AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
le forum est enfin ouvert, rejoignez nous ! on vous attend avec impatience.
n'oubliez pas de voter toutes les deux heures.
mais aussi de laisser une trace sur bazzart pour qu'on soit toujours au top.

Partagez | 
 

 Théa ++ Close your eyes Sunday girl

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
« Invité »

MessageSujet: Théa ++ Close your eyes Sunday girl    Ven 2 Mai - 15:32


Théa Abigaïlle Svensson
The Good girl is Back

NOM COMPLET ☇ Théa Abigaïlle Svensson SURNOMS ☇ Jusqu’à son depart tout le monde l’appellait Théa, maintenant elle préfère Abigaïlle, ou aby, comme vous le desirez. AGE ☇  Un joli 23 ans DATE ET LIEU DE NAISSANCE ☇ Elle née à Santa Barbara en 1990, le beau jour du 1 Decembre ORIGINES ☇ D’origine Américaine par son père, Norvégienne de sa mère NATIONALITÉ ☇ Americaine MÉTIER/ÉTUDES ☇ Violoniste, elle paye ses factures grâce a une épanouissante carrière d’organisatrice dans l’évènementiel ORIENTATION SEXUELLE ☇  Les hommes et les femmes, avec une préférence pour elle-même STATUT ☇  Fraichement  Divorcée, mère d’une petite fille de trois ans. STATUT MONÉTAIRE ☇ Plus qu’aisé, ca existe ? TROIS QUALITÉS ☇ Positive ; Attentionnée ; Romantique TROIS DÉFAUTS ☇ Fragile ; Manque cruellement de tact ;  peureuse GROUPE ☇ Pretty Little Liars  CÉLÉBRITÉ ☇ Lindsay Elligton CRÉDITS ☇ Haigifs


✂️  Je dois avouer que mes années lycée ont été les plus belles. Je veux dire, les fêtes, les amis, les cours d’anglais... Bon, d’accord il y avait quelques points négatifs. Par exemple, j’avais une réputation... Comment dire... Pas géniale. Je veux pas dire qu’on ne m’aimait pas, seulement que toutes les personnes, même si elles m’appréciaient en majeure partie, aimaient bien colporter cette rumeur, celle qi disait que j’étais une fille facile. « Théa à parler a Maxence pendant toute la pause déjeuné. » « Vous êtes sures que c’est bien que sa meilleure amie ? On ne sait jamais avec elle. » Vous voyez le genre de commentaires. Ça ne m’a pas empêchée de m’éclater avec ma sœur et mes potes. En plus je ne comprends pas, j’ai eu que deux petits copains. Officiels. Ouais. Bon. Passons, quoi qu’il en soit, ce n’était pas leurs affaires !

✂️  J’ai voyagé tellement avec mes parents et ma sœur ! J’adorais tous ces pays d’Europe, Venise restant ma destination préférée. Quoi de plus beau que Venise? C'est si Romantique! Et la Norvège ! La Norvège, le bas on se les caille mais c’est magnifique. Mais j’ai aussi aimé le Canada, le Texas et l’Asie. Oui, on est vraiment allés en Asie. Mais je n’ai pas vraiment aimé. J’ai fait la tête pendant tout le voyage parce que je voulais aller à Disneyland Paris. En bref, on a peut-être fait le tour du monde.

✂️ Une situation gênante hein ? Je ne vois pas.... Ah si ! Vous parlez sans doute de la foi ou juste avant un mariage, j’ai couché avec le témoin, ce qui a retardé la cérémonie. Ils l’ont cherché pendant près de dix minutes. Quand on est revenus, la mariée était si banche qu’elle s’accordait parfaitement avec la robe. Bon, ça aurait pu être normal, si ce n’était pas à mère qui m’avait retrouvée décoiffée et la robe à moitié baissée dans notre voiture avec lui. Elle ne m’en a plus jamais parlé d’ailleurs.  

✂️  Je ne pense pas avoir de tic particulier. Est-ce que tapoter du pied par terre en cas de stress est un tic ? Et rougir dès qu’on parle d’amour ? Et sursauter à chaque fois qu’on prononce le mot « diamant » ? Et rire a tout bout de champs ? Et sourire tout le temps, quoi qu’il arrive ? Et pleurer pour un oui ou pour un non ? Si tout ça compte, alors des tics, j’en fais des tas.

✂️  Téléphonophobie. Vous savez ce que c’est ? Moi c’est mon médecin qui m’en a parlé, quand je lui aie dit que j’avais peur de répondre au téléphone. Oui, c’est bien une phobie. Ce qui fait moi une Téléphonophobe. Oui, j’ai phobie de décrocher quand on m’appelé. Je vous aussi que c’est très handicapant, du coup quand on m’appelle, je demande à une personne de décrocher pour moi. Et puis quand j’y suis ça m’angoisse, parler au téléphone m’est insupportable! Je ne peux pas l’expliquer, c’est juste un fait.

✂️  Je n’ai pas vraiment d’habitude, tout varie d’un jour à l’autre dans ma vie. Ah si ! Je traine toujours en sous-vêtements chez moi. Oui, bon je dois courir m’habiller à chaque fois qu’on sonne, mais j’y peux rien quand je suis seule chez moi je ne prends pas la peine de m’habiller pour les murs. Bon quand il y a ma sœur ou ma fille je fais un effort et je mets une chemise de nuit. Ça ferait négliger d’être en soutif devant elles !

