AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
le forum est enfin ouvert, rejoignez nous ! on vous attend avec impatience.
n'oubliez pas de voter toutes les deux heures.
mais aussi de laisser une trace sur bazzart pour qu'on soit toujours au top.

Partagez | 
 

 aaron & flore - friends are the family we choose for ourselves...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
STAFF + LECHES NOUS LES PIEDS
avatar
pseudo : apple_juice
célébrité : Holland Roden
crédits : freckles sloth (ava); gifs niall/holland (apple_juice)
messages : 658
je suis ici depuis : 10/04/2014

MessageSujet: aaron & flore - friends are the family we choose for ourselves...   Lun 2 Juin - 21:31

friends are the family we choose for ourselves...
aaron & flore

Il est presque quatorze heures lorsque je sors enfin du lit. Légèrement pressée, je me précipite vers la salle de bain pour mieux me heurter à une porte fermée. Agacée, je commence à tambouriner contre celle-ci et fais alors les frais des jurons de Thomas qui s’insurge de mon impatience. Cinq minutes plus tard, il sort de la pièce et me fusille du regard. Mes yeux, quant à eux, s’attardent un peu trop longuement sur son torse dénudé et je dois me faire violence pour faire taire mes fantasmes. D’abord, car nous n’avons toujours pas parlé à Noah, mais aussi car je n’ai définitivement pas de temps à perdre cet après-midi. Après avoir pris la douche la plus rapide de toute l’Histoire, je regagne ma chambre et enfile un short en jean, que j’associe à un haut transparent et à des baskets blanches. Tout en volant un pancake dans l’assiette de Noah, j’avale un verre de jus d’orange et farfouille dans le placard pour y trouver ma paire de rollers. Une grimace de dégoût m’échappe lorsque j’avale la mini-crêpe. Pour le mélange dentifrice/sirop d’érable ; on repassera. « Où tu vas ? » me demande mon colocataire et ami d’enfance. « Je vais rejoindre Aaron sur la plage. Je lui ai promis qu’on passerait l’après-midi ensemble, mais j’ai travaillé tard hier soir et j’ai loupé le coche » dis-je en glissant les rollers dans un sac. « D’accord ! Dis, ça te branche qu’on passe la soirée ensemble ce soir ? J’veux dire, tous les trois ? On pourrait se faire une soirée pizzas ? » Bien que légèrement mal à l'aise à l’idée de me retrouver entre lui et Thomas, j’accepte. Faut dire que je n’ai ni le temps, ni l’envie de lui expliquer pourquoi ça me semble difficile. « Pourquoi pas ! C’est une… idée ! T’en parles à Thomas et tu m’envoies un sms pour confirmer tout ça ! En attendant, retourne à table ! Au cas où tu l’aurais oublié, c’est vilain de parler la bouche pleine » je m’exclame en plaquant un bisou énorme sur sa joue. « A plus diablesse… » Pour toute réponse, je me contente de lui adresser un petit sourire et disparais derrière la porte.

Une vingtaine de minutes plus tard, j’arrive sur la digue. « Salut mon lapin ! Désolée d’être en retard, mais j’ai comme qui dirait eu une panne de réveil ! Ensuite, la salle de bain était occupée, puis j’ai croisé Noah… Enfin bref, la course quoi… » j’explique, essoufflée d’avoir trop couru, avant de le serrer dans mes bras. « Ça va toi? »
Code by Silver Lungs


life is never easy for those who dream


©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: aaron & flore - friends are the family we choose for ourselves...   Mer 4 Juin - 15:52

