AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
le forum est enfin ouvert, rejoignez nous ! on vous attend avec impatience.
n'oubliez pas de voter toutes les deux heures.
mais aussi de laisser une trace sur bazzart pour qu'on soit toujours au top.

Partagez | 
 

 maya&autumn ≈ once upon a wish

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
« Invité »

MessageSujet: maya&autumn ≈ once upon a wish   Jeu 29 Mai - 12:19

once upon a wish
Règle n°1, je ne peux assassiner personne. Règle n°2, je ne peux malheureusement pas obliger les gens à tomber amoureux. Règle n°3, je ne ressuscite pas les morts, c'est un manque de savoir vivre.
Devenir coach de vie n'avait pas été une décision facile mais Autumn est de ces personnes qui regardent les défis droits dans les yeux et qui les affrontent jusqu'à en triompher. Ce n'est pas comme si avec son métier elle pouvait avoir un bureau avec un beau siège en cuir - enfin si elle pourrait mais l'idée d'un cabinet ne l'a jamais emballée malgré ses airs de dominatrice. Se faire connaître et gagner une réputation est quelque chose pour lequel Autumn a travaillé dur. Deux ans plus tard, après s'être lancé dans la vie active, elle a réussi son défi et avec succès. Elle a réussi à redresser les cas les plus désespérés. Ces méthodes originales, son sens de l'organisation et son refus de prendre non pour une réponse sont une recette gagnante. C'est à ça qu'Autumn pense en mettant la couche finale de son maquillage. Elle passe une main dans ses mèches brunes pour s'assurer qu'aucune mèche n'y reste avant d'attraper son Dior Addict et de s'en asperger délicatement. Aujourd'hui, Autumn rencontre une nouvelle cliente. Une certaine Maya Ramirez. Elles se sont donnés rendez-vous dans un petit restaurant près de la plage. Autumn aime rencontrer ses clients dans des lieux peu formels pour les mettre à l'aise. C'est toujours plus agréable que les recevoir dans des endroits austères où ils n'iront pas au fond du problème. Autumn sait comment se faciliter l'existence. Elle a tout vu comme lieu de rendez-vous : du centre commercial bondé au chantier où elle essayait de ne pas abimer ses escarpins aux maisons de ses clients. Il y a une seule règle chez Autumn : ne jamais emmener ses clients chez elle. C'est une question de limite : elle ne mélange jamais travail et vie privée. La brune attrape son sac à main, vérifie qu'elle a ses clés, son portefeuille et son nouveau gloss Dior pour les petites retouches avant de quitter sa chambre et de descendre l'escalier. Elle ne sait pas si son frère ou sa soeur sont là mais pour tout dire, elle s'en fiche. Elle n'a aucun compte à leur rendre. Autumn monte dans sa voiture décapotable et met le contact avant de conduire jusqu'à son lieu de rendez-vous. Elle se demande à quel genre de client elle va avoir faire. Il y a deux sortes de clients. Ceux qui l'appellent pour réaliser un projet grandiloquant si ce n'est infaisable. Ce genre de personnes qui pensent qu'ils sont des génies, qu'ils ont un talent caché et qu'ils sont faits pour être célèbres. Ces gens-là, Autumn les ramène vite sur Terre et leur fait bien comprendre qu'elle peut les aider avec un projet réaliste, pas un qui demande d'aller sur Saturne. L'autre genre de clients est celui qui regrette de l'appeler. Leur vie est tellement misérable qu'ils ont trop peur pour faire quoique ce soit et qu'ils jurent ne pas avoir besoin d'aide. Ils l'appellent dans un moment de faiblesse et lors du rendez-vous, ils tentent de lui faire croire que c'était une erreur sauf qu'Autumn n'en démord jamais. Finalement arrivée, Autumn sort de la voiture et prend le temps de chasser tout pli imaginaire de sa robe bleu indigo avant de se diriger à l'intérieur. « J'ai réservé au nom de Davenport. » On l'amène à une table sur la terrasse avec vue sur la plage. Le temps est chaud aujourd'hui, le soleil haut dans le ciel mais il y a ce petit air frais qui porte à elle les effluves de l'océan. « Une bouteille d'eau minérale, » commande-elle en attendant la fameuse Maya.

(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
MEMBRE DU MOIS + LA CLASSE
avatar
pseudo : Little bee
célébrité : Shay Mitchell
crédits : Alaska <3 // ATYGIFSFORME
messages : 368
je suis ici depuis : 17/04/2014

MessageSujet: Re: maya&autumn ≈ once upon a wish   Jeu 29 Mai - 19:31


Autumn & Maya Հ Save me from myself.
Elle ne savait pas vraiment ce qui l’avait prise de faire cela. Appeler quelqu’un pour qu’il redresse sa vie. Et puis dans son esprit, chacun avait ses propres problèmes pour penser à ceux des autres. Elle n’allait pas se plaindre, si une personne souhaitait perdre son temps, autant pour elle. Depuis quelques temps Maya avait arrêté parfois de sortir, blottie dans son fauteuil, et elle avait économisé pas mal d’argent. C’était ce qui arrivait en période de révision, et puis sans mal de crane due à la gueule de bois il était plus facile de réviser, non? Seulement elle ne savait pas vraiment quoi en faire. Un jour sa collègue lui en avait parlé, et un soir, alors qu’elle finissait le pot de Nutella, elle avait vu une pub sur la violence à la télévision. Elle avait décroché son téléphone, composé ce numéro. Et la voila ici, sortant de l’hôpital en direction de ce fameux rendez vous dans un restaurant près de la plage. Autant vous dire qu’une patiente se mettant de la crème solaire dans la salle d’attente avait éveillé l’attention des infirmiers.

