorique d'une mère qu'elle ne sera jamais plus. C'est une trahison qui a voulu à son frère de ne plus mettre les pieds dans cette chambre. Le corps dans les bras frêles et immondes de sa mère, et l'oublie de tout la douleur qu'elle a causé, et ses propres sacrifices l'ont mis hors d'elle, la petite Aislinn.

Mais les quelques jours qui viennent de passer n'ont pas tourné autour d'elle ou de Tate, elle ne s'est pas retrouvé seule de longues heures. Pourtant, elle arrive à dompter la solitude, elle arrive à y trouver sa place dans cette mer, elle le faisait avant les Salander, la brunette n'a pas perdu pourtant de cette capacité. Même si le temps ne file pas assez vite quand on est seul, qu'il reste là, droit devant nous, et nous narguer. Il prend la forme d'une punition face à sa volonté de mourir. Il prend cette forme dont elle rejette sans cesse, elle ne veut pas être punie pour un moment de faiblesse. Elle ne sait pas à qui se plaindre, elle ne sait pas à qui porter réclamation, alors, elle accepte en silence la punition qu'on lui octroie jusqu'à ce que la porte de sa chambre et trouver Katarina, Drew et Hayden dans cette espace restreint. Ils ont donné l'impression de cacher quelque chose les premiers temps, mais elle est passé au-dessus, ils devaient être gênés, ou ils se sentaient obligés de venir, ça doit être pour ça que le fils majeur n'a pas daigné lui laisser entendre sa voix. De son corps frêle, elle a souvent trouvé le réconfort dans les draps de l'hôpital, elle ne voulait pas être un fardeau, mais elle en avait tout l'air. Le hic ? C'est qu'elle aimait chaque personne présente dans cette pièce, et elle ne veut pas leur briser le coeur à nouveau, ni le sien d'ailleurs. Elle est restée fidèle à elle-même, elle n'a pas dit un mot de trop, mais elle n'est pas restée silencieuse non plus. Mais le froid présent à chaque visité l'a toujours autant inquiétée. Cela doit être de sa faute, elle ne fait que des erreurs, surtout que celle-ci équivaut à la plus grosse. Elle a fait une erreur, et elle essaie d'y faire face.

Erreur qui la hante dans ses rêves, dés qu'elle arrive à dormir, elle en fait des cauchemars, elle se réveille souvent la nuit. Mais aujourd'hui, elle a l'impression qu'à ses côtés, il y a une présence rassurante, quelque chose qui apaise son coeur, et qui rend la fin de son rêve tout autant agréable que le contact qu'elle perçoit non loin d'elle. Mais Morphée en est jaloux et la garde à ses côtés un moment, un long moment même. Elle ne se réveille quand celui-ci est las de la voir lutter pour mettre un nom à la personne à ses côtés. Elle se réveille doucement, et son regard tombe sur un sourire tendre et chaleureux, avant d'entre la voix rauque d'Hayden, elle lui rend son sourire, sa façon à elle de lui dire bonjour. Et à le voir là, ces mots reviennent, ils prennent place à nouveau dans son coeur, et dans sa tête. Elle se contente de sourire, un peu dans le gaz, et légèrement dans son sommeil. Ce n'est qu'à la deuxième fois où Hayden parle qu'elle arrive a trouvé le son de sa voix : « Ca va, et toi ? » Un murmure, avant de laisser de la place pour qu'il s'allonge avec elle. Demande silencieuse qui trouve une réponse rapide. Quand elle sent Hayden dans le lit, elle se blottit contre lui de suite. Elle reste près de lui, en attrapant à nouveau sa main. Elle joue avec ses doigts, songeuse. Son je t'aime tambourine son coeur avec violence, et elle cherche à lui faire comprendre, elle a envie de le lui dire, mais au lieu de susurrer son amour à son oreille, elle trouve une parade. « Tu  me manques ... » Une façon de lui faire comprendre qu'elle sent que quelque chose se passe entre les Salander, et aussi de lui dire qu'elle ne veut pas qu'il s'en aille vite. Elle a envie de lui, à ses côtés. Et d'entendre son coeur battre pour le sien. C'est lui qui l'a sauvé. Physiquement, et psychiquement, elle le regarde, et déposé un baiser sur le nez. « Merci pour ... ce que tu as fait ... Je te demande pardon. » C'est le seul qu'elle demandera pardon, c'est le seul qu'elle a le plus blessé.


