AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
le forum est enfin ouvert, rejoignez nous ! on vous attend avec impatience.
n'oubliez pas de voter toutes les deux heures.
mais aussi de laisser une trace sur bazzart pour qu'on soit toujours au top.

Partagez | 
 

 alexia&autumn ≈ la guerre est déclarée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
« Invité »

MessageSujet: alexia&autumn ≈ la guerre est déclarée   Dim 1 Juin - 10:29

la guerre est déclarée
Entre cheveux bleus et peau orange, quand c'est la guerre, les femmes n'ont aucune limite.
Ce matin là, Autumn se dispute violemment avec sa soeur. L'une d'entre elles a oublié d'envoyer la chèque pour payer l'électricité et aucune ne veut reconnaître être la responsable. Elles se crient dessus jusqu'à ce qu'Autumn claque la porte pendant que sa soeur part rager dans son coin, chèque en main pour l'envoyer. Autumn passe sa matinée en dehors de la maison, à se plaindre par textos auprès de Flore tout en flanant dans les rues. Vers midi, elle retrouve quelques amis et déjeunent avec eux. C'est mieux de déjeuner dans un petit restaurant avec des gens qu'elle apprécie, prendre une salade et décompresser plutôt que d'aller se chercher un bagel rempli de calories sur la plage. A deux heures, elle a rendez-vous avec un client et à seize heures, son moment de bonheur qu'elle attend depuis une semaine : un soin complet au centre de beauté de Santa Barbara. Elle a hâte de se faire masser et maquiller par des professionnels. Néanmoins, vers treize heures, son portable sonne et son client annule leur entretien. Autumn pince les lèvres. Si ça ne tenait qu'à elle, elle irait frapper chez son client et lui remettrait les pendules à l'heure parce qu'aujourd'hui devait être une étape importante de leur thérapie mais Autumn est trop agacée et elle risque de dire des choses qu'elle regretterait par la suite. Et Autumn a beaucoup de défauts mais elle ne manque de nullement de professionalisme. Dans le doute, elle décide de remettre à demain son entrée en tornade chez son client et d'aller passer tout l'après-midi au Spa. Elle sera ensuite parfaitement détendue, prête à affronter sa famille ce soir et son travail demain. Satisfaite de son programme, Autumn quitte ses amis avec la promesse de les revoir très vite. Elle prend sa voiture et conduit jusqu'à chez elle pour récupérer quelques affaires et en déposer d'autre avant de se rendre au centre de beauté. Quand elle arrive, il y a quelques voitures sur le parking. En quelques minutes, elle est devant l'accueil, tout sourire, pressée d'aller profiter du sauna et du jacuzzi. « Bonjour, Autumn Davenport. J'ai rendez-vous à seize heures mais j'ai pu me libérer plutôt. » « Une seconde, » répond l'hôtesse avec un large sourire. Les yeux d'Autumn tombe sur sa manucure alors qu'elle pianote sur l'ordinateur et elle l'envie aussitôt. Elle va demander à ce qu'on lui fasse des ongles encore plus beau. « Je vous ai trouvée mademoiselle Davenport. Voulez-vous que je vois si on peut vous recevoir plus tôt ou voulez-vous profiter de notre jacuzzi ? » « Jacuzzi. » répond Autumn sans aucune hésitation. La femme sourit. « Vous pourrez même profiter d'un bain de boue dans l'après-midi si vous le désirez. » Avec cette idée en tête, Autumn se dirige vers les vestiaires, se change en maillot puis se rend au jacuzzi. Il y a déjà quelqu'un quand elle arrive et forcément Autumn la connait. Elle se glisse dans l'eau, fusillant la blonde du regard. « Alexia. Je dirais bien que c'est une bonne surprise mais ce serait un mensonge. »

(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
MEMBRE + ON VOUS AIME
avatar
célébrité : Sasha Pieterse
crédits : gomez.
messages : 218
je suis ici depuis : 18/04/2014

MessageSujet: Re: alexia&autumn ≈ la guerre est déclarée   Dim 1 Juin - 21:49

la guerre est déclarée
Entre cheveux bleus et peau orange, quand c'est la guerre, les femmes n'ont aucune limite.
Aujourd’hui, j’avais décidé d’aller au Beauty shop. J’avais besoin de me détendre, de prendre soin de mon corps. Depuis que j’étais revenue, je n’avais pas arrêté de faire des allers venus partout. Je devais faire en sorte de me mettre à jour dans mes cours pour ne pas me perdre durant les analyses. Je me faisais bousculer dans tous les sens en retrouvant des personnes que je ne souhaitais pas forcément voir, mais aussi en rencontrant des personnes précieuses à mes yeux. Maintenant, je pouvais sentir tous mes muscles se contractant sans que je fasse le moindre geste. Je dormais tellement mal la nuit que c’était à se demander si je dormais vraiment. Parfois, je me disais que ce serait aussi rapide de faire une nuit blanche.

Je pensais d’abord aller voir mon père, histoire de prendre des nouvelles. Je n’avais pas vraiment fait l’effort de passer régulièrement chez lui alors que c’était mon excuse de base de mon retour. Seulement, je n’avais pas grand-chose à lui dire en ce moment. Mes années à l’étranger avaient laissé un grand vide entre nous. C’était exactement ce que j’ai ressenti en fermant la porte de l’entrée pour repartir vers la ville, un grand vide. Ça m’avait plus épuisée qu’autre chose. Je ne passai même pas par chez moi avant d’aller streetold. Je n’avais plus le courage de faire un quelconque détour.

Je montrai rapidement ma carte d’adhérente à la caissière actuelle et fonçai vers les vestiaires. J’enfilai mon maillot de bain en deux temps, trois mouvements. Je n’avais jamais dû être aussi rapide à me changer dans ce lieu. Normalement, je prenais mon temps rien que par principe. Comme je venais prendre soin de moi, je me disais que je n’étais pas obligée de me presser pour entrer dans les lieux de détente. En y allant calme et posée, je gagnais déjà en légèreté. Mais je n’en avais que faire pour l’instant. Je me plaçai sous une douche froide et rapide et marchai avec vigueur vers le hammam. La chaleur m’oppressa en quelques secondes et toute la pression qui martelait mes muscles disparait lentement.

Mon souffle commençait à se faire faible, l’odeur de menthe bloquant mes sinus. Je sortis dans l’air frais des couloirs menant aux différents services. Je me sentais déjà beaucoup mieux mais je ne me sentais pas prête pour les massages encore. Je passai de nouveau sous l’eau froide avant de marcher tranquillement vers le jacuzzi. Je me doutai déjà que je pouvais être tranquille là-bas, la plupart des personnes travaillaient encore. Je me glissai dans l’eau chaude, me posant avec plaisir contre le bord. Je fermai les paupières sentant le sommeil venir me chatouiller doucement les yeux.

Alexia. Je dirais bien que c'est une bonne surprise mais ce serait un mensonge.

Je relevai la tête en une seconde, les yeux bien ouverts, l’esprit clair. Je vis alors devant moi Autumn. J’avais l’impression d’halluciner. Je l’avais oubliée cette folle. Si mon corps avait réussi à se détendre, c’en était fini. Je repliai mes jambes vers moi, ne voulant pas être en contact avec la brune.

