AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
le forum est enfin ouvert, rejoignez nous ! on vous attend avec impatience.
n'oubliez pas de voter toutes les deux heures.
mais aussi de laisser une trace sur bazzart pour qu'on soit toujours au top.

Partagez | 
 

 (Marylee) Why do today what you can put off until tomorrow.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
« Invité »

MessageSujet: (Marylee) Why do today what you can put off until tomorrow.   Lun 30 Juin - 23:43


Marylee Eulalia Baxter
Why do today what you can put off until tomorrow.

NOM COMPLET ☇ Marylee Eulalia Baxter SURNOMS ☇ Nala ou Mary. AGE ☇ Vingt-et-un ans. DATE ET LIEU DE NAISSANCE ☇ Le vingt-quatre septembre 1992 à Santa Barbara. ORIGINES ☇ Américano-Australienne. NATIONALITÉ ☇ Américaine MÉTIER/ÉTUDES ☇ Etudiante en art. ORIENTATION SEXUELLE ☇ Hétérosexuelle STATUT ☇ Fiancée depuis peu et maman d'une petite fille. STATUT MONÉTAIRE ☇ Aisée TROIS QUALITÉS ☇ Ambitieuse, responsable et optimiste. TROIS DÉFAUTS ☇ Intransigeante, possessive et têtue. GROUPE ☇ Pretty Little Liars CÉLÉBRITÉ ☇ Zoella Sugg CRÉDITS ☇ ENVOL BLEU.

Marylee, ou Nala pour les plus intimes. Elle tire son surnom du Walt Disney « Le roi lion » qu'elle a vu des milliers de fois lorsqu'elle était jeune. D'ailleurs, encore aujourd'hui il n'est pas rare de la voir installée aux côtés de sa petite fille devant ce film. (+) Car oui, malgré son jeune âge, elle est déjà maman d'une petite fille de trois ans prénommée Blueberry, mais déjà surnommée Blue par l'entièreté de son entourage. (+) Elle vie avec le père de son enfant, mais toujours chez ses parents puisque celui qui est à présent son fiancé, Jules, a emménagé au domicile familiale. (+) Toutefois cette vie de famille à l'apparence idyllique cache quelques tâches noires, car contrairement à ce que tout le monde pense, y compris Jules, ce dernier n'est pas le père de la petite Blueberry. (+) En effet, le véritable géniteur n'est autre qu'un ami d'enfance de la brune, mais bien-sûr, Marylee compte bien emporter ce secret avec elle dans la tombe. (+) Les Baxter sont une famille riche, très riche même. Ses parents occupent deux des jobs les mieux payés au monde. En somme, elle est née avec une cuillère en argent dans la bouche, a toujours eu ce qu'elle voulait et est définitivement ravie de cela. Il lui serait d'ailleurs difficile d'imaginer vivre autrement. (+) Elle a une jumelle, prénommée Wendy dont elle n'est pas très proche. En effet, les deux sœurs sont très différentes et n'arrivent pas, malgré les années écoulées, à trouver un équilibre dans leur relation. (+) Chouchoute de sa mère, cette dernière la couve comme si elle était encore une enfant. Elle l'a d'ailleurs beaucoup soutenue lorsqu'elle est tombée enceinte et a joué le rôle de médiateur avec son père, qui n'était que très peu emballé par cette grossesse précoce. D'ailleurs, ce dernier à toujours préféré sa sœur, contrairement au reste de la famille, ou même au reste du monde. En effet, Marylee a toujours été mise en avant, très populaire, très appréciée, contrairement à sa Wendy qui elle était très discrète, voir effacée. (+) Toutefois, cette dernière est une bonne tante pour Blueberry. Sûrement même joue-t-elle parfois davantage le rôle de mère, mais cela ne dérange pas Marylee, au contraire. Déléguer l'arrange, elle ne s'en cache pas, car même si elle adore sa fille, elle ne se sent pas encore prête à assumer toutes les responsabilités d'une maman. (+) Et la fratrie ne se cantonne par aux jumelles, puisqu'elles ont un autre frère, Mateo, qui bien souvent joue le rôle de médiateur. (+) D'ailleurs, Marylee s'entend beaucoup mieux avec son frère, car quand bien même est-il parfois un peu trop mature à son goût, elle a beaucoup plus de facilités à aller vers lui, à lui parler, à entretenir une véritable relation fraternel. (+) Outre son rôle de maman, Marylee étudie l'art, ou plus précisément la peinture en tout genre, dans une école de Santa Barbara. (+) Elle a aussi longtemps pratiqué l'équitation, mais a arrêté quelques temps suite à une chute brutale. Elle a reprit ce sport l'année dernière, après que sa mère lui est offert une jolie jument pour son anniversaire. (+) Elle est fêtarde, un peu gamine voir même peste parfois. Un brin égoïste aussi, puisqu'elle aime prendre soin d'elle et avoir du temps libre pour profiter pleinement de la vie et s'occuper de sa petite personne. Mais tout cela, elle l'assume et ne compte bien évidement pas changer. (+) Elle s'est récemment fait tatouer dans la nuque, le symbole de l'infini dans lequel est incrustée la première lettre du prénom de sa fille. (+) Très sûre d'elle, elle est incroyablement têtue et veut toujours avoir le dernier mot. (+) Toutefois elle n'a bien-sûr pas que des défauts, puisqu'elle est très soigneuse, notamment avec les choses de valeurs, s'en ai presque maladif parfois. C'est quelqu'un d'extrêmement patient aussi et cela a souvent tendance à énerver la personne en face d'elle. Créative aussi, elle cherche toujours une manière originale de se venger des mauvais coups que l'on pourrait lui faire, copine ou pas copine d'ailleurs.