✂️  Je n’ai pas de complexe. Je sais pas, je ne suis pas fan a cent pour cent de mon corps mais il me convient. Bon je dois avouer que j’ai toujours eu du mal avec mon nez. Je le trouvais horrible. Vraiment horrible. Mais ma mère m’a autorisée à me le refaire faire, et depuis j’en suis très fière, merci.

✂️  Je ne suis pas différente d’une autre. Je suis une jeune femme qui s’épanouie dans ma profession, dont ma passion est dévorante, avec une fille, un mariage passé, une sœur délirante, une famille aux petits soins, plus d’argent que besoin... Je suis dans la moyenne de la Californie ? Je me distingue parfois par mon comportement. J’avoue que contrairement a la plupart des gens, je suis plutôt franche, et ça me fait default. Mais je ne me considère sinon pas comme au-dessous ou en dessous des gens.

✂️  Je pense que ce qui reviens le plus sur moi comme remarque sur un trait de caractère selon les gens et mon positivisme. Je garde le sourire, j’essaie de m’en sortir sans me plaindre, je vois toujours le bon côté des choses ! Je pense que dans ce monde de pessimistes et de cyniques, il est important de toujours voir le verre à moitié plein. Il faut toujours se montrer positif et enjoué si on veut un jour être heureux. Il ne fait jamais baisser les bras et être résolus à trouver le bonheur ! Si on se plaint et qu’on n’essaie pas de voir la vie de bon côté, alors on ne sera jamais heureux.

✂️  Ma fille se nomme Phoenix. Elle avoisine els trois ans. Si vous la connaissiez ! Adorable bout de choux que cette petite fille ! Elle est souriante et très curieuse ! Trop curieuse peut être. Elle vit avec moi et ma sœur dans note loft. Et elle est maligne malgré son jeune âge, elle sait exactement quoi faire pour obtenir ce qu’elle veut. Quel amour de fille !

✂️  Ma sœur ! Khal ! La meilleure ! Que dire sur elle ? Blonde, danseuse dans un cabaret, chante comme un ange, aussi jolie qu’une reine, délirante, drôle, énergique, rebelle, sexy... Je manque de mots pour la décrire ! Elle est unique. Je l’aime tellement, surement plus que moi. Jamais je n’aimerais quelqu’un autant qu’elle à part ma fille bien entendu. Et notre relation et toujours passée avant les autres. On se complète. Ces quatre années loin d’elle m’ont tellement rendue triste ! La retrouver m’a mis dans une joie immense. Notre relation est... Parfaite. On ne s’est jamais disputée. Bon, avant mon départ on ne se voyait plus et elle me reprochait toujours de ne pas passer de temps avec elle et trop avec mon petit ami, que l’amour me rend bête et aveugle ! Je regrette de ne pas l’avoir laissé tomber plus tôt pour retrouver ma sœur ! Je m’évertue donc à rattraper le temps perdu a ses côtés. Plus rien ne se mettra en travers de notre relation !


PRÉNOM/PSEUDO ☇ Little Bee AGE ☇ WE ARE YOOOUNG PAYS/RÉGION ☇ France, Yvelines FEQUENCE DE CONNEXION ☇ Everyday i'll be there for yoou    SCENARIO OU PERSONNAGE INVENTE ? ☇ Inventé COMMENT AS-TU TROUVE LE FORUM ? ☇ Maya c'est moi    COMMENTAIRES/SUGGESTIONS ☇ Mangez des pruneaux    ON EST BAISABLE ? ☇    PETIT MOT POUR LA MIFA ☇ Jôtem  CODE DU RÈGLEMENT ☇ Validé par Taratété
Code:
[b]Lindsay Elligson [/b] ☇ Théa Abigaïlle Svensson


Dernière édition par Théa A. Svensson le Dim 4 Mai - 11:41, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: Théa ++ Close your eyes Sunday girl    Ven 2 Mai - 15:32


And just like that my life is broken
I can barely breathe
and now i'm opened for suggestions
At the end of the day lifes a lesson


“Beginning of a beautiful life”



Ca y est. Enfin. Emma Svensson vient d’accoucher d’une merveilleuse petite fille. Des cheveux blonds et des grands yeux bleus, elle les regarde avec ses yeux mis clos. C’est un bébé né prématurément, qui présente quelques problèmes de cœur. Elle est fragile a dit le médecin, il faudra en prendre bien soin. Les parents ne se lassent pas de la regarder, et ne la quitte pas des yeux de peur qu’il lui arrive quelque chose. Une semaine plus tard, arrivée à la maison. Dans sa chambre rose, presque plus grande que celle de ses parents. Des jouets par dizaine, des mobiles partout, des cadres photos déjà remplis d’elle et ses parents, ainsi que sa famille, des coffres débordants d’objets éducatifs, et un tapis en vraie peau d’ours. Tel est le début de sa vie. Avec ses problèmes de cœur, on prend soin d’elle, on la cajole, on l’expose telle une poupée vivante. Toujours souriante, curieuse, intéressée. Peut-on rêver mieux comme fille ? Pas pour les Svensson en tout cas. Ils la trouvent parfaites, l’idéalise peut un peu quand elle fait des caprices, mais ils ne disent rien, ils accèdent a toutes ses demandes, elle ne sait pas parler qu’elle court partout et veut tout et tout de suite. Ils en sont surs, plus tard, elle sera une vraie battante. Ils savent déjà ce qu’elle sera, car elle atteint déjà toute leurs espérances concernant un bébé, alors en adulte, pourrait-il en être autrement ?