Il manquait plus que ça. La joie de ma vie ! Je suppose ce serait trop te demander d’aller ailleurs ?

(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: alexia&autumn ≈ la guerre est déclarée   Lun 2 Juin - 11:44

la guerre est déclarée
Entre cheveux bleus et peau orange, quand c'est la guerre, les femmes n'ont aucune limite.
Autumn a revendiqué son titre de reine des garces tellement de fois qu'il n'est pas surprenant de croiser quelqu'un qui ne peut pas la voir en peinture au spa. Il faut dire qu'Autumn non plus ne supporte pas Alexia. Ou plus. Car à une époque, elles étaient bonnes amies. Mais voilà, la blonde et la brune, deux queen B. C'était une histoire vouée à l'échec et aujourd'hui, elles ne se supportent tout simplement plus. Autumn n'avait d'ailleurs aucune idée qu'Alexia était de retour à Santa Barbara. Elle a appris il y a quelques mois si ce n'est pas plus - peut-être plusieurs années - qu'elle était partie et elle ne lui a pas manqué. Autumn a le don de se faire des ennemis partout où elle va. Une de moins sur la liste n'est pas négligeable. Néanmoins, à la différence des autres personnes qui la détestent et qu'elle déteste également, Alexia l'a blessée. Parce que si Autumn se souvient bien, c'est la blonde qui s'est vexée la première et qui a déclaré la guerre. Autumn n'est pas le genre de filles qui aime perdre quoique ce soit et cela inclut ses amies. Elle en veut profondément à Alexia pour cela et c'est sans doute pour cela qu'elle est si véhémente à lui faire la guerre. « Il manquait plus que ça. La joie de ma vie ! Je suppose ce serait trop te demander d’aller ailleurs ? » Autumn ne peut retenir un rire cynique et elle sourit amplement quand elle réalise qu'elle a déjà la main gagnante. C'est tellement facile de gagner une bataille quand vous avez de l'emprise sur votre adversaire. Si Alexia ne veut pas la voir, Autumn va se faire un plaisir de se faire remarquer. « Tu supposes bien, » répond Autumn avec arrogance, prenant ses aises dans le bassin. Finalement, ça ne le dérange plus de partager son jacuzzi avec Alexia. Embêter les gens, faire sa garce, c'est la passion numéro un d'Autumn après tout. « Enfin si je te dérange, tu peux très bien aller ailleurs. Après tout partir c'est ce que tu fais de mieux. » Autumn n'a jamais su où Alexia était partie ou peut-être qu'on lui a dit mais elle ne s'en rappelle plus. En tout cas, cela fait des années qu'elle ne l'a pas vue. « Où est-ce que tu as fui déjà ? » Si Alexia a déclenché la guerre, d'un point de vue objectif, Autumn en est peut-être la responsable. En effet, à l'époque, Alexia n'était qu'une lycée quand Autumn était déjà à la fac. Néanmoins, elle voulait s'assurer que la reine des abeilles du lycée prenait bien la relève, normal. Quand la mère d'Alexia est tombée malade puis décédée, Autumn a voulu s'assurer que cela n'affecterai pas le lycée. Il faut dire que le lycée a son propre mini-climat. Il vit selon des règles sociales strictes qui divisent les populaires et les geeks. Si les choses étaient différentes, ce serait le chaos. Autumn n'est pas non plus connue pour sa compassion et elle ne s'est pas vraiment sympathique envers le décès de Madame Sullivan. La remarque qu'elle a faite à jeter un froid entre elles jusqu'à ce qu'elles ne puissent plus se supporter. Cependant, Autumn refuse d'admettre qu'elle doit s'excuser de quoique ce soit. La mort fait partie de la vie et frappe des familles tous les jours. Le monde ne s'arrête pas de tourner pour autant. « Tu es partie juste après le décès de ta pauvre mère si je ne me trompe pas et laissé ta famille gérer son chagrin seul ? » Sa voix est vicieuse et Autumn sourit parce qu'elle sait qu'elle a frappé là où ça fait mal.

(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
MEMBRE + ON VOUS AIME
avatar
célébrité : Sasha Pieterse
crédits : gomez.
messages : 218
je suis ici depuis : 18/04/2014

MessageSujet: Re: alexia&autumn ≈ la guerre est déclarée   Lun 2 Juin - 14:22

la guerre est déclarée
Entre cheveux bleus et peau orange, quand c'est la guerre, les femmes n'ont aucune limite.
Je connaissais déjà la réponse d’Autumn. Il suffisait que je pose la question pour savoir ce qu’elle allait répondre. Entre nous, c’était la guerre depuis des années et la brune faisait tout son possible pour me détruire petit à petit. Je ne pouvais nier qu’elle y arrivait à merveille. Dire qu’à une époque, on avait été amies. C’était il y a tellement longtemps que j’avais du mal à m’en souvenir. Par contre, l’instant même où ça s’était fissuré entre nous, je ne l’oublierai jamais. Elle m’avait fait mal et elle ne s’en était même pas rendue compte. Je savais ce que c’était que d’être une garce, mais il y avait des limites et Autumn les avait dépassées depuis longtemps. Je ne pouvais pas le lui pardonner, encore moins vu sa réaction à la suite de ça.

Enfin si je te dérange, tu peux très bien aller ailleurs. Après tout partir c'est ce que tu fais de mieux.

Et en plus de cela, elle me connaissait plutôt bien la garce. Je n’étais pas sûre de pouvoir affirmer le contraire. Je ne lui avais pas parlée depuis longtemps et ses points faibles n’étaient pas les plus visibles. Alors que ma fuite avait dû faire le tour de la ville après l’enterrement. Elle pouvait m’enfoncer comme elle le souhaitait et je ne pensais pas avoir les armes pour combattre. Pourtant, j’avais bien envie de m’y essayer. Je ne voulais pas lui donner la tâche facile. Si je ne le faisais pas, elle n’aurait aucune pitié pour moi, elle m’en ferait baver jusqu’à ma mort.

Réflexion faite, je vais rester avec toi. Tu m’as tellement manquée, je ne raterai ça pour rien au monde !

Ironie bonjour, elle devenait ma nouvelle passion en sa présence. Elle me permettait d’aiguiser un peu plus mon talent en la matière. A mon humble avis, si nous devenions de nouveau alliées, les autres feraient mieux de se cacher car rien ne pourrait survivre à notre alliance. Mais soyons réaliste, ça ne risquait pas d’arriver. Pas avant qu’elle fasse au moins des excuses sincères et ce n’était le genre de chose qu’elle était capable de faire.

Incroyable, je vais pouvoir t’apprendre quelque chose ! Tu avoueras que c’est assez dur avec toi quand même. Donc, faire des études à l’étranger, ce n’est pas fuir ! C’est juste profiter de l’occasion pour découvrir une nouvelle culture, faire de nouvelles rencontres. Enfin, je ne peux pas te demander de comprendre, tu es trop attachée à tes principes de règles et de rangs dans cette ville. Ce serait trop dur pour toi de reprendre à zéro ailleurs, voir ton trône se faire conquérir par quelqu’un d’autre.