PRÉNOM/PSEUDO ☇ Thug mind (Jennifer) AGE ☇ Vingt ans PAYS/RÉGION ☇ France (Bretagne) FRÉQUENCE DE CONNEXION ☇ En général, je passe au moins une fois par jour. SCENARIO OU PERSONNAGE INVENTE ? ☇ Scénario de la belle Joan   COMMENT AS-TU TROUVE LE FORUM ? ☇ En farfouillant sur Bazzart. COMMENTAIRES/SUGGESTIONS ☇ Pour l'instant, non mes beautés. ON EST BAISABLE ? ☇ Je suis totalement fan de l’esthétique du forum, en particulier du header. Bravo à la graphiste  PETIT MOT POUR LA MIFA ☇ Vous êtes beaux   CODE DU RÈGLEMENT ☇ validée par Joe  
Code:
[b]Zoella Sugg[/b] ☇ Marylee Baxter


Dernière édition par Marylee Baxter le Mar 1 Juil - 9:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: (Marylee) Why do today what you can put off until tomorrow.   Lun 30 Juin - 23:44


Day by day

« Bon appétit. » Maman essayait de détendre l’atmosphère et pourtant, la tension était palpable. Autour de la table, mes parents, moi, ma sœur Wendy, mon frère Mateo et Jules, mon petit-ami. Un repas d'une banalité consternante en apparence et pourtant, ce n'était pas le cas. Non, car pour la première fois, Jules passait la porte de notre demeure. Pour le première fois, il se retrouvait face à mes parents. Face à mon père. Ce père qui en Jules voyait un intrus. Un espagnol, plus âgé et venant d'une famille beaucoup moins aisé. Fallait-il seulement davantage de raisons pour que mon père ne le porte pas dans son cœur ? Apparemment pas. Et dès la première fois que j'avais prononcé son prénom, j'avais pu lire dans son regard un semblant d’énervement. Sûrement avait-il compris que ma liaison avec Jules était d'actualité simplement dans le but de l’énerver. Oui, sûrement avait-il compris que derrière cet amour précipité il n'y avait que provocation. Et sûrement est-ce pour cette raison qu'il avait jugé bon de garder le silence. Pensait-il que le temps réglerait le problème ? Évidemment. Et sûrement aurais-je fini par me lasser de ce petit jeu, si je ne m'étais pas surprise, au bout de quelques semaines, à ressentir de véritables sentiments. Au départ flirt de vacances, à présent véritable histoire d'amour. Six mois que nous étions ensemble Jules et moi. Six moi déjà que l'une de mes meilleures amies me l'avait présenté, lui, son cousin venu d'Espagne. Oui, six mois, déjà six mois. Et pourtant, voilà que pour la première fois notre relation devenait officielle. « Passes-moi le pain Nala, s'teplait. » Mon frère, Mateo, venait de s'adresser à moi et pourtant, avant même que j'ai pu ne serait-ce que lever le petit doigt, voilà que déjà la corbeille se trouvait dans les mains de Jules. Et qu'aimablement il la passait à mon frère. Contrairement à nos parents, ce n'était pas la première fois que Mateo rencontrait mon petit-ami. Bien-sûr, sûrement le nombre de fois ou les deux se