“Lesson 1: Your sister is the lovable one”


Mais qui est cette vilaine petite fille qui joue sur le carrelage de la cuisine ? C’est parfois ce que se demande la femme Svensson ou son mari quand ils rentrent du boulot. Ils arrivent, reçoivent un câlin de leur ainée, Théa, qui les sert fort dans ses petits bras de fille de cinq ans, rit, puis se jette dans les bras du second parent. Et là, alors qu’ils s’avancent dans le couloir de leur villa, ils tombent de devant cette porte de cuisine dans laquelle ils ne mettent jamais les pieds, et voilà leur seconde fille, Khalysta. Personne ne sait pourquoi ils l’aiment moins que Théa. Elle est mignonne Khal, avec ses cheveux blonds lisses, ses grands petits yeux marron et verts, qui rient et joue. En plus elle et sa sœur s’adorent, on ne les sépare jamais, et on n’à jamais essayer, pour ne pas prendre le risque de voir pleurer la plus vieille, émotive comme elle est. Et Khal, cette petite fille adorable, bien qu’avec un sacré caractère, elle joue avec sa sœur, et les parent ne voient que Théa. C’est Théa, Théa et toujours Théa. Pourquoi elle plus que l’autre ? Même les parents ne se l’expliquent pas. Ils n’arrivent pas à avoir la même relation. Peut-être que l’ainée, elle est plus enjouée, plus positive. Peut-être que premier arrivé premier servi. Ils ne le savent pas, tout ce qu’ils savent, c’est qu’ils ne sont jamais satisfaites de la plus jeunes de deux petites filles. C’est cruel, et ciel qu’ils s’en veulent, mais parfois, ils ne parlent que d’un enfant pendant toute une conversation. C’est horrible, peut-être même inimaginable pour un parent de ne pas apprécier son propre enfant. Ça fait longtemps qu’ils ont arrêtés de se demander pourquoi. C’est un fait. Et pour le reste de la famille, c’est la même chose. Pour tout le monde, c’est Théa d’abord. Sauf pour la blonde en question. Elle, elle l’adore sa suer. Elles sont totalement différentes, pourtant elle lui voue un véritable culte. Demandez-lui ce qu’elle pense de sa sœur, elle pourrait animer la conversation des heures entières sans s’arrête. Elle la défend devant la famille. Elle la protège, même si l’inverse se produit plus souvent, et par-dessus tout, elle l’admire. Chaque vêtement que Khal met à sa poupée, chaque geste qu’elle a enfer elle, chaque parole qu’elle dit et chaque pas qu’elle fait mérite toute l’attention de Théa. Et Khal le lui rend pareil. Et Théa et contente que les autres n’apprécient pas sa sœur, car elle en profite pour elle toute seule. Elle profite elle seule de son sourire, et ça, ça n’a pas de prix.

“The school may be cruel, but I’m stilling a winner”



Le lycée. Fourmilière d’ados complexés et de jeunes filles dont la notion de sous-vêtements n’est bien comprise. Couloirs grouillant de rires et de blagues, jonchés de papiers. Des classes de garçons pleins de testostérone. Cour de récréation ressemblant à un parc, ou les jeunes gens se pressent les uns contre les autres, fument, s’embrassent, se déchirent. Insultes et mots doux qui s’entrechoquent. Voilà ce qu’est le lycée. Et le lycée Stevens de Santa Barbara ne déroge pas à la règle. Et voilà que dans ce joyeux bordels d’âmes rebelles, se tient Théa Svensson. Elle est mince, grande, la silhouette élancée, un uniforme de cheerleader sur le dos, les cheveux blonds et des grands yeux bleus. Un sac à main pendu au bout de son bras, un footballer américain pendu au bout de l’autre. Pas besoin de la chercher bien loin, elle se tient souvent dans les petits gradins de la cour, avec ses copines de l’équipe. Et surtout sa sœur et sa bande. D’ailleurs, si elles n’étaient pas sœurs, ces deux bandes ne traineraient pas ensembles. Pourquoi les pseudos-rebelles et les cheerleaders traineraient ensembles ? Eh bien parce que la chef des pompons girls se nomme Théa et la chef des pseudos-fêtards se nomme Khalysta. Eh oui, un an d’écart, mais elles sont toujours aussi proches. Comment pourrait-il en être autrement ? Malgré leurs réputations complétement différentes. Oui, tandis que Khal a une réputation de rebelle, une dure à cuire, celle de Théa est plus... Comment dire... Sulfureuse ? Disons que la jeune femme a été cataloguée directement comme une fille facile. La raison est simple, la jeune femme est une dragueuse invétérée. Sans s’en rendre compte, la voilà collée à un garçon pour discuter mathématiques, riant aux éclats en avant, dévoilant un joli décollette, en train de se mordre la lèvre à chaque bout de phrases. Avec ses manies, avec son rire cristallin, c’est impossible à contrôler, elle drague. Encore et encore. Pourtant dieu sait qu’elle l’apprécie don petit ami. Apprécie oui. Elle ne l’aime pas, ah ça non. Certes il est beau, mais il n’a rien qui l’attire. Il n’est ni intelligent, ni drôle, ni intéressant, ni même vraiment bon en sexe. Alors pourquoi elle reste avec lui ? Peut-être parce qu’elle n’a trouvé personne d’autre qui l’écoute parler pendant des heures et qui l’aime autant. Parfois ca l’énerve, mais le plus souvent ca l’attendrit. Puis il y a son équipe. Toute belles, toutes intelligentes, toutes des garces qui parlent derrière son dos. Et elle le leur rend bien, de toute façon, tout le monde parlé dans son dos. Elle le sait cela, et elle s’en fiche. Du moment qu’elle a sa sœur a ses côtés, elle jure pouvoir tout faire. Et oui, tout lui réussit a la petite. Bonne en classe, fêtarde, toujours positive, responsable, patiente, avec tout de même deux amis fidèles, Samantha et Kyle, deux personnes adorables qui la soutienne, une activité épanouissante, un sœur parfaite à ses yeux... Tout allait bien. Et elle était sure que jamais elle n’irait mal, pas avec cette vie.