Aaron ∞ Flore
Ce matin tu te lèves tôt. C'est le weekend mais tu n'as pas le temps de faire la grasse matinée. Tu dois réviser tes examens, ce que tu as déjà fait hier soir jusqu'à quatre heures du matin. Tu n'as dormis que cinq heures mais cela te suffis amplement. Il faut dire que c'est la première fois que tu dors autant. Tu te lèves de ton lit, t'étirant. Tu enfiles un bas de jogging avant de sortir dans le couloir qui longe le première étage de cette villa que tu partages avec toute ta famille. Tes parents sont sûrement sorti, quant à tes sœurs, une est à la danse et l'autre, tu ne sais où. Tu traverses le couloir et t'arrêtes devant la chambre de ton jumeau. Tu ouvres la porte et y passes ta tête, vérifiant qu'il est bien rentré. Tu es soulagé en le voyant dormir paisiblement dans son lit. Lorsque tu t'es couché hier soir, il n'était toujours pas là. Il faut dire qu'il sort beaucoup. Lui n'a pas à s'inquiéter pour ses études même si celles-ci ne doivent pas être facile non plus. En tout cas, une chose est sur, elles ne sont pas plus dur que les tiennes. Tu refermes doucement la porte, ne voulant pas le réveiller. Tu descends dans la cuisine américaine, allant directement voir dans le frigo. Tu prends la bouteille de jus d'orange et en remplis un verre. Tu le bois d'une traite avant de ranger ton verre dans le lave vaisselle. Tu passes ta main sur ta nuque, baillant légèrement. Tu as besoin de dormir, de dormir plus. Mais, malheureusement, tu n'as pas le temps. Le sommeil ne t'aideras pas à avoir ton diplôme. Tu remontes, croisant au passage la servante que tu salues brièvement avant d'aller t'enfermer dans ta chambre. Tu détestes que l'on te dérange lorsque tu travailles. Et bien sûr, c'est toujours dans ces moments-là que des membres de ta famille veulent te parler. Du coup, tu as pris l'habitude de fermer la porte. Tu n'ouvres qu'à une seule personne et c'est Lucas, même si tu sais qu'il te dérangera, tu ne peux pas le laisser devant ta porte. Tu ouvres tes volets et tes grandes fenêtres, laissant le soleil pénétrer ta chambre. Il fait toujours chaud à Santa Barbara et tu le sais, car tu y vis depuis très longtemps maintenant. Tu jettes un rapide coup d’œil à l'extérieur avant d'aller t'asseoir sur ta chaise de bureau, te mettant au boulot.


Il est quatorze heures lorsque tu te décides à arrêter de travailler. Pour une fois, ton jumeau n'est pas venu te rendre une visite à son réveil. Tu en conclus bien vite qu'il est de mauvaise humeur. Tu t'étires doucement avant de fermer tes bouquins et d'aller te doucher. Une dizaine de minutes plus tard, tu es sèches. Tu t'habilles d'un short noir et d'un débardeur blanc. Tu ne peux pas faire plus simple pour le coup. Tu sèches tes cheveux rapidement avec la serviette, les laissant un peu humide. Tu prends ton téléphone, ton porte feuille et tes clefs avant de traverser la maison en direction de la sortie. Tu croises ton frère qui est assis devant la télévision, un bol de céréales à la main. Il vient tout juste de se réveiller. Tu souris. « Je sors. » Tu déposes un baiser sur son front juste avant qu'il se recule en grimaçant et ronchonnant. Il n'aime pas qu'on le touche où qu'on le dérange lorsqu'il vient de se réveiller. Tu le sais, parce que tu le connais mais tu t'en fiches, tu sais qu'il ne peut pas t'en vouloir. Tu souris et sors de la maison. Tu prends ta moto. Oui tu as une moto, c'est bien la rare chose dangereuse que tu as. C'est Lucas qui t'as convaincu de l'acheter et bizarrement, tu ne regrettes pas. Tu mets ton casque et te diriges vers la plage. Il est rare que tu sors mais cette fois-ci tu as fais un effort, un effort pour Flore. Flore, c'est clairement la meilleure amie que tu as, même si tu n'en as pas beaucoup. Elle est celle à qui te tu confies. Tu te gares près de la digue puis ranges ton casque. Tu ranges tes clefs et attends ton amie au bord de l'eau. Tu es assis sur un petit murée. Tu regardes les gens passer lorsque tu vois ton amie arriver. Un sourire apparaît directement sur ton visage. Elle s'excuse directement d'être en retard. Tu ne sais même pas si elle est en retard en réalité, tu n'as pas fais attention à l'heure. « Ce n'est pas grave, je comprends. » Tu lui souris, avant de déposer un baiser sur sa joue lorsqu'elle vient te serrer dans ses bras. « Ça va bien et toi ? » Tu es fatigué, tu aimerais dormir pendant plusieurs heures mais tu préfères garder cela pour toi. Tu n'aimes pas te plaindre, tu n'aimes pas dire aux gens ce que tu ressens. Tu préfères dire que tout vas bien, que tu n'es pas stressé pour tes examens. Tu l'es, totalement. « On va faire du roller, ça te dis ? » Tu aimes tout ce qui est roller, skate mais d'habitude tu n'as pas le temps d'en faire. C'est l'occasion de profiter un peu.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
STAFF + LECHES NOUS LES PIEDS
avatar
pseudo : apple_juice
célébrité : Holland Roden
crédits : freckles sloth (ava); gifs niall/holland (apple_juice)
messages : 658
je suis ici depuis : 10/04/2014