sont croisés pouvait se compter sur les doigts d'une main, mais indéniablement, il y avait toujours la même méfiance dans ses yeux. Mais je ne pouvais lui en vouloir. Non, je savais que cette froideur apparente à l'égard de Jules venait simplement de son côté protecteur. Et je trouvais ça mignon. Oui, quand bien même son côté bien trop mature m'exaspérait légèrement à l'habitude, il y avait toutefois certaines exceptions qui me faisait apprécier plus qu'à l'habitude d'avoir un frère. « Nous sommes allé en Espagne il y a quelques années, c'est très différent de chez nous je dois bien l'avouer, n'est-ce pas ? » A nouveau, ma mère s'exprimait pour briser ce silence pesant. Elle venait de tourner la tête vers mon père, comme pour qu'il acquiesce ses dires, qu'il dise ou face quelque chose et pourtant, il ne laissa rien d'autre échapper qu'un hochement de tête. « Mais nous avons beaucoup apprécié, c'est un pays agréable. » Toujours aucune réaction de mon père, qui se contentait de manger en silence. Pourtant, cela ne semblait rebuter Jules, qui à mon grand étonnement était très à l'aise. C'est donc sans retenues particulière qu'il se lança dans une longue conversation avec maman, sous le regard appréciateur de Mateo. Et je jetais alors un œil vers Wendy. Ma sœur, qui comme à son habitude était totalement inexistante. Assise aux côtés de mon père, c'était à peine si elle osait lever la tête. Pourtant, Jules n'était pas un inconnu pour elle. Non, elle l'avait même connu le même jour que moi, avait sympathisé avec lui au même rythme que moi. Ainsi, cette transparence constante n'avait pour dons que de me faire lever les yeux au ciel.

Nous mangions toujours et étrangement, je restais presque silencieuse. Mateo s'était mêlé à la conversation, me laissant ainsi penser qu'il appréciait Jules, ou du moins qu'il était disposé à lui laisser une chance. Et alors que j'esquissais un rire en réponse à une blague de ce dernier, je sentais mon smartphone vibrer dans ma poche. Alors, discrètement, je déverrouillais l'écran et me lançait dans la lecture d'un message. Un message de Jason. Voilà des semaines à présent que je n'avais plus de nouvelles. A vrai dire, je ne pensais pas même lui avoir envoyé plus d'une dizaine de messages depuis que Jules et moi étions ensemble. Mon amourette commençait-elle à m'éloigner de moi-même, à m'éloigner de celle que j'étais, que j'avais toujours été ? A en juger par les dires de mon ami d'enfance, ses dires dans lesquels je ne décelais aucune once de regrets, ni même de contrariété, apparemment pas. Non, il semblait être le même, n'avoir pas changé d'attitude. C'est donc sans attendre que je lui répondais et alors qu'un sourire dessinait mes lèvres, je sentais la main de Jules attraper la mienne sous la table. Tendrement.