“Why do you like me more than her?”


Ah les repas de famille ! Quoi de mieux pour s’épanouir dans un environnement stable, luxueux et joyeux. Théa adorait sa famille. Des dizaines de blonds assis à une même table, mangeant un buffet de nourriture sous le majestueux lustre de leur grand-mère. Les blagues qui fusent, les débats passionnés, les rires plus forts et plus graves les uns que les autres, le vin sur la nappe, les compliments, les remarques. Il y avait peu de choses que Théa aimait autant que cette famille, à part sa sœur. Et en parlant de Khal, celle-ci aimait nettement moins. Sans doute cela représentait pour elle un genre de prison pour la soirée. Théa ne la comprendrait jamais à ce propos. Que pouvait-on reprocher à cette famille aimante et soudée ? Théa présumait que c’était juste que Khal ne les aimaient pas plus que cela et eux non plus. Et ça aussi, elle ne comprenait pas. Comment ne pas aimer sa sœur ? Khal était si drôle, ni vivante, si naturelle, tellement plus intéressante qu’elle. Car oui, la jeune femme se trouvait terriblement ennuyante, elle ne comprenait pas qu’on puisse l’appréciée, donc elle redoublait d’efforts pour se faire appréciée et être intéressante. Elle lisait, se cultivait, aller au musée, mais ce n’était jamais assez. Il lui fallait toujours plus de choses à raconter, il fallait être toujours meilleur. Elle se fixait elle-même des objectifs qu’elle atteignait a force de travail et de rigueur. Ca paraissait anodin, comme si tout le monde croyait cette culture ou ce don pour jouer du violon inné, alors qu’elle y travaillait chaque minute de son existence. Il ne s’agissait pas de jouer un rôle, il s’agissait  d’être elle-même, mais en mieux chaque jour. L’exigence amenait forcement à la perfection. Mais pour elle, ce n’était jamais assez parfait.

-Alors Théa, que souhaites tu faire plus tard ?

Théa se raclait la gorge doucement, a croire qu’elle avait attendue entre deux blagues cette question tout le repas, assise droite sur sa chaise, participant activement a la conversation dans le seul but de répondre a cette simple et unique question.

-Eh bien je souhaiterais être violoniste. La musique est un art délicat et si beau, j’aimerais fait découvrir ce monde aux autres personnes, leur transmettre autant de joie que j’en éprouve quand je joue du violon.

Ce petit résumé fit sensation. Ses parents eurent des sourires jusqu’aux oreilles et la famille eut des murmures appréciateurs. Sa famille était une grande fan d’opéra. Tout comme elle l’avait enseignée à Théa. Cette vue de carrière fit donc le tour de la table avec une grande admiration, qui dans cette famille n’avait jamais assisté à un petit spectacle privé de la jeune femme et son violon, assis dans le petit salon, écoutant cette douce musique ? Ils en avaient tous fait l’expérience. Seize ans et un don certains pour l’art du violon. Bien que tout ne fût que travail, ils se complaisaient dans l’idée que c’était inné.

-Bien sur je prendrais soin de faire de travailler également pour assurer mon confort financier. J’avais pensé à orfèvre. J’aime beaucoup les bijoux.

A seize ans elle savait ce qu’elle désirait, et elle l’obtiendrait, peut-être qu’elle ne serait pas orfèvre, mais elle aurait un bon travail, comme ses parents, comme ses mais, comme son entourage. Mais pas comme sa sœur. Pourquoi celle-ci ne réfléchissait pas sérieusement à son avenir, cela elle n’en savait rien. Mais elle n’y réfléchissait pas. Et libre à elle, Théa ne la jugeais pas, elle savait qu’elle trouverait sa voie, elle était douée en chant, ainsi qu’en danse, sans doute ferait-elle une brillante carrière artistique. Ou autre chose d’ailleurs. Quoi que serait son choix, Théa l’aiderait et approuverais.

-Et toi Khalysta ?