Elle y était allée pour refaire son bandage à la jambe, et maintenant qu’elle conduisait, elle se disait que ce n’avait peut être pas été une bonne idée avec sa jambe droite qui la faisait souffrir. Elle s’arrêta donc sur le parking, descendant en douceur de sa petite voiture jaune. Elle pensa à renoncer. Puis elle s’engagea dans la rue en boitant légèrement. Elle avait la nette impression que leur entrevue ne serait pas passionnante. En fait, Maya ne savait même pas si elle serait capable de lui parler de ses problèmes. Par ou commencer était la question. Et était-elle la pour parler de ses problèmes ou juste recevoir des conseils. Allait elle devoir lui parler d’Eva ? D’Alexia ? De sa dépression ? De ses tentatives de suicide ? De ses problèmes de violences ? De ses crises de paniques ? De son incapacité à suivre des cours ? Parce que ca faisait un sacré tas en une rencontre.

Elle s’approcha du restaurant en question et jaugea à quelques mètres la salle. Elle tenta de repérer quelle personne était seule, mais elle en vit plusieurs, et ne sut vraiment qui c’était. La blonde la bas ? Bientôt rejointe par un homme. La rousse accoudée au bar ? Habillée trop court et trop mal. Et pourquoi pas la brune avec la bouteille d’eu minérale. Elle était bien habillée, seule et semblait attendre patiemment. Maya ne sut pas si elle allait rebrousser chemin, mais elle décida de s’avancer elle monta les escaliers avec une petite difficulté et poussa la porte. Elle arriva à la hauteur dune serveuse, attirant son attention par un simple désolé de vous déranger.

-Davenport s’il vous plait.

La serveuse lui désigna la table avec un grand sourire, et ce fut bien la seule contente des deux. Maya s’avança légèrement. C’était bien la fille qu’elle avait vu de dehors. Elle tenta de cacher sa jambe boiteuse avec un grand sourire. Arrivée à sa hauteur, elle jeta un coup d’œil a ses propres vêtements. Elle ne s’était pas vraiment bien habillée. Un chemisier et un jegging noir. Ce n’était pas le summum de la classe.

-Davenport ? Maya Ramirez.

Elle se pencha pour lui serrer la main, avant de prendre place. Elle regardât la bouteille d’eau avec un sourire intrigué sur le visage. Ca faisait longtemps qu’elle n’en avait pas pris. Elle ne sut pas vraiment quoi dire, et attendit donc que la brune commence.


code par ARCHITECTURE




Oh ... Fuck it !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: maya&autumn ≈ once upon a wish   Dim 1 Juin - 9:37

once upon a wish
Règle n°1, je ne peux assassiner personne. Règle n°2, je ne peux malheureusement pas obliger les gens à tomber amoureux. Règle n°3, je ne ressuscite pas les morts, c'est un manque de savoir vivre.
Observant tranquillement ses alentours mais surveillant sa montre toutes les dix secondes - elle déteste les gens qui ne connaissent pas la ponctualité - Autumn sirote son verre d'eau. Dos à la salle, elle trouve plus agréable de regarder la plage pour se mettre dans un état relaxant où tous ses problèmes sont loin derrière elle. Dans son métier, elle ne peut pas se laisser déconcentrer, avoir une attitude immature et répondre par des phrases telles que « moi aussi j'ai connu ce genre de problèmes, voilà comment j'ai fait... » Il n'y a pas plus mal avisé. Le manque de professionnalisme de ces personnes qui exercent le même métier qu'elles et qui osent parler ainsi écoeure Autumn. Il n'y a pas de place pour sa vie personnelle ici. Si elle a un problème, elle le règle ailleurs. C'est pour ça qu'elle préfère fixer l'horizon plutôt que la salle intérieure. Elle trouverait le moyen de critiquer les gens qui s'y trouvent et d'être assez vicieuse quand sa cliente arriverait. Elle ne tarde pas à arriver d'ailleurs. Autumn lève les yeux quand elle remarque une personne s'approcher. Le nom de sa cliente est Maya Ramirez. Vu les origines de la personne qui se dirige vers elle, Autumn peut supposer sans prendre trop de risque que c'est sa cliente. Ses yeux vont directement se poser sur jambe - une seconde le temps de remarquer qu'elle boîte - avant de remonter sur le visage de la brune. Autumn a vite appris à déchiffrer le langage corporel des gens. Elle a même pris des cours de psychologie à la fac. Aujourd'hui, le corps humain n'a plus de secret pour elle. La façon dont une personne passe une main dans ses cheveux trahit sa nervosité, faire de grands gestes avec les mains est une façon d'éloigner l'attention du détail qui compte, etc. Tout de suite, elle peut dire que le sourire de la brune est un peu trop large pour être sincère et qu'elle se demande ce qu'elle fait là. Autumn se lève pour serrer la main tendue. « Appelez-moi Autumn. » Elle se rassoit et observe Maya en faire de même. Le silence qui suit en dit long sur le cas qui s'offre à elle. C'est le deuxième type de client, celui dont la vie ne fait plus sens et qui espère pourvoir redresser la barre avec son aide. Elle surprend le regard de Maya sur la bouteille d'eau et décide de suivre son instinct. Elle hèle la serveuse. « Une autre bouteille s'il vous plait. » La serveuse n'est pas longue à ramener la bouteille de 50cl qu'Autumn pousse vers Maya, observant sa réaction. Elle reste silencieuse un peu plus temps, testant sa cliente avant de finalement céder et prendre la parole. Après ça, on ne l'arrête plus. « Je travaille selon des règles très simples que je n'enfreins sous aucun prétexte. » Elle sort deux contrats de sa serviette Vuitton et en tend un à Maya. « Voici deux contrats identiques. Ils marquent le début de notre collaboration. Il y a des endroits à remplir mais nous verrons ça après. Règle un, je suis toujours professionnelle et je resterai objective quels que soient vos soucis. Rien de ce qui ne sera dit ne sera divulgé en dehors de nos rencontres. Règle deux, une fois le contrat terminé, j'évite un maximum de contact avec mes anciens clients. C'est plus simple ainsi. Règle trois, je ne brise jamais un contrat. Une fois que vous avez signé, je resterai dans votre vie jusqu'à ce que le problème convenu soit règlé. Cela même si vous me suppliez de partir. Alors réfléchissez-bien avant de signer. » Elle décide de ne pas évoquer les questions monétaires, tout est noté noir sur blanc. « Maintenant que tout cela a été dit, en quoi puis-je vous aider ? » Et c'est la partie difficile, être sûre que sa cliente lui dise tout pour qu'Autumn puisse bien cerner sa mission.