Je ne sais pas du tout d’où je sortais tout ça. Ce n’était sans doute pas d’un grand niveau pour la brune, mais cela faisait longtemps que je n’avais pas réussi à répondre à quelqu’un comme ça. Ce n’était pas vraiment dans le but de frapper où ça fait mal, je ne connaissais pas les sujets qui pouvaient la blesser, mais au moins, je pouvais répondre. Je ne restai pas stupide face à ses répliques. Enfin, jusqu’à ce que celle-ci lui rejette la mort de sa mère à la figure. Je sentis ma mâchoire se crisper, la culpabilité m’envahir, les larmes monter. Je n’aimai pas parler de ça et je ne voulais pas en parler avec elle. Pourquoi insistait-elle là-dessus ? Quand est-ce qu’elle allait comprendre à quel point elle m’avait détruite ?

Je croyais qu’il fallait passer outre le chagrin et vivre sa vie ? Ce n’est pas ce que tu m’as sortie à l’époque ? Faudrait te mettre d’accord ! Alors on a le droit d’être mal après la mort de sa mère ou on fait comme si de rien n’était ?

(c) sweet.lips


Dernière édition par Alexia Sullivan le Dim 8 Juin - 21:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: alexia&autumn ≈ la guerre est déclarée   Lun 2 Juin - 16:04

la guerre est déclarée
Entre cheveux bleus et peau orange, quand c'est la guerre, les femmes n'ont aucune limite.
« Réflexion faite, je vais rester avec toi. Tu m’as tellement manquée, je ne raterai ça pour rien au monde ! » Autumn offre un sourire mielleux et hypocrite à Alexia en retour, commençant à être agacée bien que curieuse de voir si la blonde va riposter. Néanmoins, en faisant un rapide tour de ses points faibles, Autumn n'arrive à en trouver aucun. Aucun qui puisse être exploitée par Alexia en tout cas. Ses secrets sont bien gardées, par elle-même et elle ne compte en parler à personne. Pas quand elle pourrait finir directement en prison. Autumn est douée pour conserver les apparences. La première attaque d'Alexia laisse la brune presque indifférente. Un, autant Alexia qu'elle-même savent qu'elle a fui après la mort de sa mère. La queue entre les jambes. Autumn a perdu son père, pour autant la vie continue. A cause de ça, elle a dû accepter les joies de la famille recomposée, la grand-mère de sa demi-soeur qui passe son temps à la mettre plus bas que terre lors des Thanksgiving et pourtant, Autumn est toujours là, plus fière que jamais. Et oui, elle ne voudrait abandonner son trône de reine des garces à Santa Barbara pour rien au monde mais quel prince a construit un empire pour ensuite aller ailleurs ? Ridicule. Néanmoins, quand Alexia ressort leur vieille dispute, Autumn ne peut que noter le coup bas. Ce n'est jamais beau de ressortir les vieux dossiers mais si la brune pense toujours ce qu'elle a dit. Elle ne fait pas trop dans la fraternité et dans la compassion. Elle est prête à écraser des gens pour avoir ce qu'elle veut et elle n'a aucune honte à le dire. Joueuse, Autumn éclabousse Alexia du bout des doigts, un sourire arrogant aux lèvres. Elle cherche défintivement la guerre. « Je maintiens toujours ce que j'ai dit, » répond-elle en observant ses ongles, comme si elle était ennuyée. Elle va choisir du rose por son vernis. Ou peut-être un bleu électrique. « Et ne va pas croire que je me contredis. Tu mens et toi et moi on le sait très bien. » Bien sûr qu'Alexia a fui, même sa propre famille en a certainement conscience. « Si tu étais partie parce que tu avais une chance unique, on ne serait pas fâcher. Mais la vérité c'est que tu n'as pas vécu ta vie à l'époque. Tu as fui et tu peux le nier autant que tu veux mais je le sais et je ne suis pas la seule à le penser. » Autumn sourit largement, sachant qu'elle mène cette bataille avec plusieurs points d'avance. « D'ailleurs, il n'y a aucune honte à vouloir conserver ce qu'on a de bien. Ca s'appelle l'héritage. Je suis heureuse ici, pourquoi vouloir recommencer ailleurs ? » Bon si sa soeur décidait de partir loin, à l'étranger comme Alexia par exemple, et ne jamais revenir, ce serait un point positif. « Et puis pour quelqu'un qui voulait recommencer à zéro, tu n'as pas vraiment réussi n'est-ce pas ? Tu es revenue à ton point de départ. » Autumn claque encore ses doigts sur l'eau, arrosant une fois de plus Alexia de gouttes d'eau. Elle lui sourit vicieusement. « Quoique... Peut-être ai-je tort après tout ? Peut-être que tu dis la vérité et que tu es partie peu importe où tu es partie pour continuer à vivre ta vie. » Autumn fixe Alexia droit dans les yeux avant d'ajouter : « Mais dans ce cas, tu n'auras aucun mal à admettre que j'avais raison à l'époque. La vie continue, pas besoin de perdre du temps à être triste. » Et Autumn est persuadée qu'Alexia ne reconnaître jamais à voix haute qu'elle a raison. « Alors ? »

(c) sweet.lips


Dernière édition par Autumn J. Davenport le Mer 11 Juin - 17:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MEMBRE + ON VOUS AIME
avatar
célébrité : Sasha Pieterse
crédits : gomez.
messages : 218
je suis ici depuis : 18/04/2014