PYJAMA:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: Give me love [Hayslinn]   Ven 25 Avr - 20:04


Elle a des traits paisibles quand elle dort. Il ne pense pas déjà les avoir vu avant. Soit il n’était pas attentif à son état, soit elle ne l’a jamais été. Il aime bien la voir comme ça. C’est réjouissant quand les choses ne vont pas aussi bien qu’elles devraient. L’apaisement qu’il ne trouve plus vraiment à la maison se trouve à devant lui, pendant les minutes ou les heures où ses yeux restent rêveurs face à l’objet de ses désirs. C’est dur de croire qu’il a réussi à lui dire tout l’inverse de ses sentiments pour créer un rempart ou plutôt un fossé contre l’amour. C’est encore plus difficile d’imaginer qu’elle soit tombée dans le panneau. Ça doit être la seule qui n’a rien vu. Elle était peut-être partie trop loin pour remarquer quoi que ce soit. Il ne veut pas savoir, il se laisse juste bercer dans un état entre l’éveil et le sommeil. Si ce n’est pas elle qui le rejoint, ce sera lui. Bien que les mouvement continu de son pouce sur sa main lui permette de garder les yeux ouvert sans trop d’effort. Il n’y a que ses pensées qui décollent vers un monde entre deux. Un monde où rien ne cloche et où il aurait réussis à parler à Aislinn les jours précédents, malgré la présence de son père. Seulement ce n’est pas le cas et sa manière de la saluer dès ses yeux ouverts ne semble pas lui plaire. Elle doit lui en vouloir d’être venu en spectateur silencieux. C’est à son tour de ne plus dire un mot. Il est éveillé depuis longtemps, lui. Ses pensées ont le temps de défiler dans sa tête à toute allure. Il en oublie que ça ne doit pas être le cas de la jeune femme et qu’elle n’a sans doute pas eu le temps de réfléchir à une possible vengeance. Et puis il y a ses yeux qui croisent son ventre. L’idée qu’elle pourrait devenir maman à cause d’un autre le rend fou. Il aurait préféré que les accusations les concernant soient vraies plutôt que de se retrouver dans cette situation. Il ne sait pas quoi lui dire pour camoufler cette inquiiètude. Quoi sortir qui ne trahirait pas ses pensées ? Il ne sait pas , il sort des banalités. Celles qu’il pourrait demander à un inconnu. C’était soit ça, soit lui parler du beau temps. Il aurait sûrement dû partir sur ce sujet. Ouais, ça aurait été plus simple. Son regard se perd d’ailleurs sur la fenêtre. Il y a du soleil aujourd’hui et seule la voix de la brunette en bruit de fond. Elle le tire d’une autre réalité. « T’as pas de nausées ? » Et merde. Mauvaise question, il n’aurait pas assisté aux nombreuses tentatives de grossesses raté que sa mère a faites. La gêne vient doucement prendre place sur ses traits. « Enfin, non. Oublie, je pensais à autre chose. Pardon… » Il n’a pas le temps de répondre sincèrement à sa question qu’une place dans le lit se libère. Il aura bien besoin de ça pour lui parler de la situation familiale. Un peu de courage trouvé au fond de ses bras. Il vient se coucher près d’elle, un bras sur sa poitrine pour laisser trainer sa main distraitement sur son ventre. Il n’a pas besoin de se distraire avec des mouvements dû au stress, ses droits exerce déjà un ballet sous les commandes de leur directeur artistique. Ca l’empêche d’être distrait cette fois-ci. « C’est tendu à la maison depuis que t’es enc-ici. Eli tape sur les nerfs de maman à force de demander pour te voir. Elle a peur que tu fasse comme Tate et que tu parles d’une autre famille… Elle croit que t’es parti ailleurs, malgré ce qu’on lui dit. On lui a fait un calendrier avec maman, pour qu’elle sache quand tu reviens. » Eviter