MessageSujet: Re: aaron & flore - friends are the family we choose for ourselves...   Jeu 5 Juin - 20:08

friends are the family we choose for ourselves...
aaron & flore

Ma vie n’a vraiment plus rien à voir avec celle que je menais à Cambridge. Pour commencer, je suis fauchée et je n’ai plus aucun projets d’avenir. Sans la gentilesse et la confiance de la famille Fletcher, je serais probablement à la rue à l’heure qu’il est ou Dieu seul sait où… Comment ça, j’exagère ? Soit. J’en conviens, Noah ne m’aurait jamais laissé dormir dehors, mais j’aurais aussi été dépendante de lui et ça m’aurait mise tellement mal à l’aise que j’aurais fini par prendre la fuite. Et pour aller où ? Je n’ai plus personne. Ou en tout cas, je n’avais plus personne avant de débarquer ici. Ensuite, toutes ces connaissances, ces gamines stupides qui me suivaient partout et s’extasiaient du moindre de mes faits et gestes ont disparu de mon champ de vision depuis trop longtemps maintenant, à tel point que j’ai fini par oublier ce que ça faisait d’être populaire. Si ça me manque ? Parfois, c’est vrai, mais ce n’est rien en comparaison du vide qu’Oliver a laissé dans mon cœur. Je sais, je sais, c’est moi qui l’ai quitté, mais ça ne change rien du tout au fait que ce soit douloureux. D’ailleurs, une rupture l’est toujours. Je l’ai appris à mes propres dépends. Si je croyais prendre un nouveau départ en venant m’installer à Santa-Barbara, j’étais loin d’imaginer ce que l’avenir me réservait, ni même les complications qui m’attendaient. Heureuse d’avoir retrouvé mon ami d’enfance, mon cousin et ma meilleure amie, j’étais intimement convaincue d’avoir tout ce qu’il me fallait pour aller de l’avant, ma rencontre avec Aaron ne faisant que me conforter dans l’idée que j’allais me plaire ici. Puis, Thomas a débarqué dans ma vie. Est-ce vraiment utile de raconter la suite ? Si j’étais bel et bien déterminée à redevenir cette garce insouciante qui m’avait rendue si populaire en Angleterre, il a totalement chamboulé mes plans, m’obligeant à redevenir la Flore gentille et naïve qu’Oliver était jusqu’alors, le seul à connaître vraiment. Et regardez-moi aujourd’hui… Je joue. Je mens. Je prétends être une fille que je ne suis plus en couchant avec un maximum de personnes, même si au fond, je n’y trouve plus aucun plaisir. Si Aaron est au courant ? Evidemment. C’est un de mes meilleurs amis, le seul à même de me comprendre. Si contrairement à lui, je n’ai pas peur d’assumer ma bisexualité, il est aussi beaucoup plus à l’aise avec ses émotions. Parfois, il m’arrive même de lui envier cette facette de sa personnalité, tout particulièrement lorsqu’il s’agit de sentiments forts et compliqués, choses que j’ai beaucoup de mal à exprimer. Tout ça pour dire que ça me fait vraiment plaisir de passer l’après-midi avec lui. Il est une des raisons pour lesquelles j’ai décidé de poser mes bagages ici, un petit rayon de soleil qui vient égayer ma vie.