(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
MEMBRE DU MOIS + LA CLASSE
avatar
pseudo : Little bee
célébrité : Shay Mitchell
crédits : Alaska <3 // ATYGIFSFORME
messages : 368
je suis ici depuis : 17/04/2014

MessageSujet: Re: maya&autumn ≈ once upon a wish   Dim 1 Juin - 16:30


Autumn & Maya Հ Save me from myself.

Autumn. C’est beau comme prénom, même si ce n’est pas courant. Avec son air a la fois professionnel et amical, elle lui fait penser a son médecin à l’hôpital. Toujours tirée a quatre épingles et toujours la pour la soignée quand elle rentre avec un truc en moins à l’hôpital. Même si elle ne semblait pas apprécié Maya, ou du moins s’en méfier, elle avait a chaque venue de la jeune fille des mots réconfortants et un secret médical absolue. En fait, c’était même le seul médecin qui n’avait pas succombé à donner son dossier médical a sa sœur sous la pression de cette dernière.  Elle espérait vivement que se soit aussi le cas avec Davenport. Enfin Autumn.  Elle ne savait décidemment pas si elle allait pouvoir appeler par son prénom quelqu’un qui allait juger sa vie.

« Une autre bouteille s'il vous plait. »

Bon, elle avoue qu’elle aurait préférer une bouteille de rhum, mais si elle est venue la pour remettre sa vie sur pied, elle ne va pas lui avouer de suite qu’elle  préférerait finir la soirée avec de l’alcool que de l’eau minérale. Et puis un peu de temps sans pensées embuées ne peut pas faire de mal… Si ?

« Je travaille selon des règles très simples que je n'enfreins sous aucun prétexte. »

Des règles ? Ca lui rappela celles d’Eva lorsque les trois étaient enfants. Ne pas mettre de la musique trop forte (enfreint a maintes reprises par Tara), ne pas frapper ses camarades de classe sous aucun prétexte (enfreinte par Maya), ne pas tenir tête à Eva (jamais enfreinte)... Toutes ces règles faisaient de la maison le territoire d’Eva. Enfin de l’appartement. Tiens, voila un sujet à aborder avec Autumn. Sa sœur. En fait, il leur faudrait une soirée entière si on parfait sur ce terrain la.

« Voici deux contrats identiques. Ils marquent le début de notre collaboration. Il y a des endroits à remplir mais nous verrons ça après. Règle un, je suis toujours professionnelle et je resterai objective quels que soient vos soucis. Rien de ce qui ne sera dit ne sera divulgé en dehors de nos rencontres. » Un bon point si elle rencontrait Eva dans la rue. «Règle deux, une fois le contrat terminé, j'évite un maximum de contact avec mes anciens clients. C'est plus simple ainsi. » Oh non ! Une copine en moins ! Quoi qu’après elle n’aurait peut être plus envit de la voir, même pas en peinture.  « Règle trois, je ne brise jamais un contrat. Une fois que vous avez signé, je resterai dans votre vie jusqu'à ce que le problème convenu soit règlé. Cela même si vous me suppliez de partir. » … Fallait il vraiment commenter ? Maya avait peur de ses méthodes la.  « Alors réfléchissez-bien avant de signer. »

Non ! Elle était venue ici pour redresser la barre de sa vie, et devenir une personne meilleur, pas pour reculer aux premières paroles. Elle était résolue a reprendre l’identité de la gentille Maya, la douce, sans problèmes, et pas cette Maya violente et étrange qu’elle était. Elle était en quète de bonheur, et elle le trouverait. Et que celui qui a dit que le bonheur n’était pas un but aille se faire voir, c’était le siens.

« Maintenant que tout cela a été dit, en quoi puis-je vous aider ? »

Euh. Bon. Elle ne savait pas quoi dire, et décida de faire un briefing de sa vie.

« La première chose que vous devez savoir sur moi. C’est que je suis originaire d’Espagne. Vous y êtes déjà allé ? Barcelone ? Les beaux quartiers vous cernez ? Les beaux magasins, la joie de vivre au prix chanel, les filles qui aiment faire du shopping, les galléries d’art et la dolce Vita. Ca vous dit quelque chose ? »  Elle attendit rapidement un signe de son interlocutrice. « Bah moi je ne viens pas de la bas. Je viens de l’autre coté de la ville, celui de la misère. »

La elle observa le regard de la brune. Elle ne cherchais pas à y décerner quoi que ce soit. Elle voulait juste savoir si elle pouvait continuer. Elle continua.

« Et puis ma famille. Tous intelligents, courageux, fière de leurs origines, de leurs orientations, de leurs idées. Le genre de personne qui ne baisse jamais les yeux. Les populaires, les forts quoi. Vous voyez ? » Elle prend une respiration. « Moi je suis pas comme ca. Au lycée j’ai toujours été la fille qui se tasse dans un coin, un peu timide. Mal fringuée, qui aime le sport, avec des notes pourries, et pas beaucoup d’amis. J’ai toujours été faible et effacée, et je ne m’en plaignais pas, j’aimais cette fille la. J’étais une fille bien. »

Elle baissa un peu els yeux avec un sourire ironique.