le comment ça va trop direct, éviter de parler de son père, éviter d’énoncer les problèmes quand elle doit déjà en avoir d’autre. Il lui offre juste un petit sourire pensif à la description de la vie familiale. Il ne veut pas s’y perdre avec elle. Ils sont bien mieux à deux, sans personne pour les embêter. Il devrait vivre comme ça. Pas besoin de prouver son amour par les mots, il n’y a rien pour le mettre en doute. Il ne cherche pas à le faire. Le simple fait de la voir dans cette tenue sans tenter quoi que ce soit ou faire de réflexion déplacé prouve assez qu’elle n’est pas un simple passage dans sa vie. « Profite de la journée gratuite en ma seule compagnie que je t’offre. » Un rire s’échappe de ses lèvres. Il a l’impression que ça fait une éternité qu’ils ne se sont plus vu seuls. Et ça aurait surement encore duré s’il ne s’était pas faufiler sous l’autorité parentale. Les savoir rien qu’à deux ne rendrait son père malade, il en est sûr. Et heureusement qu’il n’est pas là pour voir le sourire qui prend un peu plus de place lorsqu’un baiser trouve son nez. On dirait un enfant qui a grandi trop vite. « Je le referais si il faudrait… Tu m’as fait peur. » Une main toujours sur son ventre, il vient poser l’autre sur la joue de la jeune femme, ses lèvres suivant le chemin à la recherche de leurs jumelles. Aussi douce que dans son souvenir. Il ne veut plus penser à ses excuses, elle les a déjà dits, il l’a déjà pardonné. Il faudrait qu’il demande pardon pour ses torts à lui aussi s’il s’y attarde. « Je veux pas oublier le gout de tes lèvres, ça fait longtemps que je les avait plus goutée. » Il lui offre un petit sourire charmeur, avant de replonger à la recherche de son contact. Il en a besoin juste un peu. Quelques secondes de plus pour trouver le courage de lui demander « Tu resteras avec moi-même si y a des imprévus ? » d’une voix mal assuré. Il ne veut pas qu’elle s’éloigne à cause d’un enfant qui n’est pas à eux. Il ne peut pas la voir partir comme ça. Il a encore besoin de sa chaleur. Il vient seulement de se rendre compte de ses sentiments. Il a peur. Peur de se retrouver seule. Elle comble le manque d’assurance bien dissimulé jusqu’à son arrivée dans sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: Give me love [Hayslinn]   Lun 5 Mai - 18:44



« J'ai l'impression que, si je te perds un instant,
Je te perds pour toujours. »

Le sommeil a quelque chose de doux, d'apaisant, de tendre. Quelque chose qui réconforte, mais elle n'arrive pas, à se pardonner son geste. Laisser tout tomber, comme une lâche. Au fond, c'est ce qu'elle doit être, une lâche, quelqu'un qui ne mérite pas, quelqu'un qui fuit tout le temps. La fugue, et tout le reste. Elle est lâche, et tout son subconscient lui montre qu'elle ne peut pas fuir, qu'elle ne peut pas aller au delà de tout le reste. Chaque geste, mot, chaque parole, tout retombera sur elle, pour la moindre erreur, la moindre incartade. Tout lui sera rappeler au moment du jugement dernier. Mais ces rêves de cette nuit on eu une lueur de tendresse, quelque chose qui fait battre son coeur, un peu plus fort, quelque chose qui arrive à la tirer de Morphée plus rapidement que les autres fois, et ce n'est pas le silence qui lui tiendra compagnie. Le réveil est doux, tendre, il lui fait un peu plus battre son coeur. Elle pensait qu'il lui en voulait, qu'elle lui a trop fait du mal pour qu'elle puisse à nouveau lui parler, passer du temps avec lui. Elle aimerait tellement se faire pardonner, elle aimerait tellement qu'il comprenne aussi, tout ces mots qu'elle ne sait pas dire, tout ce dont