« T’as l’air exténué ! Je me souviens que j’étais dans le même état quand j’étais à la fac. Tu sais que te voir comme ça, ça me ferait presque regretter d’avoir tout arrêté. Le stress des exams, les insomnies, les partiels à n’en plus finir… C’était le bon temps » je lâche en soupirant, avant de chausser mes rollers. « En tout cas, je suis contente que tu aies accepté de lâcher un peu tes bouquins pour mes beaux yeux ! Ça faisait longtemps qu’on s’était pas vu et même si ça me coûte de l’admettre, tu m’as manqué ! » Je ne m’éternise pas sur le sujet : études, car j’en ai déjà trop dit. Aaron et moi avons ou plutôt avions la même ambition. Major de ma promo à l’époque où je fréquentais les bancs de l’université de Cambridge, je rêvais, tout comme lui, de devenir neurochirurgienne. Etant donné qu’Isaiah et lui me tannent pour financer mes études et que je refuse systématiquement par principe, j’aime autant ne pas l’entraîner sur cette pente. « On y va ? » dis-je en lui souriant. « On va se balader main dans la main, comme de grands amoureux ! Tu vas voir, ils vont tous êtres verts de jalousie ! Et quand je dis « ils », j’entends bien sûr garçons et filles ! » Oui, j’aime le taquiner sur sa sexualité et le fait qu’il se cherche encore, mais ce n’est jamais bien méchant et surtout, je ne le fais que lorsqu’on est tous les deux.
Code by Silver Lungs


life is never easy for those who dream


©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: aaron & flore - friends are the family we choose for ourselves...   Sam 7 Juin - 15:41