MessageSujet: Re: alexia&autumn ≈ la guerre est déclarée   Lun 2 Juin - 20:25

la guerre est déclarée
Entre cheveux bleus et peau orange, quand c'est la guerre, les femmes n'ont aucune limite.
Autumn s’amusait vraiment bien avec moi. Elle allait même jusqu’à m’éclabousser avec l’eau du jacuzzi. Si on regardait la scène de loin, on pourrait croire que nous étions amies et que la brune ne faisait que m’embêter. Malheureusement, ça allait beaucoup plus loin que ça. Personne n’allait démordre de sa version et l’après-midi risquait d’être bien longue. Pourtant, je n’étais pas sûre de détester cela. J’allais pouvoir dépenser toutes mes frustrations dans cette dispute et en ressortir sans doute blessée mais aussi plus légère. J’écoutai avec beaucoup plus d’attention qu’au départ. J’avais l’impression de me faire analyser par un psy, ce n’était pas ce qui était le plus agréable. Seulement, j’essayai de le prendre dans le bon sens, de voir ça comme une façon d’améliorer ma conduite peut-être, de comprendre ce qu’il avait pu se passer aussi. Ce qui m’étonnait c’était plutôt qu’Autumn prenne ce rôle, je ne me souvenais pas qu’elle ait commencé des études dans ce sens. « Tu crois vraiment qu’on est fâchées parce que je suis partie ? Si je me souviens bien, on ne se parlait plus bien avant. Crois-moi, même si j’étais restée, tu n’aurais pas fait parti de ma vie. Comment j’aurais pu garder une personne comme toi comme amie ? Tu ne sais même pas ce que ça veut dire. » On pouvait entendre le dégoût dans ma voix. Son attitude de l’époque me restait vraiment en travers de la gorge. Je passai ma main sur mon visage pour enlever les quelques gouttes dues à son plaisir de me tremper. « Si tu as envie de rester dans le même lieu toute ta vie, c’est ton problème. Si tout ce que tu désires est ici, tant mieux pour toi après tout. Tu ne sauras jamais si c’est vraiment le cas mais bon. En tout cas, je ne vois pas vraiment ce qui me retenait ici. Je ne reviens pas à mon point de départ, loin de là. Cette ville n’est pas mon lieu d’attache, mes souvenirs ne viennent pas d’ici. Je n’ai pas perdu grand-chose en partant, je dirais même rien. » C’était faux, j’avais quand même réussi à me tisser des liens qu’ils avaient été durs d’oublier. J’avais vécu des déceptions et des joies, même si elles avaient été courtes. Mais je ne comptais pas lui dire qu’elle en faisait partie, ça lui ferait trop plaisir. « J’aimerai bien savoir une chose : comment on fait pour faire le deuil d’une personne chère à ses yeux si on ne ressent rien ? Est-ce que tu sais ce que c’est que d’aimer quelqu’un ? Je commence à avoir des doutes. La tristesse, la souffrance, quand elles sont là, tu n’as pas le choix que de les vivre. Oui j’appelle ça vivre parce qu’elles font parties intégrantes de ce qui te construit. Ce n’est pas parce que j’étais moins enjouée, moins dans tes conneries de coups bas que je ne continuais à vivre. » Je sentais malgré tout les larmes revenir petit à petit. Je détournai le regard pour ne pas le lui montrer même si je me doutais qu’elle allait le remarquer. Elle avait gagné en perception et elle utilisait tout pour détruire les autres. C’était son meilleur talent. Au moins, elle en avait un, c’était déjà ça. « Avoir raison, c’est tout ce qui compte pour toi ? Je n’admettrai rien du tout, on parle d’un sujet sur lequel on ne peut pas être d’accord parce qu’on ne le voit pas de la même façon. Tu fais peut-être face aux choses en fonçant la tête la première dans les ennuis, mais tout le monde n’agit pas comme toi. Tu n’es juste pas capable de t’en rendre compte et tu te contentes d’enfoncer tous ceux qui sont différents. Peut-être que si tu avais agis différemment, j’aurais pu remonter la pente plus facilement. Tu n’as pas raison Autumn, tu ne penses qu’à toi ! »

(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: alexia&autumn ≈ la guerre est déclarée   Mar 3 Juin - 9:15

la guerre est déclarée
Entre cheveux bleus et peau orange, quand c'est la guerre, les femmes n'ont aucune limite.
Autumn pince les lèvres, sentant l'agacement monter en elle. Qu'est-ce qui ne va pas chez toutes ces personnes qu'elle déteste ? A croire qu'ils n'écoutent pas ce qu'ils disent - ce qui est vexant dans une dispute - ou alors ils prennent un malin plaisir à déformer ses paroles parce que d'une façon ou d'une autre, ils savent qu'ils vont profondément l'agacer. Troisième option, ils sont tout simplement stupides. Autumn considère cette troisième option sérieusement pendant au moins dix secondes avant de couper Alexia net. « Je n'ai jamais dit qu'on était fâchées parce que tu es partie. Ma mémoire est encore intacte, merci bien. Je me rappelle exactement du jour où tu t'es transformée en furie. Non, je soulignais simplement le fait que tu mentais. Si tu étais partie juste pour tes études, tu ne te serais pas vexée dans un premier temps quand j'ai fait cette minuscule remarque et ensuite tu as fui. Menteuse, » chantonne-t-elle parce qu'elle sait que son raisonnement est infaillible. Elle se rappelle vaguement avoir entendu qu'Alexia est partie peu après l'enterrement de sa mère. Or, trois semaines auparavent, elles se disputaient violemment à cause de la remarque d'Autumn. Si Alexia n'a pas fui, elle n'aurait pas non plus mal pris les mots de la brune. Autumn sait que son raisonnement est infaillible. Elle a pris majeur psycho à la fac et maintenant, elle passe son temps à pister les problèmes des gens qui viennent la voir et qui tentent de lui faire avaler des salades. Elle est devenue très douée pour déceler la vérité du mensonge. Tellement qu'elle est aussi capable de camoufler les siens, camoufler ses émotions. Elle ne montre pas avoir été blessée par les mots d'Alexia sur son incapacité à être une amie. C'est la deuxième fois qu'on lui fait la remarque cette semaine. Et Autumn n'est pas du tout d'accord. Elle est une bonne amie, elle ne laisse jamais les gens s'écrouler et leur botte le cul quand il le faut. Elle ne fait pas dans la compassion et alors ? D'autres le feront pour elle. Autumn dit la vérité en face, oui ça fait mal mais quels amis ont besoin qu'on leur mente. Elle écoute distraitement Alexia qui continue à se justifier une fois de plus les raisons de son départ et à chaque fois, elle est de moins en moins convaincante. « Eh bien comme tu l'as si bien remarqué, on n'est plus amies et tu es partie pendant plusieurs années, qui te dit que je suis restée à Santa Barbara tout ce temps ? Mais, ce que je me demande surtout c'est pourquoi tu es revenue si cette ville ne veut rien dire pour toi ? Tu mens de plus en plus mal tu sais. C'est ridicule. Arrête les frais, tu es revenue pour une raison, une raison qui a de l'importance. » Autumn meurt d'envie de savoir ce que c'est et elle va certainement s'y atteler dès qu'elle saura sortie d'ici. Les petits secrets dans une ville comme Santa Barbara, c'est un peu comme de l'or. La prochaine remarque est un coup bas, pour reprendre l'expression d'Alexia. Elle répond aussi sèchement. « Tu veux vraiment savoir ? Je me fichais de ta mère et de ce qui lui est arrivé. Ce qui comptait pour moi c'était l'héritage du lycée, mes souvenirs. Je suis une si mauvaise amie de toute façon hein ? » demande-t-elle avec tout le sarcasme et le venin qu'elle a en elle. « Et ce n'était pas que mes coups bas, à l'époque, c'était les tiens. Je suis sûre que si tu reparles à des gens de ta promo, ils te diront tous quelle garce tu étais. Tu ne vaux pas mieux que moi. » Elle la fusille du regard, moins posée qu'il y a cinq minutes. Elle déteste les gens qui prétendent avoir été des saints. Alexia n'en a jamais été une.« A l'époque, je t'ai aidée à ma façon. Je fais pas dans la compassion et alors ? Tu crois que ça t'aurait aidé que je te regarde pleurer et te morfondre sur ton sort ? Flash info, des gens meurent tous les jours. Ca t'arrive, ça craint mais t'avance. Tu veux pleurer ? Eh bien, va voir quelqu'un d'autre. » Autumn la fusille du regard, encore, avant de continuer. « Et oui, je suis égoïste. Ca s'appelle la nature humaine. On l'est tous. Toi la première parce que quand tu es partie à l'autre bout du monde ou je ne sais où, tu as laissé des gens derrière toi qui avaient besoin de toi. Que tu aies fui ou que tu continues à prétendre avoir pris la meilleure des solutions, ça fait de toi une égoïste. Comme moi. » Et elle sait qu'elle a raison. Elle compte bien faire comprendre à Alexia qu'elle ne vaut pas mieux qu'elle. Lui montrer son reflet dans le miroir qui n'est en rien flatteur.