elle s'en veut, tout ce dont elle veut se faire pardonner. Pardonner de ses erreurs, de lui avoir briser le coeur, de lui avoir aussi laisser tomber. Pardonner, c'est quelque chose qu'elle n'y croit pas, qu'elle ne veut pas non plus, dans le fond, elle sait qu'elle ne mérite le pardon de personne, et encore moins celui d'Hayden. Elle brise tout ce qu'elle touche. Elle pourrait être la fille de Midas. Il lui a à peine parlé depuis qu'elle est ici, elle a repoussé son frère, et Katarina et Drew parfois, par moment, parce qu'elle ne veut pas qu'ils lui pardonnent pour tout le mal qu'elle a pu faire. Elle ne mérite rien d'eux. Elle ne fait que reproduire le schéma de sa mère. Partir, et ne pas revenir. Mais la présence d'Hayden à ses côtés la rassure, un peu, beaucoup. Il est là, et les mots dit précédemment restent présent dans son cerveau et dans son coeur, elle a envie de lui dire qu'elle aussi, qu'elle l'aime, qu'elle ne voulait pas partir, qu'elle ne voulait pas le laisser. Elle ne sait plus pourquoi elle a fait ça, elle ne sait plus pourquoi elle est partie, pourquoi elle a voulu laisser son corps dans un cercueil. Hayden est là. C'est tout ce qu'il compte. C'est Hayden, pas un mirage. C'est lui. Et le son de sa voix la rassure, elle esquisse un sourire en répondant à sa question. Oui, ça va. Il est là, oui, ça va, tu es là. Mais juste un oui sort d'entre ses lèvres. Elle a envie de dire ce qu'elle a sur son coeur, mais elle pense que ça le ferait fuir, que c'est trop d'une fois. Elle pense que ça le rendra distant. Elle se perd doucement dans ces mots qu'elle n'arrive pas à dire jusqu'à ce qu'il parle de nausées. Ce n'est pas la suite qui lui fera oublier, elle lâche un léger rire sans méchanceté. Elle ne devrait pas avoir de nausées, ils lui ont fait un lavage d'estomac. « Je .. Je pense pas ... non. Ils ont fait un lavage d'estomac. Fin, ça tu le sais. » Elle n'a pas envie d'entrer dans les détails de ce qu'il s'est passé, des mots qu'elle a pu sortir. C'est juste une erreur, une simple et toute petite erreur, non ? Elle est là. Il est là. Quand il prend la place dans le lit, elle le regarde, elle laisse le temps leur voler des secondes précieuses, du temps qu'ils perdent, mais dans le silence, ils se retrouvent, ils retrouvent ce qu'ils ont laissé derrière, ce qu'elle a tenté de détruire. Elle se perd de nouveau, mais la voix d'Hayden la ramène doucement à la réalité, à leur réalité. Elle écoute parler d'une vie dont elle est spectatrice, le temps qu'elle se trouve ici, le temps qu'elle est ici. Ses mouvements de doigts la rassure un peu plus. Elle les regarde, avant d'essayer de lui arracher un sourire, avec un phrase à semi-drôle. « Ce n'est pas en faisant de dessins sur le ventre que tu feras apparaître un bébé ! Mais elle n'a pas à s'inquiéter ... Je la laisserai pas. Fin, je veux dire que je .. je ne vous laisserai plus. Eli, Katarina, Drew et toi, vous êtes ma famille. Eli s'inquiète pour rien, Drew a du lui dire, non ? Je lui ai dit que ... Je voulais rester avec vous ... » Une lueur inquiète dans les yeux, Drew a du lui dire. Elle lui a dit qu'elle ne voulait pas d'une autre famille que celle-ci, que malgré les nombreuses déceptions, elle tenait à eux plus que tout. peut-être qu'elle n'est pas ce qu'il faut, qu'elle n'est pas celle qu'il faut, qu'elle est aussi une erreur, elle sent son coeur se serrer. Elle ne sait pas pourquoi ça la touche plus qu'elle ne devrait, plus qu'elle le pense. Elle reste pourtant le coeur serrer, elle se contente de chercher le contact d'Hayden. Elle ne doit pas penser au reste. L'homme