« Vers la fin du lycée j’ai rencontrée une fille nommée Alexia Sullivan. Belle, blonde, populaire, rebelle, sexy. J’en suis tombée amoureuse. Vous savez moi j’avais honte de ressentir ca pour une fille, que pour des filles en fait, et je ne savais pas quoi faire. Elle, au début, elle me ridiculisais, elle me mettais tout le temps a terre. Puis un jour elle m’a demandée pourquoi je n’avais pas de copain. Et si c’était parce que j’étais moche ou un truc du genre. Je lui ai dit que ca m’intéressais pas. Après ca, on est devenues amies, puis petites amies. C’était merveilleux, je vivais sur un nuage. »

Elle avait l’impression de parler trop d’elle.

« Je viens aux problèmes ne vous inquiétez pas. » Elle prit une gorgée de son verre d’eau.  « Puis ma grande sœur Eva l’a découvert, elle m’a mis la pression pendant des jours, et j’ai rompue. Ca m’a déchirée, et Alexia est partie du jour au matin. J’ai fais une dépression. Je n’arrêtais pas de pleurer, je pensais qu’à finir avec cette vie, je frappais tout et tout le monde.  C’est la que j’ai commencé a avoir des excès de violence. Je parlais plus, je mangeais plus. Je me détestais. »

Elle croisa les bras sur sa poitrine, ses avant bras lui faisant soudainement mal.

« J’ai déménagé ici a ma majorité. J’avais un travail de serveuse, une maison avec ma tante et ma petite sœur et je remontais doucement la pente. J’ai repris mes études il y a un an dans la pâtisserie, et j’ai trouvé un boulot de serveuse assez bien payé pour finir dans un appartement seule. J’allais mieux, je le jure, et mes crises d’angoisse ou mes excès de colère devenaient de plus en plus rares. On pouvait dire que même si je devait encore aller à l’hôpital tous les mardis, pour vérifier si tout allait bien, j’étais mieux. Moins faible. Mais j’étais toujours dévastée et quand je faisait un pas en avant, j’en faisait deux en arrière. Pas de relation stable, pas d’amis très proches, aucune attache possible. Et c’est toujours le cas de ce coté la. »

Elle eu un sourire victorieux qui s’éteignit quand elle continua.

« Il y a trois semaines et demi j’ai revue Alexia dans la rue. On s’est engueulées, et je me suis plantée un bout de verre dans la jambe droite. Quand je me suis réveillée, je l’ai virée de la chambre en lui disant que c’était trop tôt pour qu’on se reparle, même si il n’y avait plus de rancœur entre nous. Je lui ait dit, rappelles moi si tu veux qu’on se revoit. Elle ne m’a pas rappelée. »

On sentait une certaine peine dans sa voix.

« Et puis je ne sais pas ce qui m’a pris, j’ai commencé a boire, a sortir tous les soirs, j’ai finit au poste, j’ai multiplié les crises et la violence, j’ai commencé a fumer un peu et surtout, j’ai recommencée a avoir honte d’être… » Elle murmura le dernier mot. « Gay. Pourtant ca ne m'a pasq empecher de les collectionner les filles. » Elle leva les yeux vers elle, un peu dans le vague. « Il n’y a rien de pire que la honte. Ca me rends instable. »

Elle eut un petit rire.

« C’est a vous qu’il faut poser la question. Vous êtes sure de vouloir signer ? »




code par ARCHITECTURE



Désolée pour le pavé  



Oh ... Fuck it !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: maya&autumn ≈ once upon a wish   Dim 1 Juin - 20:11