A priorité l’oncle Karl n’avait toujours pas retenu que poser une question à Khalysta n’était jamais une bonne idée. Peut-être que boire tout cet alcool en faisant bonne figure devant la famille ne lui réussissait pas au final. Théa tourna son regard un peu anxieux vers sa sœur, en espérant qu’elle décline habillement la question. Ce qu’évidemment elle ne fit pas :

-Je ne sais pas ce que je vais faire demain, alors ne me demande pas ce que je vais faire dans dix ans


Théa, comme le reste de la famille, ouvrit grands les yeux a la remarque de Khal. Théa eut cependant un sourire alors que le reste de la famille resta de marbre, un silence régna dans la pièce et la jeune femme ne fit pas un geste de peur de déchainer les commentaires négatifs et les remarques en tout genre. Théa posa sa main sur celle de sa sœur et eut un regard emplit de tendresse.

-Ce que veux dire Khalysta, c’est que de nombreuses possibilités s’offrent à elle, et peu importe son choix, elle sait que je la soutiendrais dans son choix.

Le silence fut interrompu par la grand-mère qui s’exclama que c’était bon de voir deux sœurs qui s’adoraient ainsi. Il fut suivi par les commentaires positifs de la famille. Vila ce que pour Théa c’était d’aider sa sœur, même dans l’adversité, elle tentait de montrer au monde le bon visage de sa sœur, et parfois elle échouait, parfois elle y arrivait.

“Blue jeans, white shirt. Walked into the room you know you made my eyes burn.”



C’était en décembre. Le trois précisément. Elle s’en souvient encore comme si c’était arrivé la veille. Oh oui. Elle était là, dans les gradins, assise en tailleur dans sa robe d’hiver grise, son petit bonnet sur la tête, en train de rire avec ses amis, quand il est arrivé. Ça a été foudroyant. Comme une révélation. Elle a tourné son regard vers sa putain de porte et il était là. Il se tenait à côté, contre le mur, en train de discuter avec Khalysta. Elle ne serait pas dire ce qui s’est passé, mais elle a su. Elle a su qu’elle le voulait. Elle n’était pas aller le voir, elle s’était contentée de le regarder. Il était là, debout, il ne lui adressait même pas un regard, les pensées surement occupées par sa conversation. Ciel qu’il était beau Oh ses yeux verts, elle les voyait de la bas, ses cheveux parfaitement coupés, sa silhouette mince, son sourire charmeur, mêlant cet air timide et pourtant sûr de lui, attitude qui lui était propre. Il était magnifique. Elle ne pouvait présumer qu’elle eut un coup de cœur, si elle l’aima dès la première fois... Elle en était sure et certaine. Dès lors, elle ne fit plus attention à elle, elle ne fit plus attention qu’à lui. Elle y pensait en dormant, en mangeant, en se douchant, en révisant, en jouant du violon. Elle n’avait jamais pensé à quelqu’un d’autre que sa sœur en jouant du violon. Mais ça ne lui fit pas peur Loin de là. Ca la mise dans un état euphorique. Elle se sentait flotter. Elle ne lui parla pas tout de suite, elle ne posa plus son regard sur lui dès lors, elle avait peu de croiser ce regard émeraude. Oh non. Elle se contenta de penser a lui, de parcourir les réseaux sociaux, de regarder toutes ses photos chaque jour, d’écouter sa voix la tête détournée. Elle mit fin à sa relation avec Jackson, son petit ami. Tout tournait autour de ce nouvel élève. Et son nom résonnait doucement dans sa tête : Luke. Luke. Luke. Et elle ne lui aurait jamais parlé s’il n’y avait pas eu ce déclic.

Elle se tenait là, dans le réfectoire, quand on lui avait annoncé cela, nonchalamment, au détour d’une conversation, et ça avait bouleversé son monde. « Du coup ta sœur elle va avec le nouveau à la fête de Laura ? »  Théa n’a pas répondue. Théa est rentrée chez elle. Théa s’est enfermée. Théa a pleuré. Elle n’avait rien dit à sa sœur, comme si ce nouveau ne l’intéressait pas, pourquoi lui avoir caché cela ? Elle ne le savait pas elle-même. C’était son secret. Son amour. Et quand elle avait entendu cela, elle avait pleuré. Elle ne pleurait pas en public, seulement quand elle se retrouvait seule dans sa chambre. Le lendemain Théa était allée au lycée, toujours avec son sourire, et elle s’était rendue sur les gradins. Elle savait qu’il étudiait en fumant sa cigarette comme chaque Mardi avant le contrôle de mathématiques. Elle s’était assise pas loin avec un livre. Elle ne lui avait pas jeté un regard.

-Théa c’est ça ?

Elle avait levé les yeux vers lui. Elle ne savait pas pourquoi elle avait pris cet air désintéressé et nonchalant. Elle n’avait pas pu parler et avait juste hoché la tête. Sa gorge était nouée, impossible de sortir un mot. Elle avait peut eu ce sourire en coin. Ou pas. Elle ne faisait qu’attention à ses traits parfaits, elle ne comptait plus.

-Moi c’est Luke.

Et il s’était approché, et son monde s’était écroulé.