de sa vie est face à elle, et elle doit se concentrer sur ça, sur ce qu'il offre comme temps pour elle, que ce qu'il lui donne comme temps pour elle. Il est là, et l'atmosphère prend des allures moins dramatiques, moins tragiques. Elle le regarde, avec cette lueur tendre qui prouve tout son amour, elle aime lui faire des petits bisous sur le nez. C'est un peu sa façon de lui dire qu'elle est là. Et quand il parle de journée qu'avec lui, elle lui en offre un deuxième, avant de le regarder avec tout l'amour dont les mots n'expriment pas. Mais elle demande pardon, elle lui dit qu'elle regrette. Elle ne sait pas quoi dire non plus, elle attend une réprimande, mais ça n'a rien d'un réprimande, ça n'a rien de quelque chose qu'on reproche. La brunette le regarde, en souriant doucement. « Tu n'auras pas à recommencer, Hayden. J'ai plus envie de te faire souffrir, tu mérites pas tout ce que je t'ai fait, je comprends même pas pourquoi tu me pardonnes. » Elle lui fait un léger sourire plein d'excuse. Elle ne sait pas trop quoi dire, ou plutôt, elle prend tout les torts pour elle, elle ne veut qu'il parte parce qu'elle n'assume pas ce qu'elle a fait, parce qu'elle l'aime. C'est les lèvres d'Hayden qui fait partir ses mauvaises pensées. Ses lèvres contre les siennes, elle répond avec tout le manque et la tendresse qu'elle ressent pour lui. Et aussi tout l'amour dont elle est capable. Juste ses lèvres contre les siennes, et Hayden à ses côtés, tout ce qu'il lui faut pour trouver du courage, un peu plus. Elle en quémande encore quand il rompt le contact, mais elle ne demande pas. Elle reste là, à le regarder. Elle est amoureuse de lui, et elle ne veut pas que ce soit une amourette d'adolescence. Elle voit peut-être en grand, mais elle veut construire quelque chose de solide, de vrai. Quelque chose sur quoi elle peut se raccrocher. « Tu n'auras plus à les oublier. » Un sourire semi-tendre, et l'autre moitié coquin. Juste pour lui faire comprendre que les choses vont changé. Elle sent sa main attrapé la sienne, et la serre doucement. Elle plonge ses yeux dans les siens, et si elle s'attend à quelque chose de grave, elle ne s'attendait pas à ce genre de question. Elle serre un peu plus fort sa main, elle ne dit rien, un moment, elle ne cherche pas ses mots, elle sait ce qu'elle va dire, elle apprécie juste cette démonstration d'affection, ou juste cette question qui prouve qu'il tient un peu à elle. « Les imprévus font parties de la vie, non ? Ce n'est pas ça qui va me faire partir, ni que je te laisserai partir. Je sais que ... que j'ai fait beaucoup d'erreurs ces derniers-temps, que j'ai pas su gérer plein de trucs. Je ne t'ai même pas rendu la moitié de ce que tu m'as donné. Je .. Je voulais te dire que ... je t'ai entendu dans la salle de bain. Je t'aime aussi Hayden. Quoi qu'il se passe, j'ai pas envie de te laisser. »


PYJAMA:
 
[
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: Give me love [Hayslinn]   Dim 11 Mai - 8:55


Ses gaffes sont passé inaperçues ou presque, juste assez pour qu’elle ne soulève pas les incohérence et il ne sait pas s’il doit s’en réjouir ou non. Il n’a pas envie de lui dire pour bébé, il préfèrerait éviter de laisser échapper le moindre mot à ce propos. C’est ce qu’il fera, il laissera le lui annoncer en douceur, le temps qu’elle sorte de l’hôpital, il lui restera le temps de prendre sa décision concernant le petit être dans son ventre. Il sera loin quand on lui annoncera, il ne veut qu’elle l’accuse à son tour. Les parents c’est surmontable mais si Aislinn s’y met avec, il n’y aura plus rien pour essayer