Keep a secret

« Je suis enceinte. » Et je ne savais ce que j'étais sensé lire dans les yeux de maman. Si c'était de la joie ou de la compassion. Une seule chose était certaine, c'est qu'il n'y avait aucune colère, aucune déception, presque même aucun étonnement. Non, son sourire se voulait rassurant et la pression qu'exerçait sa main sur ma cuisse me donnait confiance. Une accolade, ou plutôt un câlin, suivit par les larmes. Mes larmes. Ces larmes que je ne pouvais retenir, qui sûrement étaient entraîner par la crainte. La crainte de cette situation, de cet enfant qui grandissait en moi. Et le choc de cette nouvelle. Sûrement n'avais-je pas encore prit conscience de la situation, du bouleversement que cela causerait dans mon existence. Non, sûrement avais-je simplement peur de ce mot qu'était grossesse, car jamais, pas même une seule seconde je ne l'avais souhaité. Sûrement pas même imaginée. Non, jamais avant ce jour je n'avais pensé à faire un enfant et je réalisais qu'il semblait impossible que je puisse m'occuper d'une autre personne que moi-même. Jamais. Jamais au grand jamais je ne pourrais assumer cela et pourtant, une part de moi semblait satisfaite. Confiante. Rassurée. Quand bien même l'entièreté de mon âme ne l'était pas. Qu'allais-je faire ? De toute mes forces je me pensais incapable de faire face à cela. De toute mon âme je doutais de mes capacités à élever un enfant. Et de tout mon corps je tremblais, de peur, d'une peur que je ne semblais pouvoir combattre.

Les minutes s'écoulaient et alors que ma mère essuyait les dernières larmes sur mes joues, elle déposa un baisé sur mon front avant de me laisser seule. Je me laissais alors tomber de mon lit au sol, appuyait mon dos sur le rebord du matelas et remontais mes genoux sur ma poitrine. J'inspirais un grand coup et fermais les yeux. Quelques secondes, peut-être même une minute. Et lorsque je les ouvrais, je me surprenais à esquisser un léger sourire alors que mes pupilles s'étaient posées sur une photo. Une photo présente sur mon bureau. Une photo de moi et Jason. Je savais que c'était lui. « Mary ? » La voix anxieuse et frêle de Jules s'élevait en ma direction. Et il s'approchait. Il s'approchait de moi, jusqu'à s'asseoir à mes côtés et prendre ma main dans la sienne. Il me dévisageait, comme s'il voulait sonder la moindre parcelle de peau de mon visage, comme si quelque chose dont il était seul connaisseur allait se passer. Mais rien. Non, je ne bougeais pas, ne parlais pas. Que pouvais-je bien dire de toute manière ? Durant de longues heures, de longues nuits déjà nous avions parlé. Ensemble. Et voilà plusieurs jours déjà qu'il me rassurait, qu'il me disait que tout irait bien, que nous irions bien. Et sûrement la conviction qu'il avait en ses propos avait finit par me convaincre. Oui, sûrement avais-je puisé une part de mon apaisement en lui, en ses mots, en ses actes. Je laissais finalement aller ma tête contre son torse, le laissait glisser ses mains dans mes cheveux. J'étais bien. Trop bien. Oui, trop, car sûrement ces derniers jours auraient dû être les pires de ma vie et pourtant, ce n'était pas le cas. Non, j'étais bien. Comme soulagée, alors que sûrement l'angoisse aurait-elle dû m'atteindre et sûrement en regardant cette photo, les larmes auraient du monter, les regrets m'envahir, les doutes me tourmenter et plus que tout, le mensonge me peser. N'étais-je pas humaine que de ne ressentir rien de tout cela ? A vrai dire, je ne le savais pas, n'avais pas envie d'y songer. Je laissais ma main reposer sur mon ventre et une nouvelle fois, fermais les yeux. Simplement, posément. Et je me plaisais à imaginer ce que serais mon avenir à présent. Notre avenir, à moi, à Jules et à cet enfant que je me surprenais à désirer.