“And I swear we were in love”



Tout s’était très vite enchainé. Il était allé à cette fête avec elle, ils révisaient ensembles, riaient, mangeait ensemble. Tout ce qu’elle faisait en pensant ensemble, ils le faisaient maintenant à deux. Il était là pour elle quand elle en avait besoin, et ils étaient très proches. Il l’avait appelée « meilleure amie » et loin de l’avoir blessée, elle y avait vu une occasion de se rapprocher de lui. Tout était prétexte à parler de lui, à trainer avec lui, à rire avec lui. Oh oui, son rire, quel rire ! Elle aurait pu l’entendre rire toute sa vie. Parfois elle le voyait rire avec sa sœur et elle avait peur qu’ils soient ensemble, mais il ne parlait jamais de Khal à Théa, et elle en était heureuse. Et cette situation avait duré six mois. Un soir, alors qu’elle descendait le porche du jeune homme pour rejoindre son père garé deux rues plus bas, il l’avait retenue par la taille et il avait posé ses lèvres sur les siennes. Elle avait perdu la tête. Elle s’était accrochée à lui, et en se décollant de lui elle avait croisé son regard. Et elle avait prévenu son père qu’elle ne rentrait pas chez elle. Dès lors, ils s’aimèrent follement. Ils étaient tout l’un pour l’autre. C’était fusionnel. Il éclipsait tut autre chose sur terre. Famille. Amis. Sœur. Khal n’était plus qu’un lointain souvenir. Ils allaient ensemble aux fêtes, séchaient ensemble. Ses notes restaient les mêmes sens efforts, ainsi que ses résultats au violon. Ainsi ses parents ne lui firent aucuns reproches. Elle ne parlait plus vraiment à sa sœur. Elle n’en avait pas besoin, elle avait déjà un être pour elle. Leur endroit préféré était surement la voiture de la jeune fille. Elle n’était ni confortable ni neuve, un peu retro, la peinture un peu raclée sur la portière droite, mais elle s’y sentait bien, en sécurité. Sur ses genoux, a parler pendant des heures, rien n’existait. Juste eux deux. Elle n’avait jamais été aussi heureuse.


“The haircut.”



Ça avait été un soir. En rentrant d’école. Ou plutôt, de chez le coiffeur après l’école. Elle avait posé pied dans sa maison, et tous les regards c’était tournés vers elle. Car oui. Théa Abigaïlle les cheveux roses. Roses pastel pour être exact. Et elle dorait cette couleur. C’était Luke qui l’avait poussé à le faire. Elle lui avait dit ne jamais s’être rebellé. Il avait ri. Il s’était moqué de son attitude petite fille sage. Alors elle avait réfléchit à un tuc qu’elle avait toujours voulu faire. Et en passant devant ce salon de coiffure hors de prix elle avait eu un grand sourire. Elle y été rentrée, et elle s’était faite cette jolie couleur. Plus une mèche blonde, c’était les cheveux totalement roux qu’elle était rentrée chez elle. Bien que sous la lumière tamisée du couloir, n’importe qui aurait hésité entre roux et rose. Elle avait posé calmement son sac dans l’entrée, avait embrassé ses parents et sa sœur, et avait enlevé ses chaussure avant de monter dans sa chambre, un livre dans une main, un sneakers dans l’autre.

-C’est ... Très ravissant chérie.

Théa avait tourné son regard vers sa mère et elle lui fit un sourire devant son air mi outré mi curieux. Elle ne lui fit pas de réflexion. Théa monta donc les escaliers en ignorant son père qui criait contre sa mère et les remarques de sa sœur. Aussi encourageantes soit elle. Elle se changea, enfilant un collant troués, un jean taille basse, un petit haut et des vieilles bottes a sa sœur. Elle redescendit donc une heure plus tard, e faisant pas attention aux membres de la famille. D’ailleurs son père Elle s’arrêté devant la porte, portable en main, quand on sonna à la porte, elle l’ouvrit et se retrouva face à un Luke les yeux ronds. Elle eut peur qu’il la trouve laide. Mais il eut un grand sourire.

-T’es trop sexy comme ça.


Il l’a pris par les hanches et l’embrassa. Elle était si heureuse que cela lui plaise, elle l’avait fait pour elle. Elle faisait tout pour lui. Toujours. Peu importe que ça aille à l’encontre de ces principes, avec sa gueule d’ange et ses paroles charmeuses, elle aurait tout fait pour lui. Ils s’en allaient pour une fête ou ils avaient tous les deux été invités par le meilleur ami du jeune homme. C’était sur le thème « Grunge » Ce qui expliquait le fait qu’elle porte les vêtements de sa sœur et que son eyeliner soit étalé sur toute la paupière.

-Ta sœur vient ?

C’était la première fois qu’il en parlait. Elle se tourna vers l’escalier pour voir sa sœur. Oh, elle aurait adoré l’emmener, mais rien que d’entendre son nom dans la bouche de son petit ami, elle en fut jalouse. Trop belle pour être innocence, Khalysta avait l’air déjà prête à partir. Mais Théa s’empara de la cravate déchirée du jeune homme et le tira vers la sortie.

-Khal ? Non elle a déjà des projets.

En réalité, elle avait peur de sa sœur. Peur qu’elle soit une menace. Ainsi elle se détourna d’elle sans s’en rendre compte, en passant la porte, elle la perdit pour les années à venir. Et tant que Luke fut la, elle ne s’en rendit pas compte. C’était injuste, horrible, cruel... Mais face à Luke, personne ne faisait le poids.