de rattraper les choses. Dans sa chaleur, il se sauve comme il le peut. Mais la brunette n’a pas envie de le laisser couler dans l’oubli. Elle le fait remonter à la surface des responsabilités d’une simple phrase qui se voulait drôle mais qui reçoit à la place un regard sévère. Il a envie de lui crier qu’il sait comment on fait les bébés et qu’elle aurait mieux fait de l’apprendre à celui chez qui elle s’est réfugiée. Elle n’était pas consentante mais il ne peut réprimer un fond de jalousie qu’un autre est eu l’audace de la toucher. A moins que ce ne soit de la rancœur et de la colère à l’égard de son violeur. Il ne sait pas, avec elle c’est comme il apprenait à vivre et à découvrir les sentiments censé être banales pour tous sauf lui. Mais si ce n’est son regard, il reste calme et détendu les bras serrés un peu plus fort contre elle. Il ne peut pourtant pas s’empêcher d’oser les épaules à la question sur son père. « Il a sûrement dû le faire mais elle veut te voir. Elle s’en fiche de ce qu’on dit. Y en a que pour toi depuis qu’elle te connaît. » Il laisse échapper un rire, c’est un fait. Depuis la rencontre avec Aislinn, c’est le nom voir même le mot qu’elle a dû le plus utiliser de sa vie. Elle est où , elle fait quoi , elle peut m’aider à faire mes devoirs,… Ils ont tous dû y passer en oubliant l’importance des autres membres de la famille. Ils sont devenus les quatres fantastique dont une superhéroïne et trois hommes invisibles pour Eli. D’un côté ça l’a arrangé, il a eu sa mère rien que pour lui mais de l’autre, il ne veut pas partager la brunette non plus. Sa sœur proche de leur père, voilà ce qu’il aurait fallu. Ca l’aurait sûrement arrangé à lui aussi d’entendre plus souvent qu’elle se mariera avec lui plus tard plutôt qu’avec Aislinn. Tel père, tel fils , ils sont tous les deux resté des gamins jaloux. Hayden ne fait que répéter le cinéma qu’il faisait à chaque fois que sa mère est tombée enceinte. Aislinn est sa nouvelle proie. C’est à elle qu’il s’accroche et qu’il s’accrochera dorénavant. Qu’il ne lui ait pas dis je t’aime pour rien. Même s’il espère toujours qu’elle n’ait rien entendu. Malgré le rappel constant de ce qui s’est passé quelques jours plus tôt. Et s’il l’a laissé prendre toute la culpabilité et les responsabilités jusqu’ici, il ne s’en sent pas totalement à l’écart non plus. « C’est un peu a faute aussi. J’aurais moins dû t’ignorer. Et puis… j’aurais pas dû amener une fille à la maison. C’était pas juste pour toi. » Son regard s’est un peu détourné de la brunette. C’était pas fair-play de lui voler sa première fois et de repartir juste après avec une autre femme. Même si elle était là avant et que ce n’était qu’un lot de consolation. Aislinn ne mérite pas d’être traité comme un objet ou un chien dont son regard s’est désintéressé. Ses lèvres viennent chercher leur complice à la suite de sa main qui caresse la joue de sa désirée. Son sourire se fait légèrement amoureux, alors que la lueur dans ses yeux ne laisse aucun doute. Il ne veut plus oublier ses lèvres et il sait qu’il fera le maximum pour que ça n’arrive plus. Même s’il a des doutes sur la solidité de leur relation. Il ne peut s’empêcher d’exprimer des doutes. Il n’a jamais tenté de former un couple, c’est tellement nouveau et déroutant pour lui. Il ne peut s’empêcher de la serré plus fort à chaque paroles, et quand il entends ses mots à propos de ses sentiments à lui, il a juste envie de cacher sa tête dans son cou. Mais il ne le fait pas, il reste droit et fier. Il n’a pas envie de lui montrer que dans le fond, ça le gêne cette nouveauté.