(c) sweet.lips


Dernière édition par Autumn J. Davenport le Mer 11 Juin - 17:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MEMBRE + ON VOUS AIME
avatar
célébrité : Sasha Pieterse
crédits : gomez.
messages : 218
je suis ici depuis : 18/04/2014

MessageSujet: Re: alexia&autumn ≈ la guerre est déclarée   Mar 3 Juin - 20:52

la guerre est déclarée
Entre cheveux bleus et peau orange, quand c'est la guerre, les femmes n'ont aucune limite.
Une petite remarque ? Non mais elle se fichait de moi, ce n’était pas possible ? Elle n’avait vraiment rien compris à ce que j’avais pu ressentir sur le moment. Avait-elle au moins un cœur dans ce corps de garce ? Et qu’est-ce qu’elle avait à toujours me dire que je mentais ? Peut-être que je ne voulais pas dire la vérité complète mais je pensais chacun de mes mots. Je ne voyais vraiment pas le rapport entre mon départ et ses paroles. Elle avait l’air d’être vraiment sûre d’elle, comme quoi on n’était pas aussi semblables que cela. Mais je ne me laissai pas déstabiliser par son interruption et continuai sur ma lancée. Décidément, elle aimait bien s’acharner sur moi, elle ne lâchait rien. Elle ne comptait pas me laisser une seconde de répit pour me détendre un minimum. « Toi ? Partir de Santa-Barbara ? Tu penses vraiment que j’avalerai une telle idiotie ? Comme tu l’as dit, tu ne veux pas aller ailleurs. Tu te contentes de ce que tu as sans chercher à savoir s’il n’y a pas d’autres opportunités un peu plus loin. » Je ne lui confiai pas les raisons de mon retour. Cela ne la regardait pas et ce serait une excuse de plus pour la mettre plus bas que terre. Je n’avais pas envie de lui donner plus d’occasions de prendre le dessus. La remarque sur ma mère me fit un peu plus mal encore. Malgré toutes les années qui étaient passées depuis sa mort, je ressentais toujours un pincement quand j’en parlais. C’était peut-être parce que j’étais partie, je n’avais pas dû faire mon deuil correctement. « Tu me sors que tout ce qui comptait c’était l’héritage du lycée et après tu prétends m’avoir aidée à ta façon, tu ne trouves pas qu’il y a une contradiction là-dedans ? Me regarder pleurer n’aurait sans doute pas aidé, mais tu aurais dû remarquer que tu m’avais fait du mal. Tu parlais de ma mère comme si c’était une inconnue pour moi. Tu n’en as peut-être rien à faire de ta famille, des gens qui t’entourent, mais ce n’est pas mon cas. C’est tellement facile à dire pour toi, tu ne sais pas de quoi tu parles. » Ma voix se brisait en parlant et je ne faisais plus rien pour l’en empêcher. Pourquoi me cacher après tout ? Elle savait ce que je ressentais, elle devinait tout sur tout. Il ne servait à rien de continuer à jouer la comédie. Elle allait être contente, elle pourrait rentrer chez elle avec un nouveau trophée. Seulement, jamais elle n’aurait compris ce qui avait pu se passer. « Oh oui j’ai été une garce et certains diront sans doute que je le reste, mais quand est-ce que j’ai sous-entendu le contraire ? Je ne crois pas que la conversation était basée là-dessus. Tu étais fière non ? Que je suive tes pas dans ce système de pouvoir ? Mais dès que j’ai un peu cédé ma place, quand j’ai eu besoin de temps pour moi, tu as tout de suite rappliqué. Je n’étais plus celle que tu appréciais. Il suffisait que je montre un autre visage pour que tu me repousses et comme j’ai arrêté de t’écouter, c’en était fini de moi. C’est comme ça que je compte pour toi ? C’est comme ça que tu soutiens tes amis ? » Je levai les yeux vers le plafond. Cette dispute commençait sérieusement à me prendre la tête. Je ne voyais pas vers où ça allait mener. On en revenait toujours aux mêmes points sans jamais se convaincre mutuellement. Je passai ma main sur mon visage, le trempant pour essayer de me rafraîchir. « Tu sais quoi ? Pense ce que tu veux. Qu’est-ce que ça peut me faire après tout. On a qu’à dire que je suis une menteuse, j’ai fui loin de tout le monde parce que je ne suis qu’une peureuse et pleureuse. Tu as été débarrassée d’un boulet, c’est bien non ? » Une véritable lassitude avait pris possession de mon corps. Si c’était drôle les premières minutes, faire remonter les mauvais souvenirs m’épuisaient plus qu’autre chose à présent. Je rallongeai mes jambes dans le jacuzzi, frôlant les siennes au passage. Je ne m’en préoccupai même pas, je n’en avais plus rien à faire. Je posai ma tête contre le rebord et fermai les yeux. Les bulles avaient du mal à faire leur effet. « Pourquoi tu veux absolument faire ressortir les horreurs de ma personnalité, de mes choix ? Pourquoi tu n’arrêtes pas d’insister sur le fait que je suis soi-disant une menteuse ? » Je relevai la tête pour la regarder. Ça venait seulement de me sauter aux yeux, mais je ne me rappelai plus d’un tel tic chez elle. « Qu’est-ce que tu caches ? Pourquoi as-tu autant besoin de trouver quelqu’un d’aussi cruel que toi ? On le sait toutes les deux que je suis loin d’être sympa quand je le veux alors pourquoi autant insister dessus ? Qu’est-ce que tu as fait ? »

(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: alexia&autumn ≈ la guerre est déclarée   Mer 4 Juin - 15:14