Aaron ∞ Flore
Lorsque tu as rencontré Flore, elle venait d'arriver à Santa Barbara. Elle ne savait pas comment faire et c'est grâce à moi et mon père qu'elle a put se trouver un boulot. Elle vient de l'université de Cambridge, autant dire que c'est la classe international. Elle est la seule à savoir ce que tu ressens lors des examens. Elle est la seule à comprendre que tu dois travailler tous les jours et que tu n'as pas le temps de faire autre chose. Mais heureusement, même si elle comprend, elle t'oblige à sortir et à te changer les idées. Si elle ne serrait pas là, tu craquerais. Tu passes tes journées et tes nuits à faire cela, même si tu manques de sommeil et que tu manges très peu. Tu est obligé de faire cela si tu veux avoir ton diplôme et rendre fière ton père. Il faut dire que la neurologie n'est pas le domaine le plus simple de l'université. Tu l'attends pendant quelques minutes sur un petit muret avant qu'elle vienne te rejoindre. Tu es vraiment très content de la voir. Elle te donne le sourire et avec elle, tu n'as pas à te cacher. « Non ça va, je ne suis pas fatigué. » Dans un sens, ce n'est pas faux. Tu n'es pas fatigué parce que tu bois beaucoup de café et prend des vitamines. Tu souris. A sa place tu ne regretterais pas d'avoir quitter les études. Le stress prend souvent le dessus et il faut que tu apprennes à le contrôler. « Ah oui, le bon temps, comme tu dis. » Tu enfiles tes rollers. « Il faut dire que je ne peux rien te refuser. » Tu n'arrives pas à lui refuser quelque chose parce qu'elle est la seule véritable amie que tu ai. « Toi aussi tu m'as manqué. » Tu lui souris. Elle t'a manqué et tu sais que c'est le cas de son côté aussi, même si elle ne te le dirait pas. Il faut avouer que Flore n'est pas une personne qui montre beaucoup ses sentiments, émotions et pourtant, elle a un très gros cœur. Lorsque tu as enfilé tes rollers, tu te lèves et la regarde. Tu sais faire du rollers depuis très longtemps, comme le skate et le patin à glace. Tu n'es pas aussi sportif que ton frère jumeau mais c'est des choses que tu sais faire. « On y va ! » Tu attends qu'elle se lève. Tu ne peux t'empêcher de rougir légèrement lorsqu'elle te précise que lorsqu'elle dit « ils », elle parle des garçons et des filles. Tu n'es pas encore très à l'aise avec ça, au fait tu ne l'es pas du tout. Tu sais que c'est pour rire, pour te taquiner qu'elle dit ça mais tu as toujours peur que quelqu'un soit au courant. Ton père ne supporterait pas de savoir que tu aimes les deux sexes et encore moins de savoir que tu es tombé amoureux d'un homme. « N'importe quoi. » Tu murmures avant d'attraper sa main et commencer à patiner, l'embarquant avec toi. Elle n'a pas tords lorsqu'elle dit que les autres vont être jaloux. Flore est une très belle femme et tout le monde le remarque, que ce soit les hommes ou les femmes. Elle est à l'aise avec sa bisexualité et tu l'admires énormément pour cela. Tu patines, regardant autour de toi.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
STAFF + LECHES NOUS LES PIEDS
avatar
pseudo : apple_juice
célébrité : Holland Roden
crédits : freckles sloth (ava); gifs niall/holland (apple_juice)
messages : 658
je suis ici depuis : 10/04/2014

MessageSujet: Re: aaron & flore - friends are the family we choose for ourselves...   Dim 8 Juin - 21:29

friends are the family we choose for ourselves...
aaron & flore

Aaron a la délicatesse de ne pas ramener le sujet sur le tapis. Je pense qu’il a compris que leur proposition de financer mes études, aussi touchante et désintéressée soit-elle, me mettait extrêmement mal à l’aise –et j’apprécie sincèrement sa discrétion. La vérité, c’est que je rêve de retrouver les bancs de l’université, de me plonger dans des bouquins ou même de passer des nuits entières à étudier. C’est probablement la chose qui me manque le plus. Si j’ai appris à me passer de l’argent ou des belles choses, renoncer à mes études, à mes rêves ou à mes projets d’avenir est extrêmement difficile. Je m’efforce de ne pas trop y penser et de garder la face devant mes proches, mais j’ai encore un peu de mal à l’accepter. Toutefois, je n’ai pas envie d’ennuyer Aaron avec mes histoires. Ces derniers temps, il est complètement obnubilé par ses examens et j’ai surtout envie de lui changer les idées. Il en a grand besoin.

Même si ma remarque l’a mis mal à l’aise, il n’en laisse rien paraître, se contentant d’hausser les épaules. Après avoir enfilé ses rollers, il m’attrape par la main et nous commençons à patiner. Je souris un peu bêtement et à mesure que nous progressons sur la promenade, je lui raconte des blagues stupides. Il ne réplique pas, mais je sais que ça le fait rire. « Tu sais que j’adore ces moments passés avec toi ! Je  ne saurais pas te dire pourquoi, mais t’es probablement la seule personne avec qui je me sente réellement en paix, le seul avec qui je puisse être moi-même ! » Il sourit. Je n’ai pas pour habitude d’exprimer ce que je ressens et cet effort le touche. « C’est tellement simple quand on est tous les deux qu’il m’arrive parfois de me dire qu’on a loupé notre chance ! T’imagines, ça se trouve on était fait l’un pour l’autre, mais au lieu de ça, il a fallu qu’on s’amourache du premier venu ! » Ma voix se brise dans un léger éclat de rire. Bien que cela y ressemble, ce n’était pas une déclaration d’amour, mais plutôt une manière comme une autre de lui exprimer mon attachement. « Je t’offre une glace ? » je demande tandis que nous arrivons à hauteur d’un marchand ambulant.