« Je pensais que tu l’entendrais plus. » Un petit rire gêné sort de ses lèvres. Ca doit être ce qui va le poursuivre le plus longtemps. Il ne voulait pas qu’elle le sache, même si c’est évident. Elle ne peut fermer les yeux aussi forts pour passer à côté. Il sert un peu plus fort sa main. En se détachant de son corps, il veut pouvoir la voir en face. C’est trop important. « Maman voulait te le dire quand tu serais sortis mais… » Ses doigts bougent nerveusement sur la main de la brunette. Il ne pouvait se retrouver plus mal à l’aise, seulement c’est sorti et il ne peut s’arrêter là maintenant, en plein milieu. « Tu sais quand on… Quand on l’a fait. je me suis protégé mais… Quand je suis venu te chercher… Il l’a pas fait Eugène… Si ? » C’est mon enfant ou ça ne l’est pas ? Son regard n’a pas quitté ses yeux une fraction de secondes et pourtant il se sent comme un gosse. Incapable de parler de sexe, de ce qu’il ne connais pas malgré les nombreuse expérience. Elle va le prendre pour un débile à hésiter pareil, surtout quand la seule chose à laquelle il pense à cet instant, c’est qu’elle comprenne. Y penser fort pour que le rêve se réalise.
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: Give me love [Hayslinn]   Mar 13 Mai - 19:02



« J'ai l'impression que, si je te perds un instant,
Je te perds pour toujours. »

Un petit coin de paradis, quelque chose qu'ils ont à eux, quelque chose qu'ils grappillent, qu'ils se battent pour l'avoir. Quelque chose qu'elle veut plus que tout, un monde à eux, un monde ou un espace, elle ne demande pas tant non plus, elle veut juste une pièce comme celui-ci, juste une petite pièce, où ils seront tout les deux, juste eux deux, ce n'est pas grand chose, ce n'est pas un caprice, elle ne demande pas plus. Elle se rend compte un peu plus tout l'importance d'Hayden dans sa vie, dans ce petit bout de vie qu'elle a voulu lui donner, qu'elle a voulu lui offrir, c'est tellement peu, au vu des circonstances et pourquoi elle est là. Elle veut tellement qu'il reste là, près d'elle. Juste ça, elle ne demande pas non plus une vie enchaînée, elle veut juste lui, c'est tout. Juste ça.Elle veut tellement oublier, elle veut tellement se faire pardonner, mais elle ne sait pas comment, elle lui offre un place dans le lit, elle lui offre une place, parce qu'elle n'aime pas l'espace, elle n'aime pas non plus être seule dans une si grande chambre. Tout ressemble à la solitude, quand il n'y a personne dans la pièce. Elle ne se rend pas compte du regard qu'il lui envoie, elle se dit juste qu'elle a du dire quelque chose de mal, et baisse un peu les yeux, avant de sentir ses bras la serrer. Elle est bien dans un endroit aussi clos que ses bras. Elle n'a pas envie de partir, elle n'a pas envie de trouver une autre place. Elle aime Hayden, c'est quelque chose de fort, de réel, quelque chose qui lui tient au coeur Elle l'aime, et c'est aussi enivrant qu'effrayant, mais elle n'a pas peur, tant qu'il est là. Et si la peur de vouloir être oublier, elle cherche les mots qui la rassure, et même si ce sont des petits mots, elle ne demande pas beaucoup, juste quelque chose. Elle le regarde, un sourire rassurant et rassurée. « Eli n'en a pas que pour moi, elle a peut-être peur que je parte comme l'autre traître. » Elle ne se rend pas compte qu'elle lui avoue tout l'importance qu'à Tate pour le moment à ses yeux, mais la brunette reste douteuse sur l'attention qu'Eli peut lui donner, elle demande beaucoup, mais c'est juste une période, c'est tout, elle sait qu'elle ne peut pas prendre la place d'un grande soeur qu'elle n'est pas. Elle ne peut pas croire que la petite blonde en a que pour elle, elle ne fait pas vraiment partie de cette famille, et puis elle se contente de lui donner ce qu'elle croit juste, et ce qu'elle a donné à son frère. Elle se rend compte la façon dont elle a désigné ce dernier, et regrette presque, mais ce n'est pas un secret, Hayden a bien du voir le refus systématique de l'écouter ou de le faire entrer dans la