la guerre est déclarée
Entre cheveux bleus et peau orange, quand c'est la guerre, les femmes n'ont aucune limite.
« Avaler une telle idiotie ? » répète Autumn, mi-désabusée, mi-amusée bien que satisfaite de voir que plus les minutes passent, plus Alexia perd ses moyens. Autumn, bien que profondément agacée, a toujours la main gagnante. « Je ne sais pas si tu as besoin de consulter ou de prendre des cours de géographie mais aussi loin que je me rappelle, quand on s'est rencontrées, j'étais à Berkeley et laisse-moi vérifier, oui, Berkeley n'est pas à Santa Barbara. Enfin, ce n'est peut-être pas assez loin pour toi mais là encore, il faudrait que ton avis m'intéresse. Néanmoins, je trouve ça pathétique que tu veuilles toujours aller voir pour trouver mieux. A croire que tu n'as jamais été satisfaite ou heureuse. Ma vie est parfaite, merci bien. » Au fond, même si Berkeley avait été son rêve et qu'elle a passé quatre ans de rêve là-bas, Santa Barbara lui a quand même manqué. Elle s'est toujours sentie chez elle ici et partir à une centaine de kilomètres lui a montré qu'elle avait trouvé tout ce dont elle avait besoin. Autumn est heureuse et elle sait qu'Alexia ne peut pas en dire autant. Rien que pour ça, elle éprouve de la pitié pour elle et Autumn sait à quel point les gens détestent la pitié. C'est pour ça qu'elle aime la ressentir. « Et là encore, nous sommes en désaccord. Il y a une contradiction dans ton monde, pas dans le mien. Et je tiens à ma famille, merci bien. Je sais qu'ils me veulent heureuse. C'est pour ça que s'il arrivait quoique ce soit à une de ses personnes, je continuerai ma vie. C'est ce qu'ils voudraient. Je ne trouve pas la mort triste. Et si toi tu la trouves triste, je ne vois pas en quoi c'est mon problème, qu'on ait été amies ou pas. » Autumn ne change jamais ses convictions pour personne et son avis est presque toujours définitif, du moins sur des sujets aussi sérieux que la mort ou la vie. S'il arrivait quelque chose à son frère, oui, vivre sans lui serait douloureux. Juste imaginer ouvrir la porte de sa chambre et ne plus le voir. Pourtant, elle continuerait sa vie parce que le pleurer ne le ramènera pas. « Oh, arrête, depuis tout à l'heure je suis le monstre cruel sans coeur et tu te comportes comme si toi et moi on était totalement différentes. Tu l'as dit, tu as suivi mes traces. Et tu as la mémoire courte. Je n'ai pas aimé le visage que tu montrais, vrai, je ne fais pas dans la faiblesse. Je t'en ai fait la remarque et tu as tourné le dos à notre amitié. Tu n'as pas aimé ce que j'ai dit mais tu as commencé cette dispute. Alors ne réécris pas l'histoire. » Néanmoins, Autumn sait que peu importe ce qu'elle dira, Alexia ne sera jamais d'accord avec elle. Pourtant, Autumn sait qu'elle a raison et qu'elle a gagné cette fichue bataille. C'est toutefois beaucoup moins drôle quand elle est la seule à en avoir conscience. « Si tu le dis, » répond sèchement Autumn, toujours persuadée que la blonde ment sur toute la ligne. Elle la regarde se mettre à l'aise et Autumn a cette soudaine envie de la pousser de toutes ses forces pour qu'elle sorte de son espace vital. « Sans doute parce que c'est vrai. Tu n'es pas très convaincante pour me montrer que j'ai tort en tout cas. Tes arguments se répètent et tournent en rond. Et au fond, peut-être que j'aime ça, te rappeler qui tu es vraiment. » Ce n'est pas peut-être, Autumn aime montrer la vérité hideuse aux autres, c'est ce en quoi elle est le plus douée. Soudain, le regard d'Alexia se plante sur Autumn et ses prochaines paroles la laissent des plus sceptiques. Définitivement lassée, Autumn se hisse hors de l'eau et s'assoit sur le bord du bassin, en profitant pour éclabousser une fois de plus Alexia - et si ce n'est pas de la provocation. « Un, je ne vois pas du tout le rapport entre un potentiel secret que j'aurais et moi voulant faire ressortir la pire partie de toi. Je n'en vois tellement pas le rapport que la façon dont fonctionne ton cerveau commence presque à m'effrayer. Tu crois quoi, que j'ai tué quelqu'un et que je cherche une personne encore plus mauvaise que moi pour décharger ma conscience ? » Le plus ironique dans tout ça, c'est qu'Autumn aurait bien la mort de quelqu'un sur la conscience - mais c'était un accident, aussi ça ne l'empêche pas vraiment de vivre - mais jamais elle n'en parlera à quelqu'un. Même si elle voulait soulager son petit secret, elle ne choisirait pas une autre garce qui pourrait avouer la vérité à la première dispute. Elle n'est pas stupide. « Deux, il ne t'ait jamais venu à l'esprit que je suis peut-être le diable incarné et qu'au fond, te montrer que tu ne vaux pas mieux que moi me donne une profonde satisfaction. » Autumn sourit de toutes ses dents. « Trois, je ne veux même pas entendre ta réponse. Je me suis bien amusée mais je vais te laisser dans ton petit monde de déni maintenant en sachant que j'ai certainement gâché ta journée. » Et sur ce, Autumn s'éloigne, un sourire satisfait aux lèvres. Elle se dirige vers les bains de boue et se trouve soulagée quand elle les découvre vide. Avec la chance, elle ne recroisera pas Alexia. Elle ferme les yeux - elle ignore combien de temps - mais quand elle les rouvre, elle aperçoit une chevelure blonde. « Si c'est une blague, elle n'est plus drôle. Je jure que si elle vient par ici, ça ne va pas être beau à voir. »

(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
MEMBRE + ON VOUS AIME
avatar
célébrité : Sasha Pieterse
crédits : gomez.
messages : 218
je suis ici depuis : 18/04/2014