Code by Silver Lungs

Spoiler:
 


life is never easy for those who dream


©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: aaron & flore - friends are the family we choose for ourselves...   Lun 9 Juin - 15:18

Aaron ∞ Flore
Tu pouvais lui payer ses études ici, mais elle refusait que tu le fasses. Tu lui avais déjà proposé plusieurs fois, ton père aussi d'ailleurs mais tu comprenais totalement que c'était assez gênant pour elle. Toi non plus, tu n'aurais pas accepté à sa place. Mais, tu aurais bien aimé qu'elle soit dans ton université, au moins tu ne te retrouverais pas seul là-bas. Car oui, si ton frère fait l'unanimité vers les autres, toi tu te retrouves bien souvent seul. Il faut avouer que tu n'as pas cherché à t'intégrer. Tu ne vas pas à l'université pour te faire des amis mais pour étudier et avoir ton diplôme. C'est tout ce qui t'importe avec la santé de ton frère. Tu sais qu'à cause de sa maladie, il se bat souvent avec des garçons de l'université. Tu n'aimes pas ça, mais tu ne peux rien y faire, si ce n'est que le soigner lorsqu'il est bien amoché. Tu t'inquiètes pour lui, même si tu sais qu'il se débrouille bien. Tu aimerais avoir un œil sur lui chaque minute de ta vie mais c'est impossible. Il faut aussi que tu penses à toi, à ton avenir. Il sera toujours à tes côtés mais tu dois construire ta vie à toi. Alors tu passes ton temps dans tes bouquins et les rares moments où tu peux décompresser sont ceux passer avec lui et les moments passés avec Flore. C'est elle qui t'aide à respirer et à penser à autre chose que tes cours. C'est à elle que tu te confies et c'est la seule à savoir que tu es bisexuel. Cela ne l'a jamais dérangé, au contraire, elle s'en amuse. « Moi aussi je les adore. » dis-tu en patinant. Tu es content qu'elle te dise ça, cela te touche. C'est une personne très importante pour toi et tu es content qu'elle puisse être elle-même à tes côtés. « On est pas doué.. » Tous les deux, vous êtes tombés de la mauvaise personne. Mais, tu n'as jamais imaginé être en couple avec elle. C'est ton amie et cela te ferrait bizarre de l'embrasser. Même si cela ne doit pas être désagréable. « Mais je sais que tu es folle de moi et que tu finiras par revenir vers moi lorsque tu auras quarante ans et vingt chats. » tu t'exclames, lui adressant un sourire. Tu dis cela pour rire, jamais elle ne finira vieille fille en compagnie de chats. C'est une fille trop bien pour finir comme ça. Et si personne ne veut l'épouser, tu le ferras. « On jouera au bingo ensemble dans notre maison de retraite. » dis-tu en souriant à nouveau. Finir votre vie ensemble, c'est limite inimaginable mais ce serrait toujours mieux que la finir avec quelqu'un que l'on déteste. Elle te propose désormais de t'offrir une glace. Tu n'as pas manger depuis un bon moment. La seule chose qui est entrée dans ton estomac aujourd'hui est un jus d'orange. Mais, tu n'as pas très faim. « Hm, oui pourquoi pas. » tu décides d'accepter pour lui faire plaisir. Et puis, qui sait, peut être qu'après une bouchée, ton appétit reviendra ?
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
STAFF + LECHES NOUS LES PIEDS
avatar
pseudo : apple_juice
célébrité : Holland Roden
crédits : freckles sloth (ava); gifs niall/holland (apple_juice)
messages : 658
je suis ici depuis : 10/04/2014