once upon a wish
Règle n°1, je ne peux assassiner personne. Règle n°2, je ne peux malheureusement pas obliger les gens à tomber amoureux. Règle n°3, je ne ressuscite pas les morts, c'est un manque de savoir vivre.
Autumn observe Maya avec un certain intérêt, se demandant si elle va faire le premier pas ou si elle va chercher à échapper à la question jusqu'à ce qu'Autumn soit forcée d'employer la manière forte - généralement, elle énumère un nombre de faits horribles jusqu'à dégoûter la personne en face d'elle. La brune hoche la tête à la question de Maya. A vrai dire, elle n'a jamais été à Barcelone, en Espagne ou même en Europe mais elle imagine facilement le tableau que lui dépeint Maya. C'est un peu la vie qu'Autumn mène à Santa Barbara. Néanmoins, ce n'est pas le sujet et elle sait que ce genre de détour est fait pour gagner du temps mais Autumn sait être patiente tant qu'elle arrive là où elle veut. Et finalement, Maya commence. Pour tout dire, Autumn ne croyait pas qu'elle sauterait le pas et pourtant, Maya lui dépeint toute sa vie. Finalement, le travail sera peut-être plus facile qu'ell ne croyait. Car peu importe les horreurs que certaines personnes ont vécu, tout ce qui compte c'est leur volonté de les laisser derrière elles. Et Maya semble avoir cette volonté. Donc ok, elle a vécu dans la pauvreté. Autumn ne s'arrête pas là-dessus, n'éprouvant pas de pitié pour ce genre de situation. La pauvreté n'excuse en rien les actes qu'on peut un jour faire. Ne disant rien, elle observe minutieusement Maya. Tout compte. La façon dont elle s'arrête entre certains mots, les regards qu'elle lui lance parfois et ceux qu'elles dissimulent en baissant la tête, la position même qu'elle tient : si son dos est courbé ou droit. En associant ses paroles à son attitude, Autumn peut se faire un tableau rapide des problèmes qu'elle va devoir résoudre et à partir de ça, elle peut travailler. Le premier qu'elle relève est le manque de confiance en soi. Au moins, par rapport à sa famille. Croire qu'être effacé est une bonne chose souligne déjà que Maya était mal dans sa peau avant même de le réaliser. On peut être discret, ce n'est pas une honte. Mais penser qu'être effacé, dans l'ombre et qu'ainsi tout va bien, non. Ce n'est pas en ignorant les problèmes qu'ils disparaissent, ce n'est pas en prétendant ne pas exister qu'on ne vit pas.  Un nom sort brutalement Autumn de ses pensées. Elle garde une expression neutre mais son coeur s'accélère dans sa poitrine. Alexia Sullivan. Merde. Autumn n'a jamais été confrontée à ce genre de situation : celle où elle connait personnellement un des proches de sa cliente. Et connaître est un petit pour exprimer la haine qu'elle éprouve envers Alexia. Elle écoute attentivement ses paroles en essayant de juger si oui ou non, elle va devoir impliquer la blonde dans cette histoire. Ca va être relativement compliquée. Néanmoins, à écouter Maya, leur relation est compliquée. Entre haine et amour, il n'y a qu'un petit pas et visiblement, c'est le cas pour Maya et Alexia. Autumn finit par se remettre à écouter pleinement ce que raconte sa cliente, décidant que concernant cette relation, elle y réfléchirait plus tard, à tête reposée, quand elle est sûre de ne pas se laisser influencer. La priorité est déjà que Maya assume pleinement son homosexualité. Autumn liste au fur et à mesure les problèmes : anxiété, dépression, colère, violence. La liste s'allonge mais ne l'effraie pas. Il lui en faut plus que ça. Quand Maya a finalement fini, Autumn note le rire qu'elle a comme de l'anxiété. Elle réalise que même si la brune accepte ses problèmes, elle en a honte. « Règle numéro quatre, » claque-t-elle soudainement, se redressant légèrement dans sa chaise. « Je ne juge jamais personne. Reconnaître ses problèmes c'est déjà une étape mais les assumer, c'est un autre pas que vous allez devoir faire. Avec moi, c'est le dernier endroit où vous trouverez de la pitié ou même de la compassion. Si je dois vous botter le cul, je le ferai. Ici, on ne pleure pas sur ses problèmes, on les assume avant de les faire disparaitre. » Toujours directe, Autumn se montre toujours telle qu'elle est. Si quelqu'un veut être rassuré, qu'on lui dise que c'est une bonne personne ou une autre connerie de ce genre, ce n'est pas chez elle qu'il faut sonner. « Ma façon d'agir va être douloureuse et certains pourraient même dire cruelle. Mais à la fin, vous me remercierez. » Si Autumn était mère, elle ne ferait pas un bisou magique à son enfant pour calmer sa blessure, elle verserait de l'alcool sur la plaie ouverte parce que c'est comme ça qu'on prévaut une infection, même si ça fait mal. La jeune femme se penche et en sort deux crayons, un qu'elle tend à Maya, l'autre pour elle. « Maintenant qu'on a échangé ces banalités, je pense qu'on peut s'intéresser au contrat. » Autumn commence aussitôt à gribouiller sur les blancs à compléter. « Remplissez les informations nécessaires. Généralement, ce n'est que votre nom. Il y a aussi une fiche de renseignement à compléter mais vous ferez cela plus tard. Allez à la page six du contrat, » ordonne-t-elle sans mêm lever les yeux. Maintenant, Autumn est passée en mode affaire et elle est presque incontrôllable. « Dans le cadre blanc, il s'agit de noter tous les problèmes que vous avez. Ce sera l'objectif du contrat : les résoudre un par un. J'ai noté en ce qui vous concerne : manque de confiance en soi, problèmes familiaux, assumer son homosexualité, vaincre la dépression, contrôler la colère, arrêter l'alcool. Le but final étant de vous rendre une vie dont vous pouvez être fière. » Tout en parlant, elle écrit ce qu'elle vient d'annoncer puis relève la tête, plantant son regard droit dans celui de Maya. « Est-ce que vous trouvez nécessaire d'ajouter quelque chose ? Peut-être concernant votre vie amoureuse ? Une fois les termes négociés et le contrat signé, on ne peut plus le modifier. Quand il aura été signé, nous commencerons immédiatement à parler des solutions nécessaires. N'hésitez pas à faire des suggestions, la communication sera la clé du succès. » Généralement, Autumn prend en compte les avis de ses clients sauf quand ils sont irrationnels. Elle cerne assez bien les limites et parfois pousse juste un peu plus loin pour obtenir un franc succès. « N'oubliez pas que vos problèmes peuvent aussi relever de la psychologie et pourtant vous m'avez choisie moi. Vous voulez vous en sortir, c'est évident alors n'hésitez jamais à être honnête. Maintenant, peut-on signer le contrat ? »

(c) sweet.lips


Dernière édition par Autumn J. Davenport le Mer 11 Juin - 17:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MEMBRE DU MOIS + LA CLASSE
avatar
pseudo : Little bee
célébrité : Shay Mitchell
crédits : Alaska <3 // ATYGIFSFORME
messages : 368
je suis ici depuis : 17/04/2014

MessageSujet: Re: maya&autumn ≈ once upon a wish   Lun 2 Juin - 17:46


Autumn & Maya Հ Save me from myself.