MessageSujet: Re: alexia&autumn ≈ la guerre est déclarée   Mer 4 Juin - 20:18

la guerre est déclarée
Entre cheveux bleus et peau orange, quand c'est la guerre, les femmes n'ont aucune limite.
J’avais abandonné et depuis longtemps. Je tournai en rond, peu importe ce que je disais, elle me laminait à plates coutures. Je ne savais pas pourquoi j’essayai d’avoir bonne face à côté d’elle, pourquoi je continuai à discuter. Je me cherchai sans doute des excuses. Au fond, elle avait raison sur beaucoup de points et elle le démontrait sans cesse. « J’ai dû oublier. Tu sais, ta vie n’est pas mon sujet favori. » Réplique pathétique mais je ne pouvais pas rester sans rien dire pour autant. Je ne pouvais même pas répondre à son commentaire. Je n’avais pas été heureuse depuis un long moment et quand on s’était connues, je ne l’étais définitivement pas. Je pouvais voir son regard se poser sur moi et ça me dégoûtait. Je ne pouvais pas supporter ce sentiment qu’elle donnait l’impression d’éprouver. Je préférai largement lorsque la simple haine prenait le dessus. Avais-je perdu mon talent de garce ? Pourquoi je n’arrivai pas à me battre ? Au moins, on était d’accord sur un point, j’étais nulle à son jeu. Et si j’avais essayé de retourner la situation pour la mettre en avant, elle décida bien vite de partir. Je sentis de l’eau voler jusqu’à mon visage et j’eus soudain envie de la pousser du bord. Je me retins de justesse, je ne voulais pas non plus utiliser la violence pour avoir le dernier mot, c’était stupide. « Ouais c’est ça, casse-toi ! » Mais qu’est-ce qui m’arrivait bon sens ? Pourquoi j’étais aussi ramollie ? Je plongeai ma tête sous l’eau, ne voulant plus rien entendre, rien voir. Je me sentais mal. Est-ce qu’elle avait vraiment raison ? Pourquoi le simple fait de la voir me rendait aussi faible ? Elle pouvait avoir pitié, je faisais pitié, je le savais. Il suffisait de me mettre en face d’un maître en la matière et je me retrouvai à la place de mes victimes. Dire qu’à une époque, je pouvais riposter. Pourquoi ce sujet me rendait aussi fragile ? Quand je pourrais en parler sans perdre contenance ? Je remontai à la surface essoufflée, des larmes dans les yeux. Pourquoi je ne ressentais pas autant de plaisir qu’elle à essayer de l’enfoncer ? Je n’y arrivai pas, mais je n’étais même pas sûre d’en avoir envie. Je me souvenais très bien de nos dernières disputes, seule une pure haine menait le jeu. Seulement, je ne la ressentais plus autant, elle avait laissé place au sentiment de trahison, d’abandon. J’avais perdu une amie en plus de ma mère. J’avais tout perdu cette année-là et je ne m’en étais jamais remise. J’avais fait semblant toutes ses années. Mes pleurs redoublèrent d’intensité. Je me recroquevillai sur moi-même, les bras autour des jambes. Je ne me rendais même plus compte des bulles qui se formaient autour de moi. Ça me rattrapait enfin, après tout ce temps et ça faisait un mal de chien. J’entendis alors un bruit derrière la porte et je nettoyai vite mes joues. Je ne savais pas quelle tête j’avais, mais je voulais rester le plus naturel possible. Une des employées passa la tête par l’ouverture. « Tout va bien mademoiselle ? Vous avez besoin de quelque chose ? Si vous voulez, il reste de la place dans les bains de boue. » Je lui fis un sourire timide. « Tout va bien, merci ! Je vais y aller dans un instant. » Avant, il fallait que je respire et redevienne zen. Mais je n’y arrivai pas, rien n’y faisait. Je finis donc par sortir du jacuzzi et marcher dans les couloirs. Je frissonnai avec les différences de température. Je suivis les panneaux et tournai la poignée pour me rendre à mon prochain espace détente. Je vis rouge à l’instant où mon regard tomba sur une chevelure brune. Sa propriétaire ne semblait pas plus ravie. « Et tu comptes me faire quoi au juste ? » J’avançai tout de même jusqu’au bain et m’y glissai sans ralentir. Je ne voulais pas montrer d’hésitation, je ne voulais pas qu’elle sache que j’avais craqué. Elle allait déjà le deviner avec mes yeux à tous les coups, mais avec un peu de chance, elle serait trop occupée pour ça. Je me posai sur le côté opposé d’elle et commençai à me tartiner correctement mes bras pour que toute ma peau en ressente les effets. « Tiens, je me demande… » Je laissai ma phrase en suspens et saisis de la boue. Je la projetai sur la tête d’Autumn dans un geste rageur. « C’est bien ce que je pensais, ça tient bien mieux que l’eau. Ne me remercie pas, c’était avec plaisir, je savais que ton visage avait besoin d’un peu de douceur. » Mon geste était vraiment sorti de nulle part et j’allais le regretter dans pas longtemps, mais ça m’avait soulagée un tout petit peu.

(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: alexia&autumn ≈ la guerre est déclarée   Jeu 5 Juin - 15:20

la guerre est déclarée
Entre cheveux bleus et peau orange, quand c'est la guerre, les femmes n'ont aucune limite.
Autumn ne profite pas de sa détente dans le bain de boue bien longtemps. A la minute où elle voit Alexia arriver, elle sent la colère revenir en elle. Elle se demande si c'est une coïncidence ou si Alexia est venue pour la revanche. Si elle veut un deuxième round, Autumn est tout à fait prête à la remettre plus bas que terre encore une fois. C'est évident qu'Alexia ne pourra jamais gagner contre elle. Autumn ne peut pas être attaquée sur grand chose. Elle n'a pas eu d'histoire d'amour sérieuse, du moins aucune dans laquelle elle se soit fait briser le coeur, elle a toujours largué la première. Il n'y a aucune rumeur qui court sur elle si ce n'est qu'elle est une garce mais ça n'a rien de nouveau. Tous ses petits secrets sont bien cachés. Certes, si Alexia insultait son travail, Autumn s'agacerait vite parce qu'elle est fière de ce qu'elle fait mais ce serait plus son orgueil qui en prendrait un coup et de toute façon, Autumn doute qu'Alexia soit tout simplement au courant de ce qu'elle fait dans la vie. Peut-être que si elle insistait sur combien Autumn est une mauvaise amie, elle arrivera à lui infliger une petite griffure parce que c'est un sujet de plus en plus sensible ; qu'on ne voit pas qu'elle est capable d'aimer ceux à qui elle tient. Oui, elle ne montre jamais de compassion, elle est toujours dure en parole mais elle sait aimer. Cela lui rappelle sans cesse sa situation familiale avec sa demi-soeur et leur frère commun. Il va toujours voir Kate pour des conseils et agit comme si Autumn le détestait. Ok, elle prétendait voler son nez quand il était petit pour leur faire pleurer mais c'était du cinéma. Aujourd'hui, elle est just maladroite avec lui et c'est bien la seule chose qui peut l'affecter. Mais encore, comment Alexia pourrait être au courant quand Autumn n'en a parlé qu'à demi-mots à sa meilleure amie et encore. Oui, Alexia ne sait rien sur elle quand Autumn voit ses points faibles sans aucune difficulté et donne un coup dedans à chaque pique. Néanmoins, et c'est la raison pour laquelle elle a cessé leur dispute, Alexia n'acceptant pas de reconnaître sa défaite est des plus ennuyantes et Autumn n'a pas la patience d'argumenter sur la vie pathétique de la blonde tout l'après-midi pour prouver qu'elle a raison quand elle sait qu'elle a raison. Elle n'a plus douze ans, merci bien. Autumn n'a pas confiance de parler si fort que ça ou qu'Alexia est si proche parce que soudain la voix de la blonde résonne, remplie de défi, alors qu'elle se glisse sans hésitation dans le bain de boue. Autumn plisse les yeux, la fusillant allégrement du regard. Si elle cherche la guerre, elle va l'avoir. Autumn est une grande fan des séries adolescents telles que Gilmore Girl, Gossip Girl et majoritairement tout ce qui contient 'girl' dans le type. Ses personnages préférés sont évidemment les pestes de première qui ont inspiré son adolescence. Cependant, sa vie est loin d'être une série télévisée. Elle n'a jamais eu de grandes batailles de peste où tous les coups bas sont permis. Elle a humilié des gens, s'est battue une fois pour une paire de chaussures Gucci lors des soldes et oui, ses disputes avec sa meilleure amie - Flore - sont légendaires mais elles n'en sont jamais venues aux mains. Honnêtement, Autumn ne s'est jamais vraiment imaginée se battre d'une telle façon - ou seulement lors de ses années universitaires. Dans tous les cas, elle n'avait pas imaginé que ce serait aujourd'hui. Au Spa. Dans un bain de boue. Elle observe suspicieusement Alexia alors qu'elle se badigeonne de boue. Autumn a l'impression qu'elle a les yeux rouges et elle va ouvrir la bouche pour en faire la remarque mais Alexia lui coupe l'herbe sous le pied. Elle a peine le temps de réaliser ce qui va se passer que quelque chose de visquer et froid atterrit sur son visage, la faisant cligner des yeux plusieurs fois. Il lui faut encore quelques bonnes secondes pour réaliser qu'Alexia lui a jeté de la boue au visage. Elle. Va. La. Tuer. D'une façon lente et cruelle. Doucement, Autumn lève ses mains qu'elle secoue pour en dégager la boue avant d'essuyer ses yeux. La boue se prend dans ses cils, coule au coin de sa bouche et elle est sûre d'en avoir reçu dans le nez et dans les cheveux. « Tu n'as pas osé faire ça... » dit-elle d'une voix menaçante alors qu'elle se surélève du bassin pour pouvoir s'asseoir sur le bord. Alexia la nargue avec sa remarque et Autumn doit se retenir de se jeter sur elle. Mais elle sait qu'elle peut faire beaucoup mieux. Soudain, elle sourit de toutes ses dents, un sourire carnivore et dangereux. « Vraiment ? Et moi tu sais ce que je trouve sec ? » Elle plonge sa main dans le bain de boue jusqu'à ce qu'elle se referme sur la cheville d'Alexia. « Tes cheveux ! » Et d'un coup sec, elle tire sa la jambe de la blonde jusqu'à ce qu'elle glisse et soit allongée de toute sa longueur dans le bain de boue, entièrement immergée dans la boue. « Voilà, beaucoup mieux. Surtout, ne me remercie pas. »