All is well, all is wrong.

Je déposais un dernier baisé sur le front de ma fille et enfilait mon manteau, attrapais rapidement mes clefs de voiture et prenais la route pour effectuer mon premier jour dans l'école que je convoitais depuis des années maintenant. Une école d'art, réputée. Très réputée et surtout, très chères. J'étais confiante, sûrement même trop pour quelqu'un qui fonçait tête baissée dans l'inconnu. Mais à quoi bon éprouver quelconque angoisse ? Après tout, sûrement auraient-ils même pu me dérouler le tapis rouge. Et sûrement mon dossier était-il le meilleur de tous ceux qu'ils avaient reçu. Élève exemplaire, mes résultats avaient toujours frôlés la perfection. Tout comme j'avais toujours été au sommet de l'échelle sociale dans mon lycée et en dehors. Une vie de facilité dont je profitais pleinement et qui sûrement me promettait à un brillant avenir. Toutefois, alors que seulement quelques kilomètres me séparaient de mon école à présent, je me surprenais à ressentir une certaine gène. Ou plutôt un vide, sur lequel je ne savais mètre de mot. Ma fille me manquait. Elle avait seulement quelques mois et pourtant, voilà que déjà je serais séparée d'elle chaque jour de la semaine. Pourtant malgré la perspective de ce lien qui certainement allait en pâtir, je ressentais aussi un brin de soulagement. Sûrement était-ce égoïste de penser cela, mais je ne pouvais m'enlever ce sentiment de l'esprit, comme je ne pouvais me mentir à moi-même. J'étais ravie d'avoir du temps pour moi, de pouvoir m'occuper de ma propre personne sans avoir besoin d'être attentive aux moindres mouvements d'une tierce personne. Oui, j'étais heureuse d'être libre de toute chaîne, de pouvoir goûter ne serait-ce que quelques heures aux joies de ma vie d'avant. Aux joies et à la simplicité de ma vie de jeune femme. Bien souvent depuis la naissance de Blue, je m'étais demandé si un jour je retrouverais un semblant d'insouciance, quand bien même fallait-il avouer que malgré ma fille, mes distractions étaient toujours aussi nombreuses. Mais là, j'avais ma réponse. Et même si elle demeurait dans mon cœur à chacun de mes déplacements, même si je n'oserais avouer que je préférais ma liberté aux contraintes de la vie de mère, j'osais toutefois laisser entendre que j'étais bien.