S’accepter. Elle se souvenait du discours de leur prof principale au lycée sur l’acceptation de soi même et le pardon, ainsi que sur toutes ces choses merveilleuse selon elle menant au bonheur et a une vie réussie. Elle leur avait rabâchée pendant une heure le précepte de l’accomplissement de soi, de tout ces trucs et autour d’elle, Maya avait entendue murmures appréciateurs et commentaires positifs. Quelques remarques fusaient, et jamais elle n’entendait quoi que ce soit indiquant que personne ne comprenait ce que diable l’espèce de pouffiasse rousse racontait là bas, devant son tableau avec un cœur dessiné dessus, se remplissant de mots doux et bons. Elle leur avait aussi parlé de l’aide aux autres, que s’aimer soi même, c’était d’abord aimer son prochain. Dons et soutien était requis pour avoir une âme pure.  Une vrai Mère-Térésa cette prof. Et pourtant, malgré cette heure passée à parler de comment être en paix avec soi même, Maya ne s’était pas sentie aussi heureuse que les autres élèves. Sans doute avait elle été la seule à ouvrir son livre de Géographie et à s’avancer dans ses devoirs des cours du lendemain. A cet âge la, le bonheur ne voulait rien dire pour elle, et elle se sentait bien dans son coin avec ses basquets et ses grandes lunettes. Pour elle, le bonheur ne signifiait rien, le tout était juste de mener sa vie tranquillement. Aujourd’hui elle voyait ou cela l’avait menée, et elle se disait qu’elle aurait peut être dut prêter attention aux paroles de la prof un peu trop idéaliste, mais terriblement dans le vrai.

« Règle numéro quatre »


Maya se redressa sur sa chaise, comme si elle s’attendait à une règle digne des films ou la directrice est un tyran sans pitié.

« Je ne juge jamais personne. Reconnaître ses problèmes c'est déjà une étape mais les assumer, c'est un autre pas que vous allez devoir faire. Avec moi, c'est le dernier endroit où vous trouverez de la pitié ou même de la compassion. Si je dois vous botter le cul, je le ferai. Ici, on ne pleure pas sur ses problèmes, on les assume avant de les faire disparaitre. »

Bon. Bah ca avait le mérite d’être clair. Et tant mieux. En fait c’était comme un bon jogging. Le départ à six heure du matin était dure, puis on prenait de l’élan, et a la fin de la course, quand on voyait le long travail accomplit, c’était que du bonheur. Et oui, ramener au sport chaque chose était automatique chez elle.

« Ma façon d'agir va être douloureuse et certains pourraient même dire cruelle. Mais à la fin, vous me remercierez. »

Tant qu’elle ne l’obligeait pas à ouvrir un bouquin ou a parler trop longuement de son adolescence, Maya pensait pouvoir s’en sortir. Personne n’avait dit que ca serait une partie de plaisir, mais maintenant qu’elle y était, elle ne repartirait pas. Elle avait renoncé à beaucoup de chose récemment,  et cette fois elle ne le ferait pas.

« Maintenant qu'on a échangé ces banalités, je pense qu'on peut s'intéresser au contrat. »  

Décidemment les deux femmes n’avaient pas la même notion de banalités. Elle imaginait bien la jeune femme devant des clients au bord du suicide, si elle trouvait Maya barbante avec sa vie, elle devait en avoir croisé des patients difficiles. Le tout était qu’elle y mette du siens.

« Remplissez les informations nécessaires. Généralement, ce n'est que votre nom. Il y a aussi une fiche de renseignement à compléter mais vous ferez cela plus tard. Allez à la page six du contrat. »

Yahoo, la biseness woman prend le dessus et Maya ouvre le contrat à la page indiquée. Elle a l’impression de feuilleter son dossier médical. En plus léger, et plus vide de notes de docteurs en fouillis. Elle trouve ce contrat bien simple et lisible, et elle prend le temps de lire quelques lignes ici et la. Elle regarde le prix puis hausse les épaules, elle n’aura qu’à faire des heures supplémentaires.

« Dans le cadre blanc, il s'agit de noter tous les problèmes que vous avez. Ce sera l'objectif du contrat : les résoudre un par un. J'ai noté en ce qui vous concerne : manque de confiance en soi, problèmes familiaux, assumer son homosexualité, vaincre la dépression, contrôler la colère, arrêter l'alcool. Le but final étant de vous rendre une vie dont vous pouvez être fière. »

OK. Bon ben il manque rien si ? Elle se remémore tous ce qu’elle vient de citer, en plissant le nez, comme quand elle entend quelque chose de désagréable. Elle aimerait bien se dire que tout cela sera fini bientôt, mais elle ne se fait pas d’illusions, tout ces problèmes ne disparaitront pas après trois séances. Dommage d’ailleurs. Ca aurait évité à la jeune femme de faire un interdit bancaire. Enfin bon.

« Est-ce que vous trouvez nécessaire d'ajouter quelque chose ? Peut-être concernant votre vie amoureuse ? Une fois les termes négociés et le contrat signé, on ne peut plus le modifier. Quand il aura été signé, nous commencerons immédiatement à parler des solutions nécessaires. N'hésitez pas à faire des suggestions, la communication sera la clé du succès. »

Maya se demande si elle doit noter Alexia. Elle réfléchit vivement,  s’empare de la feuille à la case blanche et note un terme a la suite des autres. «Ne pas lâcher les études. » C’est un objectif qu’elle aimerait atteindre, ce qui va peut-être être un des parties les plus difficiles, se connaissant assez bien pour dire qu’elle n’est pas du genre bosseur.

« N'oubliez pas que vos problèmes peuvent aussi relever de la psychologie et pourtant vous m'avez choisie moi. Vous voulez vous en sortir, c'est évident alors n'hésitez jamais à être honnête. Maintenant, peut-on signer le contrat ? »

Maya eu un sourire et appliqua sa signature sur le papier. Elle essaya de le faire rapidement, histoire de ne pas reculer.