(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
MEMBRE + ON VOUS AIME
avatar
célébrité : Sasha Pieterse
crédits : gomez.
messages : 218
je suis ici depuis : 18/04/2014

MessageSujet: Re: alexia&autumn ≈ la guerre est déclarée   Mar 17 Juin - 21:17

la guerre est déclarée
Entre cheveux bleus et peau orange, quand c'est la guerre, les femmes n'ont aucune limite.
Voir la tête que faisait Autumn m’enleva toute la culpabilité que j’avais pu ressentir. Le simple fait de la voir hors d’elle me donnait l’impression d’être puissante. Enfin j’avais réussi à faire quelque chose qui l’énervait, qui lui enlevait ce sentiment de supériorité. Je n’avais plus besoin de me faire remettre en place parce que j’avais toujours mal à cause de la perte de ma mère. On était dans un autre style de jeu et je savais que je pouvais créer de la concurrence sur celui-là. Mon sourire s’agrandit un peu plus en la voyant s’essuyer très lentement ses mains et ses yeux. En l’écoutant me parler sur un ton de menace, une envie de rire m’envahit, mais je retiens. Je risquai de ne pas rigoler longtemps et ce serait dommage de se ridiculiser trop vite. Je la savais coriace, je n’étais pas encore sortie d’affaire. J’eus un petit doute en la voyant se placer sur le bord du bassin, mais ma remarque sembla la retenir un peu plus longtemps à mes côtés. Qu’allait-il se passer maintenant ? Elle ne pouvait pas rester ici sans rien faire. Soit elle partait, soit elle répliquait, mais comment ? Je pus tout de suite deviner quel choix elle avait fait en voyant son sourire immonde me faire face. Je n’avais pas vraiment envie de répondre à sa question. Je ne voulais surtout pas lui donner de mauvaises idées, il valait mieux que je les garde pour moi. Je sentis alors sa main sur ma cheville et la regardai avec suspicion. A peine j’entendis sa réponse que je sentis mon corps glisser dans le bassin. Grâce à un pur reflexe, je pris une grande inspiration avant de me retrouver couverte de boue, comme si j’avais plongé dans une piscine. Seulement, l’épaisseur n’était pas du tout la même et j’eus du mal à atteindre la surface. J’avais tellement de terre sur le corps que je n’arrivai plus à me situer. Mes bras bougeaient dans tous les sens, cherchant à m’aider à retrouver l’équilibre. Je crus entendre une voix près de moi, mais mes oreilles étaient bouchées par un tas de boue. Je finis par arrêter de gesticuler dans tous les sens et tâtonnai le sol. Je sentais mon souffle commencer à manquer et ma gorge me brûlait. Je sentis le carrelage sous mes doigts et je suivis le contact froid pour trouver le bord. Une fois fait, je posai mon dos dessus et me remontai doucement. Je sentis le poids sur ma tête diminuer au fur et à mesure que la boue dégoulinait sur le côté. Je fis comme je pus pour enlever la terre devant mes yeux, crachant un peu au passage. « Tu… » De la terre fit son petit chemin jusque ma langue et je dû m’arrêter pour cracher un peu plus. Je ne savais même pas ce que je comptais lui dire. Ma gorge en feu semblait vouloir s’énerver un peu trop durement. Il ne fallait pas que je cède ainsi, je devais être meilleure que ça moi aussi. Je sortis alors du bassin, éclaboussant tout le lieu de gadoue. Je sortis difficilement de la salle, sentant mes jambes peinées avec leur nouveau poids. Je n’allais pas disparaître comme ça mais j’espérai qu’elle allait y croire. Il fallait juste que je trouve LA bonne idée. Je continuai de secouer mes bras et de passer mes mains un peu partout sur ma peau pour me débarrasser de cette horreur. Je ne pris pas la peine de passer par la douche, je n’avais pas la tête à ça. On risquait de se faire engueuler de toute façon par les dégâts qu’on provoquait. Au loin, je vis une table sur laquelle étaient posés de multiples soins pour le corps. Je fonçai devant et regardai avec attention les différents produits. Une fois mon choix fait, je passai mes mains sous l’eau d’un robinet proche, j’attrapai le flacon et retournai aussi sec vers les bains de boue. Je poussai la porte sans aucune discrétion. Pour quoi faire arrivé à ce point-là ? Elle allait sans doute tourner la tête vers moi et être dégoûtée de ma présence encore une fois. Mais je ne lui laissai pas le temps de me dire quoi que ce soit ou même de bouger d’un pouce. Je me plaçai derrière elle et ouvris rapidement le flacon avant de le renverser sur sa tête. Ça ne coulait pas assez vite à mon goût alors j’appuyai un peu plus dessus. Puis je le lâchai et commençai à triturer ses cheveux. « En fait, tu n’es douée qu’avec des mots toi. Franchement, me faire glisser dans la boue, tu n’as pas trouvé mieux ? Tu me déçois. » Il n’y avait plus de véritable colère ou reproche dans ma voix, juste le délice de retrouver les fameux coups bas dont on avait parlé un peu plus tôt. « Par contre, juste un conseil, vérifie ce qu’il dise sur la boîte, je ne suis vraiment pas certaine que ce soit fait pour ça » Sur ce, je m’éloignai finalement vers les douches pour retrouver une peau rose. Je savais que le henné classique pouvait se mettre dans les cheveux, mais le henné noir, c’était autre chose. Enfin, si on pouvait, mais celui-là était fait pour les cheveux et j’avais entendu dire que ça pouvait donner de l’exéma. Si en plus on le combinait avec des colorations, vive la catastrophe.  

(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Contenu sponsorisé »

MessageSujet: Re: alexia&autumn ≈ la guerre est déclarée   

Revenir en haut Aller en bas
 

alexia&autumn ≈ la guerre est déclarée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sourire trois fois par jour rend inutile tout médicament
» Minous VS Minettes ✦ La guerre est déclarée !
» Porsche Mission E : la guerre est déclarée ?
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» Chef de Guerre sur Cannon Io... euh... moto

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BURIED SECRETS :: LAST KISS GOODBYE :: les archives :: rps terminés/abandonnés-