“Goodbye my friends”



La discussion au sujet de son départ avait été abordée un mois plus tôt, quand elle avait eu dix-neuf ans. Sa mère avait dit non, son père oui et sa sœur était-elle ne savait ou. Le projet de Théa était de partir à la nouvelle Orléans ou elle continuerait les études, s’installerais dans un appartement avec Luke, et où ils vivraient heureux jusqu’à la fin de leurs jours. Bien sur sa mère c’était montrée réticente, mais son père s’était écrié que si sa fille le voulait, il le lui offrirait, et sa mère avait donc dis oui à bout d’une demie heure de discussion et de cris. Elle partirait donc dans un mois pour la Nouvelle-Orléans avec Luke. Ses parents avaient su à l’époque que ce n’était pas une bonne idée. Ce garçon-là, il la rendait dépendante, la faisait fumer, boire parfois, ils le savaient, ils n’étaient pas bêtes, et elle n’avait plus des aussi bonnes notes qu’avant. Cependant son père avait émis l’hypothèse qu’elle tentait de s’échapper du cercle familiale, et qu’il fallait savoir la laisser partir.  Elle avait donc pris ce foutue de train de quatorze heures, main dans la main avec un Luke souriant et fumant sa clope de l’après-midi. Et alors qu’elle l’observait, il ne semblait pas la remarquer. Peut-être que c’était ça le problème dans leur relation, il ne l’aimait pas autant qu’elle l’aimait. Elle l’idolâtrait, il l’aimait. Elle lui faisait confiance pour mener leur vie, il lui faisait confiance pour choisir la chaine de télé le soir. Elle l’aimait comme au premier jour, il l’aimait comme la première fois où ils avaient couchés ensemble. Il était l’amour de sa vie, elle était sa petite amie. Le train arriva en retard pour Luke, trop rapidement pour la famille de Théa. Celle de Luke n’était pas là, mais celle de la jeune fille y était au grand complet. Elle leur fit tous des câlins et des bisous, le double pour sa sœur, et monta dans le wagon avec son petit ami. Oh, elle n’était pas triste de s’en aller, elle reviendrait peut pas, mais ça ne faisait rien. Tant qu’elle était avec lui, tout irait bien, elle en était persuadée. Et elle s’éloigna de cette ville sans un regard en arrière.

“Home sweet home.”



Aujourd’hui était un jour spécial. Ce n’était ni son anniversaire, ni paques, ni noël, mais c’était bel et bien le jour de son retour en Californie. Ah la Californie et ses grands espaces de plages, ses airs de  détente et ses clubs par centaines. Qu’elle adorait cette ville. Et ciel qu’est-ce qu’elle lui avait manqué. Au début non, au début La nouvelle-Orléans avait magnifique. Oh oui, le plus bel endroit dur terre. Mais quelques mois plus tard, ça lui avait semblé terne et morne par rapport à Santa Barbara. Et maintenant qu’elle y était, elle se demandait comment elle avait pu quitter cette ville quatre ans plus tôt. Eh oui, quatre longues années s’étaient écoulées et elle avait maintenant vingt-trois ans. Elle se sentait neuve dans cette ville. Que c’était-il donc passé ? En quelques phrases, on pouvait le résumer. Ils avaient emménagé. Puis ils s’étaient mariées en bon et dut forme à Las Vegas. Una na après leur arrivé ils avaient eu la petite Phoenix. Trois ans plus tard il ne rentrait plus le soir à la maison. Et une fois quand il était rentré, elle était partie avec la petite. Elle n’avait pas divorcé, mais son alliance était jetée dans un coin de sa valise, et elle s’auto décréta divorcée et célibataire. Oh bien sur elle l’aimait toujours. Mais ne jamais voir son mari, la plupart du temps saoul, toujours en train de faire la fête et de trainer avec des filles, ça l’avait refroidit. Et de nouveau en Californie. Une valise seulement contre deux en partant mais une fille en pus. Oui, la petite Phoenix se serre derrière sa mère, apeurée dans cette ville inconnue, ses petites couettes blondes lui fouettant le visage au gré du vent. La jeune femme la tira vers elle et s’avança vers cette grande villa s’offrant à elle. Les Svensson, par la fenêtre, semblaient réunis à un repas de famille. Elle se demande que faire pendant un instant, avant que sa fille ne demande l’autorisation d’appuyer sur la sonnette. Théa hocha la tête. La petite fille appuya. Sa mère ouvrit. Elle crut rêver un instant, et ne fit plus un geste, puis elle se jeta sur sa fille en pleurant de joie. Son père accouru pour voir ce qui provoquait ces bruits de larmes et quand il fit sa fille il fut sans doute plus heureux encore que la première fois qu’il l’avait vu. Leur petite fille était de nouveau la, on la leur avait rendue, plus mure, plus blonde, plus vieille et plus... Mère. La petite Phoenix fit sensation, en bien heureusement. Théa se jeta dans les bras de sa sœur et la serra une dizaine de minutes sans la lâcher Puis tout sourire elle fit le tour de la table en souriant, claquant la bise, comme de retour d’un voyage ayant duré longtemps. Trop longtemps. On ne posa pas de question sur Luke, et ce fut sans doute mieux. Elle était brisée, mais continuait de sourire, et sa famille eut peur d'en lui en parlant, son sourire put disparaître. Il y eut juste une seule question.

-Ou est Luke ?

La famille resta suspendue à ses lèvres, et ce fut les dernières paroles que la blonde eu envers lui. Car le sujet ne fut plus évoqué. Comme enterré.

-Avec la personne qu’il aime.