Mais sûrement cette gène n'était-elle pas entièrement dû à ma fille. Non, sûrement inconsciemment trouvais-je aussi étrange de pour la première fois, voyager seule jusqu'à mes cours. Faire ma rentrée, seule, sans Wendy. Non pas que cette dernière m'étais indispensable et je souriais même à cette pensée étant donné que chaque année, elle était aussi inexistante du premier au dernier jour, mais là c'était différent. Là, ma sœur ne serait plus dans le même établissement que moi. Et je pensais aux dires de Mateo, à ses mots qui avaient pour but de m'éclairer sur le mal-être de ma sœur. A ma réaction face à cela, l'indifférence. Peut-être étais-je trop dur avec elle, mais je devais bien avouer qu'elle ne m’intéressais pas. Et que de toute manière, elle ne faisait rien pour m'intéresser. Toutefois, je me surprenais à avoir une pensée pour elle, à espérer qu'elle vivrait cette nouvelle année au moins aussi bien que les précédente. Mais je me rendais finalement compte que je n'avais aucune idée de la façon dont elle avait vécu ses dernières années. Alors, je m’ôtais simplement ces idées de la tête. J'ôtais ma sœur de mon esprit, sans grand difficulté il fallait l'avouer, pour me concentrer à nouveau sur ma route. Route qui fut brève dès lors, puisqu'à peine quelques minutes plus tard, je me garais et ma portière s'ouvrait sans même que je ne l'ai touchée. « Alors, prête pour ce premier jour ? » Je détachais ma ceinture et attrapais mon sac avant de me lever, alors qu'au même moment sur ma joue on déposait un baisé. « Hey Jason, qu'est-ce que tu fais là ? » Une portière qui se ferme et le bruit de mes clefs tombant au fond de mon sac. Puis mes talons, résonnant sur le goudron du parking aux côtés des pas silencieux de mon ami. Mon amant. Le père de mon enfant. « Ma fac est à deux pas, j'ai voulu passer. Te voir. » Se voir. C'est vrai que nous ne nous voyions que rarement ces derniers temps et pourtant, sûrement nous voyions nous trop. Et je ne ressentais aucun remords. Sûrement l'attitude si calme que j'avais envers lui depuis ces trois dernières années avait quelque chose de malsain, mais par rapport à cela, là encore je ne ressentais rien. Mensonge. Notre relation était basée sur un mensonge. Ou plutôt, c'était moi le mensonge. Moi, qui mentais à tout le monde. Mais n'était-ce pas mieux ainsi ? Sûrement avec les années avais-je réussi à me convaincre que oui. Quoi que je soupçonnais la situation d'être pire encore, puisque la vérité était que jamais je n'avais douté. Non, pas à un seul instant je n'avais imaginé dire la vérité. Ni à Jason, ni à Jules. A Personne. Et ce mensonge sonnait à mes oreilles comme une vérité, comme quelque chose de fictif. Et jamais il n'avait pesé sur ma conscience. Étais-je définitivement aussi horrible que certains le laissait penser ? Sûrement. Définitivement. Mais l'important pour moi avait toujours été mon propre bien. Et à travers ça, cela se vérifiait. A travers mon existence toute entière, la noirceur de mon âme était visible. Mais bien cachée. Et elle le resterait, pour toujours, à jamais.



Dernière édition par Marylee Baxter le Mar 1 Juil - 19:46, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
STAFF + LECHES NOUS LES PIEDS
avatar
pseudo : NJ
célébrité : k. scodelario
crédits : avatar : tag (+) gif : tumblr (+) signature : grey mind
messages : 306
je suis ici depuis : 06/04/2014

MessageSujet: Re: (Marylee) Why do today what you can put off until tomorrow.   Mar 1 Juil - 8:24

Bienvenue mon petit, merci pour ton inscription et bon courage pour ta fiche. Si tu as encore ddes questions surtout n'hésite pas .


Joan 'Joe' I. Dixon-Mills †
je peux seulement te dire qu'il m'a fallu la peur pour être rassuré. que j'ai connu la douleur avant d'être consolé. qu'il m'a fallu les pleurs pour ne plus rien cacher. que j'ai connu la rancœur bien avant d'être apaisé.♭ ♩ ♬ ∞ Grey MIND.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: (Marylee) Why do today what you can put off until tomorrow.   Mar 1 Juil - 10:59

Merci ma belle  
Revenir en haut Aller en bas
MEMBRE DU MOIS + LA CLASSE
avatar
pseudo : Little bee
célébrité : Shay Mitchell
crédits : Alaska <3 // ATYGIFSFORME
messages : 368
je suis ici depuis : 17/04/2014

MessageSujet: Re: (Marylee) Why do today what you can put off until tomorrow.   Mar 1 Juil - 17:16

Joli choix de PV  

Bienvenue par ici!   