MessageSujet: Re: aaron & flore - friends are the family we choose for ourselves...   Mer 11 Juin - 21:09

friends are the family we choose for ourselves...
aaron & flore

Nous commençons à patiner dans la joie et la bonne humeur. Aaron me tient la main et c’est tel un couple que nous progressons sur la promenade. Lorsque je lui confis me sentir appaisée en sa compagnie, il avoue apprécier lui aussi ces moments passés ensemble. Je souris bêtement. Ce n’est pas vraiment une surprise de me l’entendre dire, mais c’est le genre de chose qui met du baume au cœur. Toujours mal à l’aise à l’idée de dévoiler mes sentiments, je donne à la conversation une note plus légère en plaisantant sur le fait que nous sommes peut-être faits l’un pour l’autre et que nous sommes, par conséquent, passés à côté de notre chance. La réaction d’Aaron ne se fait pas attendre, car il me lance un petit pic amusé, se gonflant comme un coq en prétextant que je suis folle de lui et que c’est un fait avéré. Je soupire. Qu’est-ce qu'il ne faut pas entendre ? Monsieur trouve ensuite judicieux d’élaborer des projets d’avenir. En ce qui me concerne, ils sont peu réjouissants… Si je m’amuse de sa remarque et lui frappe gentiment l’épaule, force est de constater que la perspective de finir seule avec des chats n’a rien de très ragoûtant. Mais je ne m’éternise pas là-dessus, car je sais que je ne finirai pas de cette manière, ou en tout cas je l’espère. En toute honnêteté, je pense m'être suffisamment remise en question pour avoir une vision optimiste de l’avenir. Si les choses ne sont pas idéales en ce moment, j’ai bon espoir de finir en couple, heureuse et épanouie. Ma relation avec Oliver, aussi houleuse ait-elle pu être, m’a permis de prendre conscience du fait que j’étais capable d’évoluer dans une relation sérieuse. Alors, oui, ça prendra peut-être du temps, mais je finirai forcément pas construire quelque chose de stable. A ce propos, j’espère sincèrement qu’Aaron trouvera lui aussi chaussure à son pied –et par-dessus tout, qu’il acceptera enfin sa bisexualité pour mieux l’assumer au grand jour. Je comprends parfaitement que ça puisse être difficile pour lui : Isaiah est un homme très exigeant, un peu vieux jeu sur les bords et bourré de principes. Il aura du mal à s’y faire et Aaron a sans doute très peur de le décevoir en lui apprenant la vérité ; sans compter que leur famille est particulièrement respectée en ville et une telle révélation risquerait d’entacher leur réputation. Je sais comment ça fonctionne, j’ai fait partie de ce monde, si ce n’est qu’à l’inverse de mon ami, je ne me suis jamais posée autant de questions. D’ailleurs, son bonheur ne prévaut-il pas sur toutes ces futilités ? Sur tout le reste? « Okay pour les courses en zimmers » je m’exclame en m’arrêtant devant le stand du marchant de glaces. « Pour ce qui est du reste, t’oublie tout de suite ! Je suis bien trop sexy pour finir seule, moche et entourée de cinquante chats ! En plus, j’déteste ces bestioles-là ! » Flore Breckenridge n’a jamais beaucoup aimé les félins. Ni même les animaux en général. « Un cornet de deux boules parfum menthe-chocolat, s'il vous plaît ! » Après avoir passé ma commande, je laisse le jeune Fletcher effectuer la sienne et règle les deux glaces. Une fois servis, nous nous dirigeons tranquillement en direction d’un petit banc, sur lequel nous nous installons. La promenade est anormalement calme et hormis quelques rires d’enfants, seul le bruit des vagues, calme et apaisant, est audible de là où nous sommes. « Loin de moi l’idée de jouer les mères étouffantes, mais t’es sûr que ça va ? Ça fait combien de temps que t’as pas mangé ? T’as une mine effroyable ! » J’insiste volontairement sur ce dernier mot. Ma remarque, qu’elle l’agace ou non, est parfaitement justifiée, car je sais par expérience que cette période est affreuse pour les étudiants. D’ailleurs, la majorité d’entre eux s’alimentent très mal, voir pas du tout. « Tu carbures à quoi ? Café, clopes, jus d’orange ? »
Code by Silver Lungs


life is never easy for those who dream


©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: aaron & flore - friends are the family we choose for ourselves...   Jeu 12 Juin - 19:27