chambre. Mais elle ne revient pas sur ses propos, Tate est un traitre. Il choisit la démone au lieu de cette vie qu'elle a du encaissé pour lui, pour qu'il soit heureux, pour qu'il est tout ce qu'il veut. Elle lui en veut, mais elle sait qu'elle serait capable de le refaire, pour lui. Sa reste son frère, son sang et son jumeau, elle ne peut pas. « Tu vas pas arrêter de vivre pour ne pas blesser. Si je n'étais pas partie, si j'avais pas écouter Tate, on serait pas ici, les choses auraient pu ... être différente, t'excuses pas pour ça. C'est moi qui aurait du être plus compréhensive. J'voulais juste arranger les choses, je suis désolée. » Prendre tout les torts, parce que tout est de sa faute, et puis, si elle prend tout les torts, c'est parce qu'elle ne veut pas le voir partir, parce qu'elle en veut pas qu'il parte parce qu'elle n'assume pas, elle assume tout, elle n'a pas peur de lui dire, ou de lui montrer. Peut-être que c'est ça au fond, son amour pour lui ? Tout prendre pour que lui puisse avancer, sans avoir à soucier ? Elle ne sait pas, mais elle reste une gamine de dix sept ans, et comme toutes ses filles à cette âge, elle voit Hayden comme le seul et l'unique, sans forcément passer par le mariage, mais son coeur quémande que son amour à lui, pas celui d'un autre. Le sien. Ses lèvres trouvent les siennes comme pour sceller un pacte entre eux, à croire qu'il arrive à lire ce qu'elle ressent. Elle ne sait pas, mais elle ne quitte pas ses lèvres de suite, pas par peur d'en oublier leur gout, mais pour y disparaître. Ne plus être qu'une essence qu'il gardera toujours sur lui, ou quelque chose comme ça. Et dire qu'il n'y a pas si longtemps, elle n'imaginait rien de plus qu'un meilleur ami, et maintenant ? Qu'est-ce qu'il y a bien pu se passer ? Elle ne regrette pas. Il a l'air gêné qu'elle l'ai entendu, mais au lieu de l'enfoncer en répondant, elle lui vole un baiser, plus simple, plus explicite que de longues phrases ou juste un simple, à mais non, j'ai tout entendu ! Elle met doucement à fond à son baiser, sans quitte un léger sourire. Même si tout les gestes de l'homme de ses pensées présages les grandes déclarations, elle ne s'est pas rendu compte, ni à la suite des mots. Pourquoi il lui parle de protection, elle n'a pas le sida, elle n'a aucune MST, alors pourquoi il demande ça, elle est en bonne santé, et sans préservatif, à part un bébé, elle ne peut rien attraper d'autre. Mais elle s'arrête sur le mot bébé. Enceinte ? Elle le serait ? Mais ca reste impossible pour elle, elle ne peut pas, elle ne l'est pas. Ce n'est pas la première qu'Eugène montre tout ce dont il est capable. Mais la première fois qu'il abuse d'elle de cette façon. Elle sent les larmes montées, elle n'arrive pas à voir la vérité en face, elle ne veut pas d'un bébé de lui, elle ne veut pas avoir un pourriture pareil qui lui offre un cadeau pareil. Elle ne veut pas, elle lâche sa main pour la mettre avec sa père sur son visage, elle ne veut pas montrer ses larmes, et d'une petite voix d'enfant tombé du lit : « Il avait pas le droit ! Il .. pouvait. Il a tout pris, et il faut encore qui prenne plus. Je veux pas de son bébé, Hayden ... » Elle le regarde, avec tout la tristesse qu'elle pensait avoir laisser dans la salle de bain, avant de baisser le regard sur son ventre. Elle a tellement envie de faire partir cette chose de son ventre, elle ne veut pas de ça, elle dépose ses mains comme si elle pouvait étouffer ce qu'elle a dans son ventre. « Je veux pas de cette chose ... »


PYJAMA:
 
Revenir en haut Aller en bas
« Contenu sponsorisé »

MessageSujet: Re: Give me love [Hayslinn]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Give me love [Hayslinn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ✩ give me love like her
» Give me love (or maybe not) - Ran'
» Give me Love [Davy & Calypso]
» Give me Love - Pv. Loukas.
» Absolarion Love.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BURIED SECRETS :: LAST KISS GOODBYE :: les archives :: rps terminés/abandonnés-