Seul. Et même si elle ne pensais plus jamais pouvoir s'en remettre, elle tenterais. Puisque c'était la seule façon d'avancer. Théa était une battante. Elle ne renoncerais jamais. Elle retrouverais le bonheur, et peut être qu'un jour elle réussirait à refaire sa vie. Pas peut être, elle en était sure et certaine.

Théa Abigaïlle Svensson était donc de nouveau en ville, prête à la reconquérir.



Dernière édition par Théa A. Svensson le Dim 4 Mai - 1:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: Théa ++ Close your eyes Sunday girl    Ven 2 Mai - 15:44

Rebienvenue la toute belle!

T'es tellement canon Genre si j'avais un DC je voudrais que tu sois ma soeur

JOTEM SVENSSON POWAA
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: Théa ++ Close your eyes Sunday girl    Ven 2 Mai - 15:47

LA SISTAAAAAAA   

NOREVEGE EN FOORCE   
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: Théa ++ Close your eyes Sunday girl    Ven 2 Mai - 15:49

    Bienvenue (:
Revenir en haut Aller en bas
STAFF + LECHES NOUS LES PIEDS
avatar
pseudo : apple_juice
célébrité : Holland Roden
crédits : freckles sloth (ava); gifs niall/holland (apple_juice)
messages : 658
je suis ici depuis : 10/04/2014

MessageSujet: Re: Théa ++ Close your eyes Sunday girl    Ven 2 Mai - 16:07

RE    
CANON    
bon courage pour ta fiche    


life is never easy for those who dream


©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: Théa ++ Close your eyes Sunday girl    Ven 2 Mai - 16:14

Merci a vous deux   
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: Théa ++ Close your eyes Sunday girl    Ven 2 Mai - 16:36

Re-Bienvenue
Trèès bon choix de vava
BLONDE POWAA   
Revenir en haut Aller en bas
STAFF + LECHES NOUS LES PIEDS
avatar
pseudo : FallenAngel.
célébrité : Cody Saingnue.
messages : 391
je suis ici depuis : 08/04/2014

MessageSujet: Re: Théa ++ Close your eyes Sunday girl    Ven 2 Mai - 16:48

Rebienvenue avec ce nouveau compte !

Tu es magnifique !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: Théa ++ Close your eyes Sunday girl    Ven 2 Mai - 17:04

Lucy >> Entre blondes on se comprends    


Jeff >> Merci toi    
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: Théa ++ Close your eyes Sunday girl    Ven 2 Mai - 17:58

ma mienne, comme tu es bonne belle comme ça.   
tu sais déjà ce que j'en pense, mais magnifique choix d'avatar.    
(re) bienvenue et bon courage pour la suite de ta fiche mon chat.  
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: Théa ++ Close your eyes Sunday girl    Ven 2 Mai - 19:02

Bienvenue et bon courage pour ta fiche la miss    
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: Théa ++ Close your eyes Sunday girl    Ven 2 Mai - 19:17

Rob >> Mon bebeyy     

Oui, vu que tu peux pas t"e empecher    

Meucci quad même   

Summer >> Mercii   
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: Théa ++ Close your eyes Sunday girl    Dim 4 Mai - 14:22


tu es validé(e)
tu es libre de tes mouvements


« Ton histoire est longue    Mais tellement bien !    J'ai adoré la lire !    C'est un plaisir de te validé chérie. »

Et voilà petit padawan, par les grands pouvoirs qui me sont conférés, j'ai le privilège de te faire part de ta validation ! Bienvenue à toi et bravo ! Tu es désormais libre de tes mouvements, c'est pas trop génial ça ? Bref, on est tellement sympa sur bs qu'on va te donner tous les liens dont tu as besoin pour devenir le meilleur des meilleurs.

CE QUE TU PEUX FAIRE DÉJÀ ☇ Déjà c'est mendier des liens auprès des autres (et créer ta propre fiche par la même occasion). Tu peux aussi demander tout ce que tu désires, on est à ton service. Par contre si t'as besoin de créer ta famille ou que tu ne trouves pas ton âme soeur parmi les membres déjà inscrits bah tu peux toujours créer un ou des scénario(s). Enfin n'oublie pas de flooder gaiement et participer au jeux ici et de t'amuuuser.

CE QUE TU PEUX FAIRE EN PLUS ☇ Créer un compte twitter & instagram. ET créer un sujet pour les sms que ton personnage échangera avec les autres.
N'OUBLIE PAS LE PLUS IMPORTANT : S'AMUUUSER :
burried secrets ©️ tous droits réservés.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: Théa ++ Close your eyes Sunday girl    Dim 4 Mai - 14:30

J'ai pas trouvé ca long   

Meucii
Revenir en haut Aller en bas
« Contenu sponsorisé »

MessageSujet: Re: Théa ++ Close your eyes Sunday girl    

Revenir en haut Aller en bas
 

Théa ++ Close your eyes Sunday girl

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Everytime I close my eyes, it's like a dark paradise. ₪ 2 fév, 20h50
» Come together ▽ 23/05 | 17h20
» ARMAGEDON ☞ close my eyes.
» Elo - Close your eyes, take a breathe, count to three...
» Caleb - I don't want to close my eyes, I don't want to fall asleep

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BURIED SECRETS :: LAST KISS GOODBYE :: les archives :: fiches abandonnées-