Aaron ∞ Flore
Maintenant que vous êtes tout les deux équipés de vos patins, vous pouvez désormais avancer dans la rue, main dans la main, comme un jeune couple que vous n'êtes pas. Tu n'as aucun de mal à avouer à Flore que tu aime les moments passés avec elle. De toute façon, elle sait très bien que tu te sens bien avec elle, sinon tu ne serais pas ici aujourd'hui. Tu blagues avec elle, sur votre avenir. Plus sur le sien en occurrence. Tu la charie, émettant l’hypothèse qu'elle finirait seule à quarante ans avec vingts chats. Tu dis cela seulement pour blaguais, tu sais qu'elle ne finira pas comme ça. Elle se trouvera un mari, un mari qui l'aime et qui passera le reste de sa vie à ses côtés. Enfin, tu ne peux pas assurer qu'elle finira marié avec des enfants, mais tu l'espère, c'est vraiment tout ce que tu lui souhaite. Flore mérite d'être heureuse et de se trouver un homme qui la respectera. Vous arrivez au stand du marchant de glace et elle s'exclame qu'elle est d'accord pour les courses en zimmers ce qui te fais rire. « On va bien s'amuser ! » t'exclames-tu à ton tour. « Ah oui, j'oubliais que Flore Breckenridge déteste tous les animaux vivant sur terre. » tu lui adresses un sourire amusé. Elle et les animaux, ça fait vraiment deux. Elle ne les aime pas et ils lui rendent bien. Elle passe commande vers le vendeur de glace et te laisse ensuite t'exprimer. « Pour moi ce sera un cornet avec une boule au chocolat. » Mieux vaut que tu ne prennes pas plusieurs boules car tu ne les mangeras sûrement pas. Si vraiment cette glace t'ouvre l'appétit, tu prendra une seconde glace mais tu doutes vraiment que cela arrive. C'est ton amie qui paye, ce qui ne te plais pas. Tu as beaucoup plus d'argent qu'elle et ce serrait plus logique que ce soit toi qui paye. Mais, tu n'as pas envie de la vexer alors, tu ne dis rien. Lorsque vous êtes servis, vous allez vous asseoir sur un banc. Tu t’assois et regarde ton cornet. Tu entends la voix de Flore retentir après quelques minutes de silence. Elle te demande depuis combien de temps tu n'as pas mangé. « Moins d'un jour, mais ça va, ne t'en fais pas.. Je n'avais juste pas faim. » Tu tournes la tête vers elle. « Et puis je suis très beau ! » Tu t'exclames en souriant, essayant sûrement de détourner un peu la discussion, la rendre un peu plus joyeuse. Tu restes quelques secondes silencieux avant de te décider à lui répondre. « Jus d'orange, clopes et vitamines en réalité. » Tu détournes le regard. Tu passes ta langue sur la boule de ta glace, n'appréciant pas vraiment le goût de celle-ci.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
« Contenu sponsorisé »

MessageSujet: Re: aaron & flore - friends are the family we choose for ourselves...   

Revenir en haut Aller en bas
 

aaron & flore - friends are the family we choose for ourselves...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Where are my friends ? And my family ?
» (F) Camille Rowe-Pourcheresse ✨ We don't need to be friends, we're family - 21 ans
» AN EXCLUSIVE INTERVIEW WITH MARIE FLORE LINDOR-LATORTUE
» The third temptation [Aaron]
» Friends, we need your feedback

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BURIED SECRETS :: LAST KISS GOODBYE :: les archives :: rps terminés/abandonnés-