« Alors, on commence par ou ? »

Voila. Ca c’est du Maya tout craché. Pas la Maya timide, dépressive, ou même la fêtarde. Ca c’est de la Maya battante. Et ca faisait un moment qu’elle n’était pas sortie de son armoire celle la.



code par ARCHITECTURE



Désolée pour le pavé  



Oh ... Fuck it !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: maya&autumn ≈ once upon a wish   Lun 2 Juin - 19:53

once upon a wish
Règle n°1, je ne peux assassiner personne. Règle n°2, je ne peux malheureusement pas obliger les gens à tomber amoureux. Règle n°3, je ne ressuscite pas les morts, c'est un manque de savoir vivre.
Autumn continue d'observer Maya pendant qu'elle assimile toutes les informations qu'elle lui donne. Elle lui laisse le temps de réfléchir à ses problèmes, voir si elle veut rajouter quelque chose. En même temps, elle est déjà en train de lister des solutions pour aider Maya. Autumn a tendance à travailler un peu trop main dans la main avec les situations humiliantes. Il y a des méthodes plus douces bien sûr mais ce qu'elle cherche, c'est des idées efficaces. Elle veut être sûre que ses actions seront radicales que même une fois sortie de la vie de ses clients, ils n'oseront plus recommencer, le souvenir du ridicule encore frais dans leur mémoire. Une des choses les plus simples sera de faire accepter son homosexualité à Maya. Elle a peur du regard des autres alors Autumn compte bien la trainer dans des endroits remplis de monde pour qu'elle s'assume en public. Porter un t-shirt où il y a écrit en gros 'je suis lesbienne' ou chanter une chanson de P!nk en public. Ou encore d'autres choses. Néanmoins, cette partie sera tout de même délicate. Il ne faut pas que ce soit traumatisant pour Maya. Il faut qu'elle se sente assez bien pour s'amuser et garder des bons souvenirs de ces moments. Qu'elle voie que gay n'a rien de honteux. Elle va devoir oublier l'alcool pour détendre sa cliente. D'ailleurs, son intuition a été la bonne quand elle a commandé cette bouteille d'eau. Elle est sortie de ses pensées par Maya qui gribouille quelque chose sur le contrat. Autumn se penche pour déchiffrer ce qu'elle a noté. «Ne pas lâcher les études. » Oui en effet, c'est important aussi. Autumn n'y a pas pensé. Elle le rajoute sur son propre exemplaire avant de proposer à Maya de signer. Elle est soulagée qu'elle n'ait rien noté à propos d'Alexia. Elle n'est pas sûre de vouloir gérer cette relation même si elle est clairement reliée à la dépression de Maya, Autumn ne pourra pas totalement l'ignorer. Maya signe sans une hésitation et Autumn en fait de même, aposant sa signature sur les deux contrats avant d'en remettre un à Maya et de ranger l'autre pour elle. Elle range aussi le stylo - en argent - dans son sac puis se rassied correctement dans sa chaise. Elle attrape son verre, en boit une longue gorgée avant d'attaquer directement. « Par le plus important. Pour l'instant, c'est votre problème d'alcool. D'après ce que vous m'avez dit, il est récent, tout juste quelques semaines. L'addiction n'est pas encore trop développée et devrait pouvoir être prise à temps. Voilà comment on procédera. Je ne peux vous suivre H24 pour m'assurer que vous ne buvez pas. Ce n'est pas le but, je ne vais pas vous tenir la main. Dans la fiche de renseignement, vous renseignerez votre adresse skype et votre numéro. Je vous appelerai tous les matins à sept heures tapantes. Je me fiche de savoir si cela gâche vos grasses matinées mais si j'ai l'impression que vous avez bu, je viendrais directement chez vous et frapperai jusqu'à ce que vous ouvriez et vous le ferai regretter. Ce n'est pas une menace mais une réalité. » C'est déjà arrivé à Autumn qu'elle retrouve un client à deux doigts du coma éthylique. Elle lui a enfoncé deux doigts dans la gorge et si ce n'est ni professionnel ni reconnu par la médecine, ça été efficace. Bien sûr, c'est extrême et elle ne pense pas devoir en arriver là avec Maya. « Demain, je viendrais avec un sac poubelle pour jeter tout l'alcool que vous avez. Inutile de le cacher, je le saurai. Je suis aussi en contact avec un grand nombre des barmans de cette ville, si vous sortez et buvez, il y a de grandes chances que je l'apprenne. » Autumn reprend une autre gorgée avant de continuer. « Vous avez commencé à boire pour oublier vos problèmes ce qui est une des plus belles bêtises que l'humanité ait inventé. Tout au pire, vous oublierez pendant quelques heures mais le lendemain doit être une sacrée garce. » Majoritairement, comme Autumn le serait si Maya boit sans son accord. « Je ne pense pas que ce soit un véritable problème d'alcool comme on le voit souvent. Si je vois que tout se passe bien, vous aurez le droit à la fin de boire de temps en temps pour vous amuser, sans excès. » Après tout, Maya est jeune. C'est ridicule de la priver de ce petit plaisir s'il reste modérer. « Que pensez-vous de ce plan d'attaque ? Des choses à rajouter ? Des questions ? »

(c) sweet.lips


Enorme speech, elle ferait presque peur   
Revenir en haut Aller en bas
MEMBRE DU MOIS + LA CLASSE
avatar
pseudo : Little bee
célébrité : Shay Mitchell
crédits : Alaska <3 // ATYGIFSFORME
messages : 368
je suis ici depuis : 17/04/2014

MessageSujet: Re: maya&autumn ≈ once upon a wish   Mar 1 Juil - 15:47


Autumn & Maya Հ Save me from myself.


Quand Autumn prit une gorgée d’eau, May eut la fâcheuse impression de se retrouver face à sa sœur. Droite, bien habillée, manucurée, elle ressemblait à la fille parfaite. Oui, elle ne l’était peut-être pas et loin de Maya l’idée de la juger. Mais Eva avait exactement la même posture quand elle se préparait à lui faire des remarques. Seulement elle, ce n’était pas pour l’aider. Oh non, certainement pas. C’était juste pour la maintenir dans la ligne de mire. Elle aimait tout gérer. Non, plus que ça : elle devait tout gérer. Elle avait le besoin de tout contrôler, de tenir tout le monde dessous elle, et ça avait toujours été quelqu’un qui poussait Maya vers le fond. Depuis qu’elle ne la voyait plus –ou de moins en moins en fait – elle se sentait un peu mieux. Mais elle continuait de tomber toujours plus bas.