Oh ... Fuck it !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: (Marylee) Why do today what you can put off until tomorrow.   Mar 1 Juil - 18:19

Merci Maya  
Revenir en haut Aller en bas
MEMBRE + ON VOUS AIME
avatar
célébrité : Sasha Pieterse
crédits : gomez.
messages : 218
je suis ici depuis : 18/04/2014

MessageSujet: Re: (Marylee) Why do today what you can put off until tomorrow.   Mar 1 Juil - 19:51

Bienvenue sur le forum jolie demoiselle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: (Marylee) Why do today what you can put off until tomorrow.   Mar 1 Juil - 20:00

Sasha  
Merci ma belle 
Revenir en haut Aller en bas
STAFF + LECHES NOUS LES PIEDS
avatar
pseudo : NJ
célébrité : k. scodelario
crédits : avatar : tag (+) gif : tumblr (+) signature : grey mind
messages : 306
je suis ici depuis : 06/04/2014

MessageSujet: Re: (Marylee) Why do today what you can put off until tomorrow.   Mar 1 Juil - 20:02


tu es validé(e)
tu es libre de tes mouvements


« ton écriture OMG   . Je trouve que tu as parfaitement cernée le personnage de Marylee et j'apprécie !    Je te souhaite encore la bienvenue parmi nous en espérant que tu te plaises ici !   »

Et voilà petit padawan, par les grands pouvoirs qui me sont conférés, j'ai le privilège de te faire part de ta validation ! Bienvenue à toi et bravo ! Tu es désormais libre de tes mouvements, c'est pas trop génial ça ? Bref, on est tellement sympa sur bs qu'on va te donner tous les liens dont tu as besoin pour devenir le meilleur des meilleurs.

CE QUE TU PEUX FAIRE DÉJÀ ☇ Déjà c'est mendier des liens auprès des autres (et créer ta propre fiche par la même occasion). Tu peux aussi demander tout ce que tu désires, on est à ton service. Par contre si t'as besoin de créer ta famille ou que tu ne trouves pas ton âme soeur parmi les membres déjà inscrits bah tu peux toujours créer un ou des scénario(s). Enfin n'oublie pas de flooder gaiement et participer au jeux ici et de t'amuuuser.

CE QUE TU PEUX FAIRE EN PLUS ☇ Créer un compte twitter & instagram. ET créer un sujet pour les sms que ton personnage échangera avec les autres.
N'OUBLIE PAS LE PLUS IMPORTANT : S'AMUUUSER :
burried secrets ©️ tous droits réservés.


Joan 'Joe' I. Dixon-Mills †
je peux seulement te dire qu'il m'a fallu la peur pour être rassuré. que j'ai connu la douleur avant d'être consolé. qu'il m'a fallu les pleurs pour ne plus rien cacher. que j'ai connu la rancœur bien avant d'être apaisé.♭ ♩ ♬ ∞ Grey MIND.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: (Marylee) Why do today what you can put off until tomorrow.   Mer 2 Juil - 10:06

Bienvenue ici & amuse-toi bien  
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: (Marylee) Why do today what you can put off until tomorrow.   Mer 2 Juil - 10:08

Merci mon beau  
Revenir en haut Aller en bas
MODERATEUR + SOUMETTEZ VOUS A NOUS
avatar
pseudo : runner.
célébrité : tylerposey.
crédits : shiya & tumblr.
messages : 397
je suis ici depuis : 20/04/2014

MessageSujet: Re: (Marylee) Why do today what you can put off until tomorrow.   Lun 14 Juil - 11:36

    Bienvenue  


I WANNA ROCK

.
(she)wolf.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Contenu sponsorisé »

MessageSujet: Re: (Marylee) Why do today what you can put off until tomorrow.   

Revenir en haut Aller en bas
 

(Marylee) Why do today what you can put off until tomorrow.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» What 's the date today ?
» GEMMARD ✖ i hurt myself today, to see if i still feel
» The self imposed limitations of the underdeveloped mind.
» President Clinton on Meet the Press today
» EARTHQUAKE WARNING FROM RUSSIAN INSTITUTE of PHYSICS of the EARTH

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BURIED SECRETS :: LAST KISS GOODBYE :: les archives :: fiches abandonnées-