« Par le plus important. Pour l'instant, c'est votre problème d'alcool. D'après ce que vous m'avez dit, il est récent, tout juste quelques semaines. L'addiction n'est pas encore trop développée et devrait pouvoir être prise à temps. »

Maya souffla un bon coup. En fait ça lui donnait du fil à retordre. Bien sûr elle n’était pas non plus une alcoolique notoire, mais elle avait du mal à rester sobre plus de deux jours. L’alcool lui donnait l’impression que tout était plus facile, dérisoire. Et elle avait peur qu’en arrêtant, la chute soit encore plus rude. Mais elle faisait confiance à la jeune femme en face d’elle, et elle se sentait déjà mieux d’avoir parlé de ses problèmes.

« Voilà comment on procédera. Je ne peux vous suivre H24 pour m'assurer que vous ne buvez pas. Ce n'est pas le but, je ne vais pas vous tenir la main. Dans la fiche de renseignement, vous renseignerez votre adresse Skype et votre numéro. Je vous appellerai tous les matins à sept heures tapantes. Je me fiche de savoir si cela gâche vos grasses matinées mais si j'ai l'impression que vous avez bu, je viendrais directement chez vous et frapperai jusqu'à ce que vous ouvriez et vous le ferai regretter. Ce n'est pas une menace mais une réalité. »

Maya hocha la tête. Elle n’y voyait aucun inconvénient. De toute façon elle n’était pas sure que si ça arrivais, le jeune coach puisse lui faire du mal. Mais elle ne la sous estimais pas, et attendais calmement la suite. Mais sept heures ? C’était tout de même assez tôt non ? Elle ne se levait qu’à huit heures le matin. Le voyage jusqu’à l’université était court et elle se préparait rapidement. De plus parfois, quand elle s’était couchée tôt, elle allait faire son jogging vers six heure et demie, et ne revenais qu’à sept heure et demie. Preuve qu’elle allait devoir se lever plus tôt si elle voulait courir. Déjà se lever sans gueule de bois serait plus agréable, peut-être plus facile de tenir une journée.

« Demain, je viendrais avec un sac poubelle pour jeter tout l'alcool que vous avez. Inutile de le cacher, je le saurai. Je suis aussi en contact avec un grand nombre des barmans de cette ville, si vous sortez et buvez, il y a de grandes chances que je l'apprenne. »

Maya hocha la tête la aussi. Mais elle leva la main discrètement en signe de remarque.

« Ma colocataire déménage, il y aura beaucoup de cartons, je pense qu’elle emmènera la plupart des bouteilles. Elles sont à elle. »

Il faut dire qu'elles devaient en avoir une cinquantaine. Aussi vides que pleines. Maya ne possédait que quelques bouteilles d’alcool pas cher, compte tenu de l’argent qu’elle avait, elle ne pouvait pas se permettre de dépenser son salaire en alcool tout de même. Elle préférait nettement se faire payer un verre. Mais là n’était pas le sujet, et l’important était que sa colocataire quittait la ville, et qu’elle emmènerait la plupart des bouteilles, donc que le sac plastique serait quasiment vide. Bon, elle exagérait un peu, au moins elle n’aurait besoin que d’un sac.

« Vous avez commencé à boire pour oublier vos problèmes ce qui est une des plus belles bêtises que l'humanité ait inventé. Tout au pire, vous oublierez pendant quelques heures mais le lendemain doit être une sacrée garce. »

Maya acquiesçât en silence. Oh oui. Une belle garce. Elle se levait avec un mal de crâne et une bouteille vide au pied de son lit. Ou de celui chez qui elle dormait. Il lui était même arrivé de se réveiller sans se rappeler de sa soirée de la veille et sans portefeuille. Elle l’avait retrouvé dans un coin de la salle de bain, à côté de la poubelle pleine de bouteilles de verre vides. Elle se souvenait parfaitement de l’expression amusée de sa colocataire quand elle avait dut se rendre à l’université encore habillée comme la veille. Une face en train de rire d’elle. Pathétique.

« Je ne pense pas que ce soit un véritable problème d'alcool comme on le voit souvent. Si je vois que tout se passe bien, vous aurez le droit à la fin de boire de temps en temps pour vous amuser, sans excès. Que pensez-vous de ce plan d'attaque ? Des choses à rajouter ? Des questions ? »

Maya hocha pour la énième fois la tête. Elle n’avait rien à rajouter, elle trouvait ce plan très bien, n’ayant rien à redire. Elle ne savait pas si ça allait marche -elle l’espérait – mais dans tous les cas, elle se sentait déjà mieux en sachant qu’on allait l’aider à avancer, et Autumn paraissait particulièrement déterminée. Elle avait économisé pour se payer ce coach, et elle espérait d’autant plus que ça porterait ses fruits.

« Parfait. Est-ce qu’on fait déjà cela ou il y a autre chose à commencer dès demain ? »




code par ARCHITECTURE



Désolée pour le pavé  



Oh ... Fuck it !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Contenu sponsorisé »

MessageSujet: Re: maya&autumn ≈ once upon a wish   

Revenir en haut Aller en bas
 

maya&autumn ≈ once upon a wish

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ♣ Présentation de Maya Whiteflow ♠ [Validée]
» Mariage des soldats Maya II et nain32
» Prénsentation de Maya Henson
» [Décembre] Byul Maya
» Présentation de Autumn Sky Corner [Validée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BURIED SECRETS :: LAST KISS GOODBYE :: les archives :: rps terminés/abandonnés-